Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Colonel Bento Roma et le Général Ferreira Martins citoyens d’honneur de la ville de La Couture

LusoJornal | LSG LusoJornal | LSG LusoJornal | LSG LusoJornal | LSG LusoJornal | LSG
Comunidade

 

 

« Le 15 avril 1951, à 9h30, le Conseil municipal (1) s’est réuni sous la présidence de M. Salomé, Maire de La Couture, à la suite d’une convocation adressée le 11 courant… M. le Président communique au Conseil municipal l’invitation de Monsieur le Consul du Portugal pour la manifestation patriotique du dimanche 22 avril.

Cette manifestation devant être cette année rehaussée par la présence de Monsieur le Général Ferreira Martins, ancien Chef d’État-Major du Corps Expéditionnaire Portugais qui a participé à la bataille victorieuse de La Lys en 1918 et du Colonel Bento Roma, valeureux officier du Corps Expéditionnaire Portugais et défenseur du réduit de La Couture, il propose au Conseil municipal de leur offrir une plaquette souvenir en témoignage de gratitude.

Après en avoir délibéré à l’unanimité, le Conseil municipal approuve cette proposition et vote à cette effet un crédit de 20.000 francs qui sera prélevé sur les fonds communaux et reporté au budget additionnel de 1951… ».

Cette ouverture de crédit sera approuvée le 18 avril par le sous-Préfet de Béthune.

Dans le compte rendu de la même séance du 15 avril 1951, nous lisons : « à l’occasion du 33ème anniversaire de la Bataille de La Lys, le Conseil municipal de La Couture dans son unanimité et en témoignage de gratitude, décerne le titre de Citoyen d’Honneur de la commune de La Couture à :

  1. Monsieur le Général Ferreira Martins, ancien Chef d’État Major du Corps Expéditionnaire Portugais qui a participé à la bataille victorieuse de la Lys en avril 1918.
  2. Monsieur le Colonel Bento Roma, valeureux officier du Corps Expéditionnaire Portugais et défenseur du réduit de La Couture.

La décision de nommer le Général Ferreira Martins et du Colonel Bento Roma a été approuvée par décret ministériel le 11 octobre 1951 ».

 

Annoncé dans le journal de la Croix du Nord du 13 avril 1951, un programme chargé attendait le Général Ferreira Martins et le Colonel Bento Roma lors de la cérémonie du 33ème anniversaire de la Bataille de la Lys, le Général, de 72 ans, étant le Président d’honneur du pèlerinage à La Couture de 1951, organisé par la Société Portugaise du Nord de la France :

Le 20 avril : l’Association des anciens combattants venus du Portugal fleurit la dalle du soldat inconnu à l’Arc en Triomphe.

Le samedi 21 avril 1951, après l’accueil à la gare de Lille d’une cinquantaine d’anciens combattantes portugais, du Colonel Bento Roma et du Général Ferreira Martins à 11 heures du matin, une réception est organisée à la Mairie de Lille par M. le Maire, René Gaifie et Paul Crepy, Consul du Portugal de Lille, en présence du Conseil municipal. Ont pris la parole pour des allocutions : le Général Ferreria Martins et Emmanuel Martins, Président des Anciens Combattants Portugais de Lille et environs. Après le repas, dans un des salons de l’hôtel Terminus, et après les allocutions du Consul du Portugal à Arras, Louis Lantoine et de João Machado Leal, organisateur du pèlerinage à La Couture, tous sont partis en cortège jusqu’au Monument aux Morts. Après une cérémonie de dépôts de gerbes, honneur a été rendu auprès du Monument des Enfants de Lille tombés pour la France. Cérémonies qui se termineront à 17h45 avec dépôt de gerbe par le Général Ferreira Martins au monument du Maréchal Foch.

Dimanche 22 avril, les cérémonies se poursuivent, comme à son habitude, à La Couture et Richebourg.

Coïncidence de la journée de ce 22 avril, La Croix du Nord, dans un de ses articles donne l’information : à 12 heures, les derniers Sacrements sont donnés au Maréchal Pétain, à l’île d’Yeu, par l’abbé Bailly, son aumônier. Fausse alerte ? Le Maréchal Pétain meurt le 23 juillet suivant.

Dans son édition du 22 avril, La Croix du Nord tirera : 35ème (2) anniversaire de la Bataille de La Lys : le passage à Lille du Général Ferreira Martins et du Colonel Bento Roma, défenseur de La Couture a été marqué par des cérémonies patriotiques. Le Général Ferreira Martins a été reçu dans le quai de la gare par Louis Lantoine, Consul du Portugal à Arras.

 

Colonel Bento Esteves Roma

Il est né le 2 janvier 1884 à Chaves et mourra à Lisboa le 23 décembre 1953, fils de António Gonçalves Roma e de Josefa Augusta Esteves. Il s’est marié à Antónia Figueiredo Roma.

Bento Roma s’engage dans l’Armée portugaise le 5 août 1903. Il arrive en France avant le gros des troupes du CEP. Bento Roma embarque le 27 décembre 1916, à Lisboa, il fait partie de la première mission qui vient étudier dans les écoles des Camps Anglais.

Sa présence est signalée au Quartier Général du CEP le 2 février 1917 venant du champ anglais d’Étaples. Dès le 14 février, il sera envoyé à Mametz, on lui confie la tâche de la construction du Champ d’instruction des troupes portugaises.

Le 28 janvier 1918, il devient Second Commandant du B.I. 13. Il exerce à plusieurs reprises la fonction, par intérim, de Premier Commandant.

Le 9 avril 1918, début de la Bataille de La Lys, le Colonel Bento Roma est le commandant en second du 13ème bataillon, stationné à La Couture. Ce bataillon de réserve est installé dans une partie qui couvre le centre de la ville.

Un complexe fortifié, le Réduit de La Couture, défendait le village avec des lignes de fil et des soldats avec des mitrailleuses. On peut encore, de nos jours, observer des traces de ces fortifications que l’on peut voir, notamment dans le jardin public derrière l’église.

Le bombardement de l’Armée allemande a détruit les lignes du front au début du 9 avril. Rapidement, le Capitaine Bento Roma et ses troupes vont se retrouver au centre de la bataille.

Face à la situation difficile, Bento Roma s’organise, réfléchit, se positionne, résiste, cependant la progression des troupes allemandes est telle que les ordres deviennent vite obsolètes, avant même d’être retransmises.

 

La forteresse reste ferme.

Tout près de l’église de La Couture, le Capitaine Bento Roma résiste à partir du blockhouse qu’il occupe avec ses troupes. Il demande des munitions aux troupes anglaises, toutefois elles n’arriveront qu’à petites doses. Il récupère 3.000 cartouches ce qui va permettre une certaine résistance. Résistance qui a lieu jusqu’au lendemain du début de la bataille. Le 10 avril, à 10h30, à emplacement du cimetière de l’époque, des troupes anglaises se rendent. Bento Roma affirme aux siens : « d’ici, personne ne part, on luttera jusqu’à la dernière cartouche ».

Vers 12h00, et aux vu des pertes qu’ils subissent, le manque de matériel et menaces, Bento Roma est fait prisonnier.

 

La Couture sera détruite à 90%

Le Capitaine de l’époque, Bento Roma, est fait prisonnier au deuxième jour de la Bataille de La Lys et envoyé au Camp de Bressen, en Allemagne.

Il reçoit la Croix de Guerre le 8 juin 1918. Il sera libéré le 11 novembre 1918, jour de l’Armistice. Il est présent le 15 janvier 1919 dans le Quartel General du Corpo Expedicionário Português venu de la Legação Portuguesa de La Haye. On le retrouve par la suite le 21 janvier au Port d’embarquement de Cherbourg avec comme fonction, celle de reconnaissance des troupes à embarquer de son B.I. qu’il commandait au moment de la Bataille de La Lys (Batalhão de Infantaria 13).

 

Plusieurs livres seront consacrés à Bento Roma ou parleront de lui. Citons ici celui de Miguel Nunes Ramalho, « La Lys 1917-1918 Capitão Bento Roma et David Magno – mito e realidade ». Bento Roma lui-même écrira pour une conférence qu’il donnera en 1921 dans Cruzada das Mulheres : « Os portugueses nas trincheiras da Grande Guerra ».

Une photo, devenue l’un des emblèmes de la participation du Portugal à la Grande Guerre, montre le défilé des troupes le 14 juillet 1919 sur les Champs Elysées. Bento Roma en fait partie.

Le 5 février 1922, Bento Roma reçoit la plus haute distinction décernée par l’Armée portugaise : le Collier de l’Ordre de la Tour et de l’Epée.

En 1930, il devient gouverneur général de l’Angola. En 1932, il est nommé Grand Officier de l’Empire Colonial. Bento Roma est nommé Colonel en 1933.

Toutes ces hautes fonctions sont liées à un engagement politique parfois paradoxal, tant l’homme est convaincu de l’importance du colonialisme et, en même temps, s’oppose à la dictature de Salazar, en campagne avec le Général Norton de Matos.

Une rue du village de La Couture porte son nom. Notons également dans le même village la présence d’une résidence nommée du nom de la ville du Portugal: Santarém, dans la rue Lobiau.

 

Général José Augusto Ferreira Martins

Chef d’État-Major adjoint du Corps Expéditionnaire Portugais (CEP) en France, il est né à Lisboa, le 7 avril 1875, il décédera à Algés le 26 juin 1967.

Après avoir fréquenté le Colégio Militar, il entre à l’Escola Politécnica de Lisboa, où il se prépare à entrer à l’Escola do Exército, après avoir terminé le cours d’artillerie en 1895, après avoir également suivi le cours d’État-Major, en 1897 il participe à la campagne du Mozambique qui poursuit l’œuvre de Mouzinho de Albuquerque menée de 1895 à 1897, après être revenu au Portugal en 1898.

En 1906, il rejoint l’État-Major Général de l’Armée et est envoyé aux manœuvres de l’Armée suisse en 1912. Il dirige la division du Cabinet du Ministère de la Guerre, de 1913 à 1914, sous l’administration du Général Pereira Bastos, Ministre de la Guerre du 5ème Gouvernement constitutionnel, dirigé par Afonso Costa, nommé sous-Chef d’État-Major du Corps Expéditionnaire Portugais envoyé en Flandre, dans le nord de la France, en 1917, pendant la I Guerre mondiale.

Grâce à sa fiche du CEP, nous savons qu’il a épousé Batistina Maria d’Aguiar Craveiro Lopes. Il a embarqué de Lisboa avec le grade de Major, le 28 mars 1917. Ferreira Martins sera nommé Chef de l’État-Major du Corps Expéditionnaire Portugais le 21 mai 1917, après quoi le 17 septembre 1917. Il prend le grade de Lieutenant-Colonel et ensuite Colonel le 24 décembre 1918.

Ferreira Martins se trouvera le 8 juillet à Paris, à la Legação Portuguesa, pour accueillir le Général Garcia Rosado, qui vient dans une situation assez délicate remplacer le Général Fernando Tamagnini comme Commandant du Corpo Expedicionário Português.

Ferreira Martins sera honoré par sa Majesté le Roi d’Angleterre (Distinguised Servide Order).

À la fin de la guerre, il retourne au Portugal par voie terrestre, il arrive à Lisboa le 24 mai 1919. Il fut nommé Chef d’État-Major du Campo Entrincheirado de Lisboa. Plus tard, il commande le 5ème Régiment d’infanterie, puis, de 1929 à 1933, l’École Centrale des Officiers. En 1924, il fait partie de la Commission d’étude de l’organisation de l’Armée coloniale. Nommé Général – il est promu à ce poste en 1930 – après avoir servi de 1936 à 1940 comme Administrateur général de l’Armée, et à partir de 1938, il est également membre du Conseil supérieur de l’armée.

Le Général Ferreira Martins, de nom complet Luis Augusto Ferreira Martins a été également écrivain. Il a écrit, notamment “Jogo da Guerra”, “Portugal na Grande Guerra”, “A cooperação Anglo-Portuguesa na Grande Guerra 1914-1918”, “As aventuras militares na tradição histórica de Portugal”, “A história do Exército Português”…

 

(1) Source: Archives de M. Roland Dissaux, petit-fils du maire (1945-1956) de La Couture, Armand Salomé.

(2) Erreur dans le titre : Il s’agit du 33ème anniversaire de la Bataille de La Lys et non du 35ème

 

Donativos LusoJornal

 

X