Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Desporto

 

Fin des matchs ‘aller’ samedi dernier et début de la trêve des confiseurs pour des Parisiens qui souhaitaient partir en vacances en étant leader du Championnat de France de D1 Futsal. Pour cela, le Sporting Club de Paris devait venir à bout du Toulon Elite Futsal placé à un 1 point derrière lui et qui réussit plutôt pas mal à Carpentier.

Comme attendu, le match à été compliqué pour les Parisiens tant l’adversaire du jour a opposé une belle résistance et parce que l’arbitrage a été «honteux et indigne» du niveau de la D1 futsal. A la fin de la rencontre, les deux équipes avaient des raisons d’être remontées contre le duo arbitral qui a sifflé des fautes inexistantes, qui en a oublié certaines, qui s’est souvent trompé de sens dans ses décisisons, mais qui a également distribué 11 cartons (6 du côté parisien et 5 du côté varois, dont 1 rouge au coup de sifflet final) dans un match qui ne méritait cette sévérité incompréhensible et abusive. Preuve, s’il en fallait qu’ils n’étaient pas fiers d’eux, les arbitres n’étaient toujours pas sortis de leur vestitiare plus d’une 1h30 après la fin du match!

Dans une ambiance de folie (le gymnase était plein, une première depuis des années), le Sporting Club de Paris a remporté, au bout du suspens, ce match très important.

Pourtant, les choses commencent mal puisqu’après seulement 30 secondes de jeu, Nito intercepte une passe Parisienne mal ajustée et s’en va battre Laion (0-1).

La réplique est quasi immédiate avec un but sur un coup franc assez lointain transformé par Finéo dont le tir surprend Kerroumi sur sa gauche (1-1, 4 min).

Les Parisiens dominent et Chaulet, sur la trajectoire d’une tentative d’Eder, trompe le gardien varois d’une astucieuse talonnade (2-1, 7 min). Le Sporting Club de Paris ne desserre pas son emprise et se procure de belles occasions par Laion (7 min), Barboza (trop court sur un centre de Chaulet, 8 min), Saadaoui (qui bute sur le gardien, 9 min), Eder qui trouve le petit filet (12 min) ou Finéo (15 min) dont la tête sur un dégagement de Laion est repoussée par Kerroumi.

Alors qu’ils ont le match en main et que Toulon est à 5 fautes depuis la 12ème minute, les Parisiens se font surpendre en contre attaque par Ouadi qui gagne son duel avec Laion (2-2, 16 min). Une minute plus tard, Finéo a la possibilité de donner l’avantage à son équipe mais son tir à 10 mètres (consécutif à une sixième faute) passe de peu à gauche du but de Kerroumi.

C’est Eder, bien démarqué sur l’aile droite par Soumaré, qui trompe le gardien d’une frappe du pied gauche (3-2, 18 min).

Ce score à la pause est mérité pour des Parisiens entreprenants et conquérants.

Dès la reprise, Soumaré écope d’un second carton jaune synonyme d’expulsion. Il doit laisser ses coéquipiers en infériorité numérique pendant 2 minutes, sauf si l’adversaire marque un but avant ces 120 secondes. Les Parisiens résistent bien mais finissent par s’incliner sur un but de Oaudi qui devance Barboza sur un centre de Nito (3-3, 24 min).

Le Sporting Club de Paris reprend sa marche en avant mais se heurte à un adversaire bien regroupé en défense qui laisse peu d’espaces aux Parisiens. Ces derniers tentent de loin, mais les tentatives de Saadaoui ou Finéo sont repoussées par le gardien varois.

Comme ils se retrouvent avec 5 fautes, alors qu’il reste encore 9 minutes à jouer, les Verts et blancs se montrent moins agressifs et concèdent des opportunités aux visiteurs, mais Laion reste vigilant devant Ouadi ou Nito.

Les Parisiens jouent maintenant plutôt en contre attaque et Eder est proche de marquer, mais sa tentative est déviée du genou par Kerroumi (36 min).

Alors qu’il reste 3 minutes à jouer, l’infernal duo arbitral va encore se signaler: Maico est crocheté par un Toulonnais et le ballon sort en touche. Au lieu d’accorder la remise en jeu aux Parisiens, l’arbitre siffle une faute contre le Parisien (synonyme de 6ème faute) et lui donne un carton jaune! Une aberration!

Nito ne se fait pas prier pour transformer le tir à 10 mètres (3-4, 37 min).

Pas d’autre choix pour Rodolphe Lopes que de passer en power-play pour tenter de revenir au score. A 2 minutes et 18 secondes du terme de la rencontre, alors que le public encourage et pousse son équipe, le centre de Saadaoui est détourné du dos par Ouadi dans son but (4-4).

On pense que le plus dur est fait et le match nul acquis, mais les Parisiens ont des ressources morales incroyables. Il reste moins de 3 secondes à jouer et le Sporting Club de Paris bénéficie d’un coup franc excentré sur la droite. Chaulet, à la manoeuvre, met le ballon en retrait pour Laion qui envoie un missile que Karoumi ne peut que détourner dans son propre but (5-4).

C’est de la folie sur le terrain et dans les tribunes! Quelle belle victoire au bout du suspens! Beau match entre deux valeureuses équipes mais qui aurait mérité un duo arbitral à la hauteur. Mais y en a t’il? Cela devient problématique et récurrent pour un Championnat qui se veut performant et attractif. Une telle prestation arbitrale devant un nombreux public est plutôt contreproductif.

Septième victoire (pour 9 matchs joués) et titre honorifique de “Champion d’Automne”! Très beau début de saison pour les hommes du Président José Lopes qui affichent clairement leurs intentions sur la conquête d’un nouveau titre de Champion de France.

Mais la concurrence est rude car les poursuivants immédiats des Parisiens ont aussi gagné leur match (Mouvaux à Béthune et Nantes à Hérouville) de sorte que l’avance du Sporting Club de Paris sur ces 2 adversaires n’est que d’un point. En revanche, les autres équipes sont plus loin: Toulon est à 4 points et Laval à 9 points.

Maintenant, place à une trêve bien méritée! La reprise du Championnat aura lieu le 22 janvier 2022, avec un court déplacement chez le voisin de Paris Acasa. Malheureusement, les cartons reçus par Laion, Barboza et Soumaré les priveront de cette rencontre.

 

Sporting Club de Paris 5-4 Toulon

Buteurs: Sporting Club Paris: Finéo (x2), Chaulet, Laion, Ouadi (csc). Toulon: Nito (x2), Ouadi (x2).

Sporting Club de Paris: Laion (GK), Douang (GK), Barboza, Chaulet, Eder, Fineo, Maico, Saadoui, Teixeira et Soumaré

 

Donativos LusoJornal

 

X