Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Christophe Gonzalez, Président de l’Association pour le Développement des Études Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA) vient d’envouer une lettre au Ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur l’enseignement de la langue portugaise en France.

LusoJornal publie le contennu de cette lettre:

 

«Monsieur le Ministre,

Les statistiques de la DEPP font état d’une croissance importante et ininterrompue du nombre d’élèves qui étudient le portugais langue étrangère en France.

Cette croissance est de 5% par an, soit +48% en dix ans, entre 2007 où l’on enregistrait 12.223 élèves et 2016 où 18.183 élèves étudiaient le portugais dans le second degré.

Cette augmentation semble occasionner une grande difficulté aux autorités académiques pour trouver les enseignants qualifiés nécessaires afin de répondre à cette situation. En effet, nous constatons, et les familles constatent, le recours est de plus en plus fréquent à des enseignants contractuels ou vacataires, dépourvus de formation pédagogique, afin de pourvoir aux besoins d’enseignements dans les sections récemment ouvertes, ce qui met en péril la qualité de la réponse apportée à la demande des familles.

Cette situation est inquiétante, car elle affecte environ un professeur de portugais sur trois (30%), voire même beaucoup plus dans certaines académies (> 50% en Guyane).

Certes, au cours des deux dernières années nous avons enregistré les efforts de votre Ministère pour assurer à nouveau le recrutement de professeurs qualifiés au CAPES en ouvrant 5 postes au concours externe en 2017 et 4 postes en 2016, mais il n’y en avait eu aucun en 2015.

Malgré tout, les faits montrent que ce recrutement est encore insuffisant et qu’il est très éloigné de pouvoir couvrir les besoins constatés.

Notre étonnement est grand lorsque des établissements, des responsables académiques ou même Pôle Emploi s’adressent à notre association afin de diffuser des offres pour des enseignements non assurés!

Il est indispensable d’accompagner la forte croissance effective de la demande d’apprentissage de la langue portugaise dans ses variantes européenne ou brésilienne par des recrutements significatifs d’enseignants qualifiés au CAPES et à l’Agrégation.

Compte tenu des nombreux départs en retraite constatés tous les ans, nous pensons que 15 nouveaux postes d’enseignants de portugais seraient nécessaires annuellement afin d’accompagner une demande sociale et culturelle d’une importance stratégique pour notre pays.

En espérant vous avoir convaincu, veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre considération respectueuse».

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 9 Votos
6.6