Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

L’APAPF (Associação para a Promoção dos Artistas Portugueses em França), présidée par Maria Sameiro Afonso, a organisé, la semaine dernière, à Nanterre, une action pour évoquer la participation des Portugais à la I Guerre mondiale. L’évènement «Les Portugais dans la Grande Guerre, les Nanterriens se souviennent» a été organisé avec le soutien de la Mairie de Nanterre et le «haut parrainage» de l’Ambassadeur du Portugal en France.

Une exposition «Le Portugal et la Grande Guerre: contexte et protagonistes» a été présentée depuis le 10 décembre, jusqu’à ce mercredi 19 décembre, à L’Agora, Maison des Initiatives Citoyennes.

L’exposition a été réalisée par l’Institut Camões et, lors du vernissage, le lundi 10 décembre, étaient présents le Mairie de Nanterre, Patrick Jarry et le Consul Général du Portugal à Paris, António de Albuquerque Moniz.

«Nous sommes ici ce soir pour rendre hommage aux soldats portugais qui se sont battus à côté des Français, en sol français, dans le nord du pays, dans la Flandre française, pendant la Grande Guerre, un épisode généralement très méconnu en France, raison pourquoi nous avons voulu organiser cet évènement ici à Nanterre, dirigé aux Français en général et aux Nanterriènnes et Nanterriens en particulier» a dit Raul Lopes, en représentation de l’association. «Je disais bien rendre hommage aux soldats, la grande majorité des paysans pauvres, illettrés, arrachés de leur travail dans les champs, de leurs villages, par la force du service militaire obligatoire très récemment institué par la jeune République portugaise, ne sachant même pas où était la France. Ils étaient environ 55 mille ces militaires portugais qui sont venus à partir de 1917 et qui sont restés ici jusqu’à 1919, dont les survivants ont participé à la défilée de la Victoire sous l’Arche du Triomphe à Paris».

«Nous ne sommes pas là pour célébrer ceux ‘qui sont morts pour la France et l’honneur du Portugal’, comme on écoute très souvent, parce que ces soldats-là ne savaient pas pourquoi ils se battaient, pas pour la France qui n’était pas leur Patrie, pas pour la Liberté, j’en suis sûr».

Raul Lopes é évoqué la Bataille de La Lys, mais il a dit que «nous sommes là tous, Portugais et Français, pour fêter la paix, pour apprendre avec les erreurs du passé, pour finir avec toutes les guerres. Au moment des commémorations du centenaire de la fin de la Grande Guerre, il est fondamental de défendre la paix aujourd’hui, en unissant ses forces pour le désarmement, la dissolution de l’OTAN, la solidarité avec les peuples et la réalisation d’une politique étrangère, et dans le cas du Portugal, ne tenant pas compte les intérêts des États-Unis, de l’OTAN et de l’Union Européenne, mais d’accord avec les principes inscrits dans la Constitution de la République portugaise et dans la Charte des Nations Unies».

Patrick Jarry a salué l’initiative de APAPF, tout en mettant en évidence la diversité culturelle de la ville de Nanterre et l’intérêt de la Ville pour ces initiatives concernant la mémoire de chaque communauté présente dans le ville.

Pour le Maire de Nanterre, il est important de découvrir la participation «si méconnue» de la participation des Portugais à la Grande Guerre. Il a d’ailleurs avoué ignorer jusque là cet épisode de la Guerre. Il a parlé des plus de 9 millions de morts, des 6 millions de mutilés de guerre, des 30 à 40 millions de blessés,…

«Transmettre le témoignage des générations plus âgées et essayer de comprendre le calvaire des millions de soldats est une façon de péréniser la paix et de faire en sorte que cet horreur ne se repète plus».

Une Table ronde sur la participation du Corps Expéditionnaire Portugais (CEP) en France, a eu lieu dans cette même Maison des Iniciatives Citoyennes, samedi dernier, le 15 décembre, à 15h00, modérée par Dominique Stoenesco.

Après la Table Ronde a été projeté le film documentaire «Les héritiers de la Bataille de La Lys» de Carlos Pereira.

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 4 Votos
5.3
X