Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

À l’heure de la trêve hivernale et après 14 journées de D1 Féminine, LusoJornal a décidé de faire le bilan des clubs des lusophones du Championnat. La série s’arrête aujourd’hui à Soyaux, où évolue la franco-portugaise Angeline da Costa (au centre), et qui continue de prouver au fil des semaines qu’elles ont leur place en D1.

Doyen des clubs féminins de l’élite française cette saison et seul club de l’élite encore uniquement féminin, Soyaux reste une équipe à part entière en D1.

Au fil des années et malgré son ancienneté, le club charentais continue de se réinventer et d’ajuster son effectif pour continuer d’exister. Il a même été cette saison jusqu’à changer de logo pour rester dans l’ère du temps.

Des changements qui se sont avérés payants pour la plupart et ce dès le départ. En dehors des deux rencontres difficiles face aux ogres lyonnais (0-4) et parisiens (0-6), les Sojaldiciennes ont été impeccables face à Rodez (3-1) et Metz (1-0), allant jusqu’à accrocher Montpellier dans leur antre (1-1).

Un départ sérieux gâché par des ratés face à plusieurs concurrents directs, à commencer par la claque reçue à Dijon (0-3). Un match sans, mais qui finalement fera plus figure d’accident au fur et à mesure que la saison avance. Car si le déplacement au PFC est manqué malgré une belle résistance (0-2), les Charentaises accrochent consécutivement Fleury, Lille et Guingamp (1-1) avant de battre Bordeaux (1-0).

De précieux points récoltés avant de faire à nouveau face à Lyon (0-6) et Paris (0-2). Mais ces deux revers n’empêchent pas les Sojaldiciennes de finir 2018 sur une belle dernière note en prenant leur revanche sur Dijon (4-2).

Avec 16 points au compteur et les matchs face aux grands de la D1 déjà derrière eux, ne restant que Montpellier à la reprise, Soyaux peut aborder sa seconde partie de saison avec une belle marge de manœuvre. Les deux affrontements face à Metz et Rodez en Février pourrait même permettre aux joueuses de Sébastien Joseph de se retrouver dans le top 5 du championnat. Une performance pour Soyaux au milieu des autres structures professionnelles.

Pour ce qui est d’Angeline da Costa, apparue à partie de la troisième journée face au PSG puis progressivement de plus en plus au fil de la saison, l’internationale espoir française continue de se battre pour gagner sa place.

Son temps de jeu à nettement augmenté sur les dernières rencontres, en plus de sortir des prestations convaincantes face à des adversaires de renom. Nul doute que son passage aux Pays-Bas lors du premier semestre de 2018 a été formateur et qu’elle pourrait bien devenir incontournable à Soyaux et en D1 la saison prochaine.

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 1 Voto
9.3
X