Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

L’Association Culturelle Récréative Sportive Portugaise de Cambrai: l’une des historiques!

LusoJornal / António Marrucho LusoJornal / António Marrucho LusoJornal / António Marrucho LusoJornal / António Marrucho LusoJornal / António Marrucho

Dans Nord de la France, la population portugaise se concentre essentiellement dans l’ancien pôle textile de Lille-Roubaix-Tourcoing. En dehors de cette conurbation, il y a une concentration de portugais, même si en nombre moins réduits, sur Valenciennes, Maubeuge et Cambrai, pour ne citer que ces villes du sud du département.

C’est à la Communauté de cette dernière, que nous avons fait une visite, samedi, dernier jour du mois de février. Nous étions accompagnés de Bruno Cavaco, Consul honoraire du Portugal dans la région Hauts-de-France.

Le nombre de Portugais sur Cambrai dépasserait le millier. Comme ailleurs, ici aussi, les Portugais se sont organisés et ont créé des lieux de rencontres, des lieux de promotion de la culture portugaise: associations, équipe de football, groupes folkloriques.

Qu’en reste-t-il de cette vie associative? Il reste, ce qu’on peut considérer comme une des historiques au niveau du panorama français, par son ancienneté: l’Association Culturelle Récréative Sportive Portugaise de Cambrai.

La création de cette association date du 24 avril 1970. Selon son Président, Aventino da Silva Albuquerque, elle serait la 2ème association officielle portugaise la plus ancienne de France.

Presque 50 ans se sont écoulés. Une grande fête, avec un programme varié est en train d’être élaboré pour le 26 avril prochain.

Au niveau de ses activités, l’association possède deux équipes de football, le groupe folklorique «Cravos d’Abril», créé en 1992, et donne des cours de civilisation portugaise le vendredi soir.

Le siège actuel est situé au 23 rue Ernest Lepot. Les installations fonctionnant le vendredi soir, le samedi et dimanche toute la journée. L’association possède 200 adhérents qui profitent des installations et autres avantages liés à ses activités, pour une cotisation modique de 10 euros.

Pour la petite histoire, le 23 rue Ernest Lepot est le deuxième local de l’association. Le premier, a brûlé. Incendie provoqué par une imprudence d’une autre association qui avait une radio locale au premier étage. L’association était à ce moment-là située en face de la DGST, ce qui avait ses avantages, mais aussi, vous vous en doutez, quelques inconvénients.

Remontons dans le temps pour trouver le premier portugais connu sur Cambrai. Il s’agit de Manuel Martins, arrivé en 1956, légalement, pour travailler dans un établissement de menuiserie du nom d’Entreprise Bernard. Il nous a été dit que Manuel Martins, dans les années 1960, se déplaçait jusqu’à la frontière franco-espagnole pour accueillir des compatriotes qui arrivaient clandestinement, leur proposant du travail chez son patron français.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer le fils de Manuel Martins, Joaquim da Silva. Celui-ci nous dit avoir organisé dès 1967 des rencontres de football dans les jardins de la ville. Le nombre de participants grandissant et étant donné que la majorité étaient des Portugais, son père, Manuel Martins, et le lisboète Francisco Bandarra, ont décidé de créer l’association, une manière de structurer et de mieux pouvoir aider les compatriotes qui arrivaient clandestinement du Portugal.

La famille Martins a, par ailleurs, accueilli chez eux, dans un premier temps, beaucoup de Portugais. Des Portugais qui étaient essentiellement originaires d’Espinho, comme le premier arrivé et d’Alpedrinha (Beira Baixa).

Les temps forts de l’association et de la Communauté portugaise de Cambrai sont le Tournoi de football, la Fête des châtaignes, le spectacle du jour de Pâques et la Fête de la Saint Jean, avec ses traditionnelles sardines.

L’association et ses membres peuvent aussi être force de proposition: c’est ainsi qu’il y a une dizaine d’années, son Président Aventino da Silva Albuquerque a proposé et créé le premier Carnaval de la ville de Cambrai, 600 personnes ont défilé.

Quand on parle de Cambrai, on pense aux bêtises. Attraper des bêtises étant plus difficile que, par exemple, les harengs de Dunkerque, les organisateurs ont suggéré pour attraper les bonbons qu’on ouvre les parapluies en dirigent son manche vers le ciel.

Les relations avec la Mairie et son Maire Francis Xavier Villain, sont au beau fixe. La municipalité met à la disposition, deux fois par an, des salles de la ville pour les fêtes organisées par l’association.

Deux femmes d’origine portugaise, Maria José Pombal et Maria Amélia Cafede Pinheiro, font partie du Conseil municipal qui termine son mandat.

Cambrai est actuellement jumelée avec 5 villes étrangères. Le Maire actuel, qui se recandidate à la Mairie, verrait d’un bon œil un jumelage avec une ville du Portugal.

Dans les décors intérieurs de l’association on y voit des traces du passé, avec une plaque commémorative de la date de sa création, des photos de ses fondateurs, des vitrines avec de nombreuses coupes, de livres et deux albums qui retracent quelques-uns des évènements de cette institution. Nous avons été témoins que le jeu de cartes continue à fédérer. Joueurs et spectateurs gardant rarement le silence. Ici comme ailleurs, une des passions de nos anciens.

L’Association des Portugais de Cambrai se projette vers le futur, elle qui est une des plus anciennes de France, nous convie le 26 avril prochain pour la célébration de son demi-siècle d’existence.

 

LusoJornal Artigos
X