Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

La quatrième étape du Tour du Portugal s’est déroulée ce jeudi 1er octobre, entre Guarda et la montée ‘à Torre’, et a été remportée par le cycliste portugais Jóni Brandão. Il a devancé les portugais Frederico Figueiredo (Atum General-Tavira-Maria Nova Hotel) et Amaro Antunes (W52-FC Porto).

Le maillot jaune est toujours sur les épaules du Portugais Amaro Antunes (W52-FC Porto).

Le LusoJornal a pu s’entretenir avec le cycliste français Alan Riou de l’équipe Arkéa-Samsic, qui s’est classé 81ème à 29 minutes et 38 secondes du vainqueur de l’étape, Jóni Brandão.

Au général, Alan Riou (Arkéa-Samsic) est 77ème à 1h, 11 minutes et 59 secondes du maillot jaune.

A la fin de l’étape, le cycliste français a admis que l’étape reine du Tour du Portugal était difficile avec une montée «vraiment longue». Après cette journée, Alan Riou a affirmé, à nouveau, que l’équipe Arkéa-Samsic allait tenter sa chance pour remporter une étape.

 

Comment s’est déroulée la journée? Et cette montée finale?

La journée a été simple jusqu’à cette montée final où les cols ont été montés à un tempo régulier. On a réussi à mettre 2 coureurs dans l’échappée pour avoir un coup d’avance et si possible aider Anthony dans le dernier col. La montée finale était vraiment longue. Je me suis accroché le plus longtemps pour accompagner Anthony, mais c’était presque au sprint le début du col.

 

Anthony a fini par décrocher, on peut dire que maintenant l’équipe est tournée exclusivement vers les victoires d’étape?

C’est vrai que le général est plus ou moins fini. Les premiers de la course ont vraiment été impressionnants. Sur une autre planète par rapport à nous! Mais il reste quelques opportunités avec pourquoi pas un sprint.

 

Ce vendredi, une étape pour un sprint, est-ce qu’Arkéa peut jouer un rôle majeur, c’est-à-dire prendre le contrôle de la course pour que ça arrive au sprint?

On verra ce qu’on décide demain (ndlr: vendredi) matin au briefing. C’est pas facile de prévoir ce qu’il va se passer. Mercredi personne ne pouvait sortir, même les non placés au général. Il faudra peut-être jouer une carte dans l’échappée et rester vigilant derrière pour un sprint massif car Dan marche très fort.

 

Après deux grosses étapes de montagne, comment jugez-vous le niveau du Tour du Portugal et le niveau de difficulté?

Je suis impressionné à la vitesse où ça monte. L’approche des bosses est toujours rapide chez les pro. Mais ici, ça ne se pose jamais. Ca fait 3 étapes d’affilée où ça roule fort et que les étapes sont difficiles. Les jambes commence à être bien dur.

 

Desporto
X