Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Nos musiciens et danseuses (banda Monte Cara et groupe Alma Criola) sont rentrés au pays au terme une longue tournée à travers villes et contrées de France.

Je ne les ai pas suivis dans tous les festivals auxquels ils ont pris part, mais j’ai eu l’honneur de venir les soutenir à Montignac, cette ville étant l’épicentre d’une série de festivals internationaux de danses et musiques du Monde.

Le festival de Montignac n’est que le pivot de tous ces événements qui se répandent sur différentes agglomérations de France et sur plusieurs semaines en juillet/août.

J’ai pu vivre avec mes compatriotes l’émotion de ce festival à nul autre pareil, un événement unique qui nous a énormément marqués pour son empreinte œcuménique et universelle. Une grande fête de l’amitié qui nous a permis d’interagir et fraterniser avec d’autres gens et d’autres cultures de moult horizons, de défiler ensemble avec eux…

Je n’ai pas pu voir le Mexique dansant au rythme de Cabo Verde, mais je garde un souvenir impérissable de cette chorégraphie magnifique «universalisée» par les danseuses de différents pays, les nôtres comprises.

L’émotion fut à son comble lorsque tout le monde a chanté à une seule voix «l’hymne à la paix» et chaque nation a livré son message.

Montignac fut, pour ainsi dire, le cœur du Monde le temps de cette manifestation festive, et nos braves artistes y furent pour quelque chose.

Dans une rencontre avec le Maire de Montignac (en compagnie de Paula Brito et Carmen Silva, porte-paroles des artistes) il nous a été dit tout le bien que l’on pensait de leur performance.

Et ce n’était que le début de l’aventure: ils allaient encore apporter un aperçu du folklore capverdien dans les nombreux festivals qui allaient suivre.

Cela fait plaisir, surtout quand on pense à la modestie de nos moyens et aux énormes difficultés qu’il faut surmonter pour répondre présent (merci encore à Françoise Ascher, alô Centre Commun des Visas!)

Pour ma part, je suis venu aussi pour une ciné-conférence… une belle occasion pour porter un peu plus loin la voix de Cabo Verde et sortir un peu des sentiers battus des guides touristiques.

Bravo banda Monte Cara et Alma Criola d’avoir apporté votre contribution à ce dialogue des cultures, si cher à l’UNESCO et à chacun d’entre nous pour mieux nous connaître et mieux vivre ensemble!

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 2 Votos
10.0