Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

La participation des Portugais à la Guerre de 14-18 évoquée à Oloron Sainte Marie

LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Sylvie Crespo LusoJornal / Sylvie Crespo LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon

Le samedi 27 janvier, l’association France-Portugal d’Oloron Ste Marie (64), organisait une manifestation d’envergure en la Médiathèque de la ville, sur le thème des Portugais dans la Grande Guerre 1914-1918.

Elsa Gofrin, la Présidente, avait proposé une exposition de photographies prises par Arnaldo Garcez, en noir et blanc, montée par la Ligue des combattants Portugais et le Comité Aristides de Sousa Mendes, sur la participation des soldats portugais à la 1ère Guerre mondiale. Cette exposition, visible dans la salle de lecture, restera à la médiathèque jusqu’au samedi 17 février.

Fut également invité à donner une conférence suivie d’un débat sur ce sujet, Carlos Pereira, Directeur de LusoJornal, dans une salle attenante à 17h00, en la présence du Consul Général du Portugal à Bordeaux, Marcelo Mathias.

Conférence d’une heure, accessible à toutes et tous, qui a su captiver l’attention sans relâche, sur un thème maintes fois abordé ces 4 dernières années. Phrases prononcées courtes et claires. Graphismes d’illustration projetés aérés et assimilables immédiatement. Tout ceci équivalait à une révision de l’Histoire et des circonstances d’entrée en guerre du Portugal auprès des alliés pour aussi défendre les territoires en Angola et au Mozambique convoités par l’Allemagne.

A l’issue de la conférence, une dizaine de questions pertinentes ont fusé parmi les auditeurs libres. Ce qui permettait d’approfondir voire d’élargir le sujet. Puis un apéritif presque dînatoire fut offert pour les invités et les auditeurs dans les locaux de l’association, à proximité quasi immédiate de la Médiathèque. Convivialité de bon aloi pour faire suite aux heures sombres de cette effroyable guerre.

Pour clore la soirée, furent invités à un dîner en ville, le Consul, le Conférencier et les membres du Bureau de l’association.