Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

António Pedro de Sousa, avec deux autres associés, a créé la société «Parallèle» sur Lille, en 2007.

Avec ses 11 salariés, le cabinet intervient dans la conception et la construction de bâtiments publics et privés sur toute la France. La compétence du cabinet est mise au service des différents maîtres d’ouvrage avec lesquels ils travaillent dans des domaines tels que l’architecture, l’urbanisme, l’architecture d’intérieur, le paysage. Les projets sur lesquelles António Pedro de Sousa travaille ainsi que son équipe va de l’hospitalier, au médico-social, au scolaire, en passant par le logement, équipement sportif, tertiaire et industriel.

En cette période très difficile pour les entreprises, LusoJornal a questionné António de Sousa sur quelles répercutions individuelle et pour sa société en cette période si difficile.

 

Que faites-vous actuellement?

Comme je suis architecte et que nos chantiers sont tous à l’arrêt, actuellement je travaille en grande partie chez moi, en télétravail et en téléconférence, pour coordonner le travail de mes employés qui travaillent à leur domicile pour ceux qui ne sont pas au chômage partiel. On essaie de mener à bien les études des projets en cours.

 

La situation actuelle vous préoccupe-t-elle?

La situation actuelle me préoccupe, j’espère qu’elle ne durera pas trop longtemps, car nous ne pouvons pas travailler en mode dégradé sur une longue période. Cela va impacter notre trésorerie.

 

Quand la pandémie sera passée, qu’attendez-vous du «nouveau monde»?

Quand cette pandémie sera passée, j’attends que nos Gouvernements tireront les enseignements d’une telle catastrophe, qu’ils mettront en place des moyens pour mieux anticiper de telles situations, que des plans d’organisation de la société soient étudiés en cas de situation d’urgence sanitaire, qu’au niveau européen la même chose soit faite, que l’Europe soit plus solidaire face de tels événements, que le but de notre société ne soit pas que la recherche de la rentabilité à tout prix, que la qualité de vie de la population devienne le but principal.

 

LusoJornal Artigos
X