Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Pour la deuxième année consécutive a eu lieu un récital de fado en bénéfice de l’église St. Urbain, organisé par Dolores Cardoso avec la collaboration du Curé René Fisher.

Dolores Cardoso est à l’origine de cet événement qui est né à la suite d’une idée qui a germée et très rapidement a fait son chemin. Le premier récital a eu lieu en janvier 2017 dans le but de récolter des fonds à fin d’empêcher sa fermeture, car, faute de moyens financiers et parce qu’il s’agit d’une bâtisse propriété de l’église et qui par conséquent ne bénéficie pas des aides de l’état dont elle a grand besoin, celle ci compte et s’appuie uniquement sur la solidarité de ses amis et ses fidèles pour son entretient, maintient du bon état de l’édifice et surtout pour les travaux de réaménagement pour la mise en conformité avec les normes européennes qui constituent une nécessité absolue, rendre possible et y faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite mais aussi handicapés.

Dolores Cardoso a pu compter une nouvelle fois avec le soutien inconditionnel de l’entreprise «O fado» dont le fondateur est le chanteur de fado Manuel Sanches qui à l’instar de l’année dernière, une fois de plus s’est immédiatement mis à sa disposition gracieusement et ainsi a rendu possible cet événement se faisant accompagner à nouveau par la chanteuse de fado Lucie Silva et le musicien guitariste, guitare classique, Gabriel Grasser, tous deux faisant partie intégrante de l’équipe d’artistes de «O fado».

Manuel Sanches a eu aussi l’amabilité d’inviter un musicien de renom, lequel a accepté son invitation sans hésiter et est venu expressément de Paris – le guitariste Philippe de Sousa – qui avec sa guitare portugaise a embelli et envouté d’avantage ce remarquable après-midi.

L’enceinte de l’église St. Urbain prévoit 600 places assises et tous ont bénéficié d’une qualité sonore excellente grâce à la collaboration de l’organiste de l’église, Eugénio Gonçalves, qui s’est métamorphosé en ingénieur du son éphémère, offrant ainsi une grande qualité sonore à tout le public. Ce dimanche après-midi l’église était comble, plusieurs individualités aussi bien portugaises que françaises ont pu assister à ce récital et ont ainsi honorés cette initiative par leur présence et soutien à cette cause si noble, le fado, qui a été élu patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco. Ce dimanche 21 janvier a fait un périple et a voyagé depuis Lisboa jusqu’à Strasbourg pour participer à un après-midi solidaire avec un autre patrimoine, celui-ci matériel, mais tellement rempli d’humanité!

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 10 Votos
8.5