Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Donativos LusoJornal

 

Dans le cadre du «Festival Astronef aux Murs à pêches» organisé par La Nef – Manufacture d’utopies, la Galerie Cuissard sera de retour avec l’exposition de l’œuvre «Intestin» de Stéphanie Cazaentre avec Alice Martins, ce dimanche 13 juin, à 21h10, au Théâtre de verdure de Montreuil (93).

La Galerie Cuissard est une galerie d’art créée par l’artiste franco-portugaise Alice Martins et est unique en son genre puisqu’elle prend une forme nomade: une coursière à vélo ambulant dans les rues, emporte avec elle un sac à dos contenant une œuvre d’art, œuvre finalement sortie du sac, disposée en mouvement dans l’espace par le personnage de la coursière, Alice Martins, afin que le public puisse la contempler.

C’est la pièce chorégraphique plastique et vocale «Macchabée» de Magda Kachouche, avec et pour Alice Martins, qui était initialement programmée pour ce festival. Cependant, en raison des conditions techniques liées à la Covid-19, la galerie a été contrainte de changer sa programmation en optant pour l’exposition de l’œuvre plastique «Intestin» de Stéphanie Cazaentre.

L’aventure commence en 2017, à la création de la galerie lorsqu’Alice Martins travaille avec Stéphanie Cazaentre sur la création de l’œuvre plastique «Intestin». Cette œuvre de 15 mètres de long, sans structure, est entièrement modulable, ce qui rend son voyage au sein de la Galerie Cuissard possible. Stéphanie Cazaentre la voulait «vraiment tactile, odorante afin de créer une expérience unique et éphémère qui fasse appel à tous les sens» selon Alice Martins lors de son interview sur le langage du corps dans l’espace avec Isabel Ribeiro pour le LusoJornal.

Il y a cette volonté «d’attirer la curiosité du public, de créer un rapport intime avec lui» ce qui explique toute cette «mise en mouvement de l’œuvre s’adaptant dans l’espace selon un certain rythme» remplissant ses fonctions puisque la performance «crée une certaine dramaturgie attrapant le public».

Mais ce qui a poussé Alice Martins à la création de cette galerie, c’est son expérience en tant que livreuse de repas à domicile en sortant de ses études. Une expérience particulière sous le statut d’auto entrepreneuse censé la rendre indépendante, et pourtant une expérience au sein de laquelle elle se retrouve «télécommandée par une application de géolocalisation», ses moindres faits et gestes pistés par les clients et utilisateurs. Elle a donc voulu détourner tous ces dispositifs en faisant du sac à dos une galerie d’art et de l’application de géolocalisation un nouvel usage.

En effet, elle est à l’origine de la version bêta de l’application «Galerie Cuissard» permettant à ceux qui la téléchargent de retrouver le lieu et le moment de performance d’Alice Martins, sans pour autant assister à la performance via leur smartphone. C’est là toute l’ambition du projet: l’application permet de donner des indications sur la position de la galeriste-danseuse, mais s’ils veulent voir la performance, ils doivent «la poursuivre pour de vrai» explicite Alice Martins.

A cela s’ajoute le fait que les expositions évoluent dans le temps. En ce qui concerne l’œuvre «Intestin», Alice Martins explique que lors des expositions suivantes, elle diffusait sur son téléphone pendant la performance sa voix préenregistrée «qui racontait l’histoire d’Intestin, donnant un peu plus d’indices au public sur la création de l’œuvre et le nom choisi», de quoi agrémenter et enrichir leur expérience.

C’est donc ce dimanche 13 juin, 4 ans après la création de ce projet, à 21h10, près du Théâtre de verdure de Montreuil, que l’occasion de partir à la recherche de cette performance exclusive se présentera.

 

Cultura
X