Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Depuis le 10 janvier, en région parisienne, se déroule l’édition 0 de Luso Plataforma, un évènement qui regroupe des artistes lusophones, portugais ou d’origines diverses mais en liaison avec la langue portugaise. Il s’agit également de créer une opportunité pour échanger et discuter sur des propositions performatives et visuelles.

João Costa Espinho, danseur et chorégraphe, est à l’initiative de ce projet, qui prend fin ce dimanche 20 janvier mais en deux jours, en un week-end, plusieurs performances et actions vont avoir lieu à Paris ou en région parisienne, la capitale française étant un lieu culturel dans son ensemble.

«Paris est un lieu culturel, un point névralgique pour développer un art, pour développer des partenariats, pour faire connaître notre art, et pour croiser d’autres artistes», assume João Costa Espinho.

Luso Plataforma est né lors de rencontres avec d’autres artistes en France, mais également établis dans d’autres pays, mais toujours en lien avec le monde lusophone.

«Nous sentions qu’il y avait un espace à prendre pour divulguer le travail de nombreux artistes, de faire connaître leur art», souligne le chorégraphe, admettant que tout s’est fait en un temps record: «en deux mois et demi, on a réussi à monter ce projet, qui est l’édition 0 car c’est une expérimentation», conclut João Costa Espinho.

Il ne reste plus que deux jours au public pour découvrir ces artistes.

 

Programme:

Samedi 19 janvier, de 14h00 à 18h00

Au 104 – 5 Rue Curial, 75019 Paris

Actions. Discussions. Performances avec les artistes Vera Sofia Mota, Vera Martins, André Soares, Bernardo RB, João Machado, Rita Ana, Marina Mana

Performance d’André Soares: Praticando Ser Coisas – Agência do toque (Pratiquer être des choses – Agence du toucher)… cette pratique comprend, invite et célèbre les corps du temps… il est en construction; son contenu est incomplet et provisoire. C’est un dessin et c’est une façon de se déplacer ensemble-Ness-Less. La pratique de l’être s’est pour et avec ses corps et créatures (les anatomies et les environnements météorologiques), une approche sensuelle pour vivre, travailler et créer en harmonie.

Discussion avec Vera Sofia Mota: Art, amour, soin, politique et institutions.

Comment l’art et les artistes fonctionnent-ils et survivent-ils au domaine institutionnel, qui est si fortement réglementé aujourd’hui? Comment fonctionnent-ils dans un marché qui semble être de plus en plus aliéné des valeurs artistiques et des processus de création? Comment pourrions-nous surmonter ce fossé entre les artistes/l’œuvre d’art et les instituts?

 

Dimanche 20 janvier

A 15h à l’Atelier Artien – 2 Rue Marcelin Berthelot, 93100 Montreuil

Performance de Miguel de Sousa: “Callipyège” – Pendant cette séance de dessin de poses courtes et mouvement, le modèle vivant partage des réflexions sur ses réalités. À vrai dire, il se passe énormément de choses alors qu’il ne bouge pas. Librement inspiré du tableau “La Vérité sortant du puits armée de son martinet pour châtier l’humanité” de Jean-Léon Gérôme.

A 16h30 – Dérive de Montreuil à Paris

Parcours guidé de Montreuil à Paris par les artistes participants de Luso Plataforma: Vera Sofia Mota, Vera Martins, André Soares, Bernardo RB, João Machado, Miguel de Sousa, Rita Ana, Marina Mana.

Pour toutes les informations complémentaires sur les performances: lusoplataforma.blogspot.com.

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 5 Votos
7.7
X