Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Une réunion s’est tenue ce lundi 22 juin, à la Mairie de Richebourg, pour débattre de la création dans ce village du «Jardin de la Paix du Portugal». Le projet était prévu pour la ville de Le Quesnoy. Si la situation le permet, dès le mois de septembre nous devrions avoir des nouvelles qui se veulent positives.

Ont participé à cette réunion Gilbert Fillinger, Directeur de «Art & Jardins des Hauts-de-France», Nathalie Vallée de la même institution, Gaël Chabin, paysagiste, Bruno Cavaco, Consul honoraire du Portugal. La municipalité était représentée par Aurélie Senis, Emmanuel Dutrieux et par le nouveau Maire, Jérôme Demulier.

Gilbert Fillinger a évoqué les enjeux du projet, l’idée directrice et les retombées qui peuvent advenir.

L’installation du «Jardin de la Paix du Portugal» était prévue, dans un premier temps, dans la ville de Le Quesnoy. L’étude et le projet, d’une superficie assez importante, étaient bien avancés. Deux équipes portugaises de paysagistes et d’architectes avaient déjà mis au point tout le projet au niveau de sa conception. Les «Bâtiments de France» avaient donné leur accord, toutefois étant donné sa taille et de nouvelles lois concernant l’eau, le projet a été abandonné.

L’idée du remplacement du lieu par Richebourg est venue tout naturellement. Les soldats portugais de la 1re Guerre mondiale y ont occupé le terrain et c’est là qu’on a enterré 1.831 d’entre eux.

Présenté à la précédente équipe municipale, une réunion avec le nouveau Maire avait tout son sens, d’autant plus que le projet doit être défendu auprès des autres administrés du village, chose qui sera faite ce jeudi 25 juin.

Pendant la réunion, les thèmes abordés furent: où implanter le jardin, qui le finance, qui l’entretient, qui est propriétaire, qui le conçoit, comment le faire vivre…

Le projet de ce jardin devrait se concrétiser au sein d’un terrain dans lequel un projet d’agglomération prévoit la plantation de mille arbres et la création de zones humides. Devraient pouvoir également s’implanter à cet endroit, le «Jardin de la Paix Indien» et un autre qui reste à définir.

 

35 Jardins de la Paix

Sur les cinq départements (Aisne, Nord, Oise, Pas de Calais, Somme) couverts par Arts & Jardin: 14 «Jardins de la Paix» ont déjà vu le jour, plus un en Belgique. Un 15ème jardin est en phase de finalisation. À un rythme de création de 5 à 6 par an, le total de Jardins de la Paix à créer devraient être de 35.

La dimension des Jardins va de 200 à 7.000 mètres carrés, selon l’endroit, le budget et l’aménagement à réaliser.

Selon la dimension et la structure, le budget alloué est plus ou moins important, la moyenne étant entre 40 à 45.000 euros, en incluant l’étude et le logement des prestataires. Le financement se fait, en bonne partie, par le Département, la Région, la Mission du Centenaire, entre autres.

Diverses idées ont été émises concernant les mécénats, qui sont encore les bienvenus.

Concernant le «Jardin de la Paix du Portugal» le budget est presque bouclé.

De noter que pour le projet du Jardin de Richebourg, la Mairie n’aura qu’à mettre à la disposition le terrain. L’installation du Jardin ne doit pas alourdir le budget de la commune.

Si tout va bien, les travaux devraient commencer à Richebourg, idéalement, à l’automne, pour une inauguration au printemps 2021.

À Richebourg, comme ailleurs, les Jardins sont conçus autour de la thématique de la Paix, les concepteurs venant des pays concernés, après un choix fait par un jury international à la suite d’un appel à candidatures.

La structure qui propose, organise, fait les appels et qui surveille les travaux est «Art & Jardins Hauts-de-France».

Créé en 2017, à l’initiative de la Région, cette association s’est engagée dans «une dynamique paysagère unique au cœur de l’espace public, à partir de la thématique du jardin, authentique marque du vivre ensemble… un travail autour de la mémoire, avec la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. La réalisation des projets culturels permet de le transformer également en projets sociétaux et sociaux, tout en questionnant sur les enjeux de demain».

L’idée à terme des «Jardins de la Paix» est celle de créer un parcours des sites sur le thème du «Devoir de Mémoire».

Notons qu’«Art & Jardins Hauts-de-France» organise le «Festival international des Jardins Hortillonnages Amiens», va créer jusqu’à 2021, 10 jardins participatifs appelés «Jardins Citoyens bassin Minier» et 5 «Jardins potagers Hauts-de-France» en liaison avec 5 lycées dans 5 départements et 5 paysagistes.

Art & Jardins est une association qui a des idées… et qui les réalise!

 

Comunidade
X