Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Donativos LusoJornal

 

A 3 semaines du début du Championnat, Rodolphe Lopes a souhaité participer au tournoi Taça Vila de Cascais, du 02 au 05 septembre, au cours duquel le Sporting Club de Paris était confronté à trois adversaires d’un niveau européen très élevé: Quinta dos Lombos, le Benfica de Lisboa et le Sporting Clube de Portugal, tenant du titre européen.

Pour disputer cet événement de prestige, l’effectif parisien était loin d’être au complet. En effet, 2 éléments majeurs de la saison passée étaient absents et ce de façon plus ou moins définitive pour le Championnat à venir. Tout d’abord, l’international Boulaye Ba s’est blessé tout seul et a dû se faire opérer du pied (métatarse), son retour sur les parquets est espéré pour les matchs retours; enfin, c’est Peterson dos Reis, qui lors d’un entraînement fin août, s’est rompu le ligament croisé antérieur et d’ores-et-déjà, il est acté qu’on ne le reverra pas rejouer avant la fin de la saison.

Néanmoins, devant cette adversité, le Sporting Club de Paris va faire front et se préparer pour remporter un nouveau Championnat.

 

Quinta dos Lombos – Sporting Club de Paris (2-2)

Ce tournoi au Portugal, dont toutes les rencontres se sont disputées au Centro Recreativo e Cultural Quinta dos Lombos, a débuté par le match du mercredi 02 septembre, à 21h00, contre l’équipe locale. Premier match riche d’enseignements pour le staff parisien car les joueurs ont fait preuve de solidarité et d’abnégation contre une équipe disposant d’un grand banc de touche (12 joueurs au total contre 8 parisiens) et contre le trio arbitral.

Le Sporting Club de Paris domine le début de la rencontre et se montre menaçant à plusieurs reprises avant que Saadaoui ne marque le premier but sur une action qu’on espère voir se répéter souvent en Championnat. Le gardien de but Laion dégage, à la main, le ballon loin devant sur Maico qui centre instantanément pour le numéro 7 qui trompe de près le goal portugais Schutt (0-1, 10 min). Quinta dos Lombos tente bien de revenir mais ses actions sont peu tranchantes et aisément maîtrisées par les Parisiens. Néanmoins, sur une action au départ anodine, le Capitaine Elson Fernandes (Eddy) profite d’une talonnade plein axe pour battre Laion sur sa gauche (1-1, 14 min). La fin de la première mi-temps est à l’avantage des visiteurs qui se procurent deux belles occasions par un Saadaoui en jambes.

Le début de la seconde période est plus compliqué pour des Parisiens qui tentent de jouer plus long grâce aux dégagements lointains, mais précis, de Laion. Ce sont à chaque fois des opportunités qu’avec un peu plus de travail collectif devraient se transformer en but dans les prochains matchs. Dans le jeu, les Portugais sont trop imprécis pour surprendre des Français bien organisés et solidaires. En contre, Soumaré tente de lober le gardien de Quinta dos Lombos bien avancé mais sans réussite. Le jeu s’équilibre et si le Sporting Club de Paris se montre le plus dangereux notamment par Finéo et Saadaoui, c’est bien le club hôte qui est tout près de prendre l’avantage par Eddy qui trouve une première fois Laion sur sa route (26 min) puis le poteau gauche (32 min). Dans la foulée, le gardien parisien trouve sur le côté gauche, Saadaoui dont la reprise de volée tutoie la barre transversale. Bien qu’atteints physiquement, les joueurs du coach Lopes, maintiennent leurs efforts. Ils sont récompensés à la 34ème minute quand Finéo profite d’une passe plein centre de Chaulet pour piquer son ballon au-dessus du gardien venu à sa rencontre (1-2). C’est à ce moment-là que le corps arbitral va faire basculer le match même s’il avait déjà oublié de siffler 2 pénalties pour des mains portugaises dans la surface de réparation. Alors que les Parisiens défendent bien et proprement (ils ne comptabilisent qu’une seule faute contre 4 à leurs adversaires), les Portugais commettent de nombreuses fautes pas toujours sanctionnées ne permettant pas d’espérer un tir à 10m.

A la 36ème minute, une faute est sifflée contre Laion (qui aurait trop tardé à dégager!). Le ballon, placé sur la ligne de la surface de réparation est renvoyé par la défense parisienne mais le coup franc est donné à retirer (?) avec le même résultat. A 2 minutes de la fin, Quinta dos Lombos écope d’une cinquième faute, largement méritée. Alors qu’on s’acheminait vers une belle victoire du Sporting Club de Paris, les arbitres accordent à Quinto dos Lombos un pénalty très imaginaire à 37 secondes du terme de la partie. Tiaguihno se charge de sa transformation et remet les deux équipes à égalité (2-2).

Sur la remise en jeu, Chaulet se fait durement sécher mais le trio infernal, chargé de l’application des lois du jeu, ne juge pas nécessaire de siffler cette faute synonyme de tir à 10 mètres pour le Sporting Club de Paris.

Match nul donc mais sentiments contrastés: d’un côté, la satisfaction d’avoir disputé une belle partie, enlevée et de bon niveau et de l’autre côté, la frustration et la désagréable impression de s’être fait voler la victoire.

 

Sporting Portugal – Sporting Club de Paris (4-2)

Pour cette deuxième rencontre, disputée samedi 04 septembre (et diffusée en direct à la télévision sur la chaîne 11) le Sporting Club de Paris récupérait Belhaj arrivé la veille au soir. Toutefois, l’effectif parisien restait limité avec 8 joueurs valides dont 2 gardiens. La tâche s’annonçait donc rude contre le Champion d’Europe en titre, le Sporting Clube de Portugal. Or, contrairement à ce que pourrait laisser supposer le score, les joueurs de Rodolphe Lopes ont fait au moins jeu égal avec les lusitaniens.

L’entame du match est plutôt à l’avantage de Paris qui, dès la 50ème seconde s’offre une belle occasion par Chaulet qui reprend de la tête un dégagement de Laion. Ils sont présents dans les duels et tirent plus de fois au but que les locaux (5 tirs à 1 à la sixième minute). Il faut attendre le milieu de la première mi-temps pour que le Sporting du Portugal inquiète Laion qui doit renvoyer des deux poings un tir de Pedro Santos.

Il faut attendre un coup du sort pour assister à l’ouverture du score. Suite à une action confuse, c’est Laion qui marque contre son camp suite à un centre mal renvoyé par la défense (1-0, 13 min). Les Parisiens ne se désunissent pas et repartent à l’assaut du but de Gonçalo. C’est d’abord Maico par deux fois qui échoue sur le gardien, puis c’est Finéo qui voit sa talonnade passée à droite du but. Un peu contre le cours du jeu, sur un coup franc à 10 mètres, face au but, Caia Ruiz transperce le mur et surprend Laion (2-0, 18 min). A la conclusion d’une belle action collective impliquant Barboza et Chaulet, Sid Belhaj rate de peu le cadre. La dernière action significative de la première période est pour le Sporting de Portugal par Caio Ruiz qui oblige Laion à renvoyé d’une main ferme son puissant tir.

A la reprise, les Parisiens prennent clairement le jeu à leur compte. Après 45 secondes de jeu, c’est Belhaj qui lance sur la droite Soumaré qui renverse le jeu pour Maico qui ne peut pas contrôler le ballon. Les occasions pour revenir au score vont se succéder: Maico centre fort pour Soumaré qui est contré in extrémis, puis c’est Finéo qui oblige le gardien à un arrêt en deux temps, ensuite c’est Liaon qui met son homologue en grande difficulté…

Mais c’est par une superbe frappe en lucarne de Saadaoui que le Sporting Club de Paris va réduire le score. A la 26ème minute, il est à la conclusion d’une belle phase de jeu à 3 initiée par Barboza, poursuivie par Laion (2-1).

Alors qu’ils sont dominateurs, les Parisiens vont se faire surprendre par Hugo Neves qui récupère un ballon perdu et qui tente sa chance. Son tir, légèrement dévié par Finéo, surprend Laion (3-1, 34 min). N’abdiquant pas, les joueurs du Capitaine Teixeira vont se créer de nouvelles occasions par Belhaj dont le tir échoue sur le poteau et par Maico dont le tir en pivot frôle la barre transversale. A 2 minutes du terme de la rencontre, les Lisboetes sont sanctionnés d’une cinquième faute. C’est le moment choisi par le staff parisien pour passer en power-play. En contre, à 40 secondes du coup de sifflet final, Hugo Neves aggrave le score en marquant à la suite de passes redoublées avec Caio Ruiz (4-1). C’est à Belhaj que reviendra le plaisir de clôturer le score en centrant fort devant le but. Le gardien ne maîtrise pas le ballon qui file au fond de son but (4-2). Défaite donc, mais match qui aurait pu basculer en faveur du Sporting Club de Paris si le manque de profondeur du banc de touche ne l’avait pas une nouvelle fois pénalisé.

 

Benfica – Sporting Club de Paris (2-2)

Cette troisième et dernière rencontre disputée dimanche 05 septembre, à 10h00, s’est soldée par un match nul (2-2) inespéré pour Benfica tellement les Parisiens ont maîtrisé ce match. Les joueurs du Sporting Club de Paris ont dû puiser dans leurs ressources physiques et mentales pour arriver au terme de la partie. L’enchaînement de 3 matchs de haut niveau avec un effectif restreint (Paris a fini avec 7 joueurs valides contre 12 côté Benfica) a marqué les joueurs à la fin de cette dernière partie.

Les hommes de Barboza, Capitaine du jour en l’absence de Teixeira, ont dominé la première mi-temps en s’offrant au moins 8 belles occasions de but contre seulement 2 coté lusitanien. Dès la 4ème minute, le Sporting Club de Paris prend l’avantage par Maico (son premier but sous ses nouvelles couleurs) qui après avoir réceptionné un dégagement à la main de Laion, pivote et vient battre Figueira, le portier de Benfica (0-1). Il s’en suit des opportunités franches d’aggraver le score, tout d’abord par Ayoub (6 min) contré au dernier moment, puis par Finéo, dont le tir s’écrase sur l’arête droite du but (7 min), imité par Barboza qui trouve lui, l’arête gauche de la cage (8 min). Maico, trop altruiste sur le coup, remet un ballon à Soumaré qui est contré, alors que le brésilien pouvait marquer.

Côté Benfica, il y a 2 équipes, selon que le pivot Rafael Silva (Fits) est sur le terrain ou pas. Ce joueur, puissant et adroit, demande une surveillance et une débauche d’énergie très importante de la part de ses adversaires. Tour à tour, Belhaj, Maico et Chaulet se sont admirablement bien acquittés de cette tâche. Néanmoins, malgré les efforts des Parisiens, Fits reste dangereux. A la 10ème minute, il talonne pour Silvestre qui oblige Laion à un arrêt réflexe. Ce sera la seule occupation notable pour Benfica en première mi-temps. Déjà en effectif réduit, le club de la capitale française perd Finéo sur blessure. Cela n’empêche pas le Sporting Club de Paris de poursuivre sa domination: Saadaoui, à 2 reprises, est tout proche d’alourdir le score mais Figueira sauve (avec bien des difficultés) son camp. La dernière occasion est pour Celio Coque qui reprend de volée un corner mais Laion la repousse spectaculairement.

A la reprise, Benfica prend la partie à son compte et revient rapidement au score par Silvestre qui reprend victorieusement un centre de l’inévitable Fits. Le ballon passe entre 3 joueurs parisiens et le lisboète, bat Laion de près (1-1, 21min).

Les locaux imposent un défi physique auquel les visiteurs répondent présents. Cet ascendant de Benfica dure 5 minutes pendant lesquelles Celio Coque trouve le poteau gauche de Laion et Bruno Diogenes voit son tir à bout portant stoppé par le gardien parisien. Le Sporting Club de Paris refait brillamment surface et prend de nouveau l’avantage par un but concrétisant une belle action collective. Belhaj lance Soumaré sur la droite qui crochète un adversaire pour servir Chaulet, seul devant le but (1-2, 26min). Benfica fait le forcing mais se montre peu dangereux bien gêné par des Parisiens qui font preuve, une nouvelle fois, de solidarité et de courage. Les relances de Laion font des dégâts dans le camp adverse. Maico, puis Barboza et Saadaoui récupèrent ces longs ballons mais butent sur Roncaglio, entré à la mi-temps. C’est dur physiquement, Belhaj et Saadoui souffrent de crampes mais, compte tenu de la maigreur du banc de touche, ils sont obligés de continuer. Les Parisiens sont épuisés et finissent la partie au mental.

Alors qu’une nouvelle fois la victoire semblait acquise, et comme contre Quinta dos Lombos, le Sporting Club de Paris va encaisser un but dans les dernières secondes. Il reste 24 secondes à jouer, Silvestre trouve la faille dans la défense parisienne et réussit à centrer pour… Fits, qui ne rate pas l’occasion (2-2).

 

Le bilan est plutôt bon pour les Parisiens (2 nuls qui ressemblent à des victoires et 1 défaite contre le Champion d’Europe en titre. Une certitude: avec un effectif en nombre suffisant et en pleine possession de ses moyens, le Sporting Club de Paris postulait pour la gagne de ce Tournoi très relevé. Cette préparation, loin de sa base habituelle, a permis aux joueurs et au staff de parfaire la cohésion du groupe et les automatismes.

A noter que pour ce stage de préparation, le club parisien a pu bénéficier pour les entraînements du gymnase mis gracieusement à sa disposition par le club Leões Porto Salva et du restaurant situé à l’étage de cet équipement pour tous les repas.

 

Desporto

 

X