Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Pour la 7ème année, se tient à Arras le festival Monstra du film d’animation de Lisboa en Artois. Organisé par Luc Brévart et son équipe des ateliers de la Halle. On n’y montre les meilleures œuvres d’animation mondiales, qui pour la plupart ont participé en 2017 au festival international de Film d’Animation, La Monstra de Lisboa.

Les 18 et 19 janvier le festival a planté le décor dans le Casino d’Arras, après 6 éditions un peu à l’étroit à l’hôtel de Guines. Festival qui continue à Bapaume du 22 au 24 janvier à la salle de l’Hainaut.

De 2.000 spectateurs en 2017, le chiffre des 4.000 sera dépassé en 2018.

Nous avons assisté le samedi 19 à la nuit de l’animation au Casino d’Arras. Les équipes du festival de Lisboa et des ateliers de la Halle, nous ont concocté un programme extrêmement riche et varié, montrant la vitalité de la création mondiale hors circuits commerciaux. On a pu découvrir les mille et une facettes de l’animation où, souvent avec des moyens dérisoires, le génie créatif des artistes et réalisateurs nous offrent toujours de petites merveilles d’humour, de tendresse, de réflexion et de poésie.

Le festival a invité deux personnalités qui comptent dans le film d’animation au niveau mondial: l’italien Andrea Martignoni et le portugais Fernando Galrito.

Le premier est le maître italien de la post-production sonore. Des élèves du Conservatoire d’Arras ont eu la chance de pouvoir travailler avec lui et de mettre en son le film réalisé par les enfants de la classe de Mme Vercoutère de l’école Paul Bert.

Le deuxième est réalisateur et Directeur du Festival International du film d’animation de Lisboa, la Monstra.

La nuit de l’animation a débuté à 19h00 pour se terminer au-delà de minuit et demi: un feu d’artifice de petits films d’animation plus ou moins longs.

Les organisateurs ont assemblé les films par thème: Programme mini-studio Paradiso pour mettre en appétit le travail des enfants sur grand écran, programme famille pour commencer un programme tout à la fois drôle et poétique pour les petits et les grands, programme best of Monstra, le meilleur du meilleur où l’animation nous relève son infini potentiel de créativité, programme films italiens préparé et présenté par Andrea Martignoli, quelques pépites de la production indépendante italienne et pour finir le programme Monstra 2017 Awarde de films pour finir la nuit en se laissant importer par les films primés en 2017 au festival de Lisboa.

Parmi les films portugais présentés, citons «Kali the little vampire» de Regina Pessoa. Un garçon pas comme les autres rêve de trouver sa place dans le monde. Il va devoir affronter ses propres démons pour trouver le chemin de la lumière; «À la place in Nowhere» de Barbara d’Oliveira et João Rodrigues, film de 6 minutes primé à Lisboa en 2017, qui parle de ceux qui en 1975 ont dû quitter l’Angola suite à la proclamation de son indépendance et le film de 4 minutes «It is necessary that i diminish» de Pedro Serazina.

La clôture du festival a lieu le 24 janvier à l’espace Isabelle du Hainaut, à Bapaume, après avoir attiré 4.000 spectateurs, une bonne partie des jeunes qui aura fait les premiers pas dans la réalisation de petits films d’animation.

Le festival terminé, Luc Brévart, artiste qui porte une multitudes de casquettes, artiste voyageur, explorateur de territoires, pense déjà au festival de Lisboa, 18ème festival d’animation de Lisboa, la Monstra. Luc fait déjà briller les 15 places de son Mini Paradiso – le plus petit cinéma sur grand écran ambulant du monde – qui une fois de plus stationnera à Lisboa pour l’événement entre le 8 et le 18 mars. Les spectateurs du Mini Paradisio attribueront un prix lors du dit festival.

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 7 Votos
3.4