Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Dans le cadre du mouvement populaire «Gilets Jaunes», depuis des semaines on assiste à des blocages au niveau de routes, de ronds-points, de péages ou de stations-services.

Nelson Pinto, Gilet Jaune portugais près de Limoges, a décidé de s’exprimer à travers notre site. Cet autoentrepreneur de 59 ans, artisan plombier-chauffagiste, a été à l’origine du mouvement à Limoges. Il nous raconte pourquoi il a rejoint le mouvement et ce qu’il espère pour la suite.

 

Pourquoi avoir rejoint le mouvement?

J’ai été l’un des premiers à manifester à Limoges et j’ai aussi été un des premiers à bloquer l’autoroute A20. J’ai été aussi l’un des premiers à avoir eu à faire avec la police.

 

Quels sont les revendications des manifestants, des Gilets Jaunes?

La première revendication était la hausse des taxes sur les carburants, qui a été retirée aujourd’hui, mais elle devait entrer en vigueur au 1er janvier. Toutefois il y a d’autres problèmes comme l’augmentation et de l’électricité (suspendu également), mais également la hausse des assurances automobiles, des assurances habitations, et des mutuelles. C’est une série d’augmentations qui touchent toujours les mêmes, ceux qui ont moins de moyens. Moi, je me considère faisant partie de la classe moyenne. Le problème c’est que, en gagnant un peu plus de 1.300 euros, on n’a le droit à rien.

 

La suspension de la hausse sur les carburants est suffisante?

Non. Clairement non. La première semaine de manifestations, je pense que cela aurait été différent. Mais quand le Président Emmanuel Macron a fait son allocution, il nous a pris de haut et ne nous a pas pris au sérieux. Dans notre mouvement il n’y a pas que des gens ‘pauvres’, il y a des gens de la classe moyenne qui en ont marre aussi.

 

Comment se déroulent les manifestations?

On bloque plusieurs points stratégiques, entre autres les autoroutes. On essaye de bloquer les camions qui vont et viennent du Portugal, d’Espagne, de la Pologne, de la Roumanie… Nous n’avons pas, par ici, de raffineries ou de péages, donc nous pouvons seulement essayer de bloquer la circulation. Et on ne manifeste pas que les samedis, encore lundi soir j’ai été manifester. On fait des opérations escargots par exemple. Toutefois durant des manifestations pacifiques, la police a chargé une fois et on a dû reculer.

 

Ce samedi 8 décembre, vous allez bloquer à nouveau?

Oui. Nous allons soit bloquer l’autoroute A20, soit bloquer les commerces de la ville. Si nous ne pouvons pas avoir des fêtes, un Noël décent, personne ne l’aura. Tout simplement.

 

Que faudrait-il faire pour arrêter les manifestations?

Il faut plus. Il faut augmenter le SMIC, il faut des mesures pour les retraités, et il faudrait remettre l’ISF (Impôt sur la Fortune), même si on nous dit que ce n’est pas possible. Nous voulons que le Gouvernement demande plus aux grandes entreprises pour faire cette transition écologique. Moi je suis pour l’écologie, mais ce n’est pas aux classes moyennes et aux ‘pauvres’ de payer la facture.

 

Qu’avez-vous ressenti en voyant les images de violences et de pillages, à Paris et dans d’autres villes?

Je ne suis jamais allé à Paris pour manifester. Dès le premier samedi (17 novembre), j’avais annoncé qu’il y aurait des problèmes à Paris, avec des bandes qui cassent. Il y a toujours des gens qui y vont pour casser. Nous, on a préféré protester, manifester et rester à Limoges. Je dois vous dire que cela m’a choqué de voir des gens tagguer l’Arc de Triomphe, car c’est un des symboles de la France. Je suis portugais et français, et ce monument est un symbole. Des Portugais sont morts lors de la première guerre mondiale. Après on doit voir aussi que les casseurs ont souvent été arrêtés par des Gilets Jaunes. Les Gilets Jaunes ont fait office de policiers. Les manifestations ne doivent pas passer par des affrontements et des violences.

 

Nelson Pinto continuera à se battre pour ce mouvement à Limoges et il est prêt à continuer le temps qu’il faudra.

Interview réalisée avec l’aide de Walter David Fernandes.

 

Credito agricola

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 8 Votos
9.1
X