Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Les onze mariages franco-portugais issus de la I Guerre mondiale à Boulogne-sur-Mer

Comunidade

 

Dans la Revue Militaire du 01 janvier 1929, à la page 171 on peut lire «…alors qu’une épidémie de typhus régnait à Porto et Lisbonne, les transports portugais débarqués à Brest et dirigés sur Rouen, Boulogne-sur-Mer et Ambleteuse, furent soumis à une surveillance particulière».

Ces dires nous confirment le rôle de Boulogne-sur-Mer pour le Corps Expéditionnaire Portugais (CEP) durant la I Guerre mondiale ainsi que la présence des 44 dépouilles portugaises du Cimetière de l’Est de la ville.

Boulogne-sur-Mer a surtout joué un rôle important au niveau des services postaux du CEP en liaison avec le service de la censure de l’Armée portugaise.

Dans le travail intitulé «la formation des Services postaux de campagne», le Capitaine Humberto Serrão, organisateur de ses services entre 1917 et 1918 écrit: «…Le service postal de l’E.C.B.P. a débuté rudimentairement le 10 février 1917, dans un hangar à côté de la poste britannique de Boulogne-sur-Mer, avec du matériel apporté du Portugal… un camion du S.P.C. fait quotidiennement le trajet suivant: E.C.B.P. (Boulogne), S.P.C. depuis la zone d’instruction, S.P.C. du Q.G.C., Testa de Étapes de la 1ère et 2ème Division…».

Dans le travail édité par la Fundação de estudos geográficos, Gabinete de estudos de arqueologia de engenharia militar, sous le titre de «Correio entre fronteiras e trincheiras», trois croquis nos indiquent l’emplacement des services postaux portugais avant la Bataille de la Lys, pendant et après la bataille. On peut voir que dans les trois schémas, Boulogne-sur-Mer reste une place importante de ce réseau à tout moment.

 

À l’image de ce que nous avons pu effectuer pour Calais et Ambleteuse, nous avons fait des recherches les plus complètes possibles sur les couples franco-portugais issus de la I Guerre mondiale. Comme toute étude historique, le nôtre sera sans nul doute incomplet. Notre étude porte sur 11 couples repérés, dans un premier temps, sur les tables décennales. Nous les présentons ici par ordre croissant de date de mariage:

 

Le premier mariage s’est réalisé juste avant l’Armistice, le 21 octobre 1918. Il s’agit du mariage entre Ulisses dos Santos Pinho et Germaine Emilie Wallet, domiciliés au 97 rue Nationale, à Boulogne-sur-Mer. Cette union sera dissoute par jugement du Tribunal de Boulogne-sur-Mer le 23 novembre 1925, Madame se remaria le 5 octobre 1927, elle décédera le 14 juin 1974 à Arcachon.

Ont été témoins du mariage du côté du soldat du CEP, le sergent Diogo Campos Sapadinho et le soldat Manuel Rodrigues. De la courte durée du couple, deux enfants sont nés: Émilienne Amandine dos Santos Pinho, née le 1er septembre 1919, elle était mineure au moment du mariage (mariée à Boulogne-sur-Mer le 5 août 1939) et décédée le 15 février 1994 à Teste de Buch, en Gironde et Georgette dos Santos Pinto, né le 1er février 1923, la déclaration à l’état civil ayant été faite, à défaut du père, par Alphonse Duperon, de 75 ans, qui a assisté à l’accouchement.

Ulisses dos Santos Pinho, déclaré comme chauffeur au moment du mariage, est né à Cantanhede le 24 avril 1894 et était fils de João dos Santos et de Maria de Jesus.

Le soldat du CEP a embarqué à Lisboa le 23 février 1917 et, dès son arrivée à Brest, il fut interné à l’hôpital de la ville. Il est entré le 28 avril 1919 en licence de 90 jours de campagne, resté en France il déclare son domicile à Boulogne-sur-Mer.

 

En 1919 le premier mariage date du 13 mars entre José Pereira et Julie Augustine Hoyer, âgée de 19 ans, donc mineur à l’époque. Madame est née le 20 mai 1900 et a vécu toute sa vie à Boulogne-sur-Mer où elle est décédée le 18 janvier 1976. Au moment du mariage, le couple habitait au 124 rue du Moulin à Vapeur.

José Pereira, au moment du mariage, a été déclaré comme menuisier. Ont été témoins du mariage de José Pereira, José Caetano, cordonnier et Ricardo Ferreira. Les deux témoins habiteront à Boulogne-sur-Mer, le premier s’y mariera également.

Le premier fils du couple, Antoine Joseph Pereira naîtra le 10 février 1921, la déclaration à l’état civil ayant été effectuée par Eugénie Drolez qui a assisté à l’accouchement. Antoine Pereira meurt à Boulogne-sur-Mer le 8 octobre 1994.

Naîtront de cette union encore: Liliane Pereira, le 2 avril 1927, mariée le 5 juin 1954 à Julien Valentin Marnin, décédée le 8 août 2000, à Boulogne-sur-Mer; Joseph Louis Pereira voit le jour le 22 novembre 1935, marié le 27 octobre 1956 à Estelle Alfreda; Marie Thérèse Pereira née le 1er septembre 1938, rue Saint-Louis. Mariée le 10 mars 1962 à Jean Claude Léon Cazin, il meurt le 4 décembre 2005.

Notons le fait que la famille et enfants auront vécu à Boulogne-sur-Mer ou proche (Le Portel). Parents et enfants décéderont à Boulogne-sur-Mer.

 

António Linhares et Laure Eugénie Fanielle se marient le 7 juin 1919. António est mécanicien et Eugénie est couturière au moment du mariage.

António Linhares, né le 04 avril 1893 à Lisboa, était fils de António Pires Linhares, directeur de chemin-de-fer et Florinda da Conceição Faria Carvalho. La résidence du couple au moment du mariage était au 18 rue de Écoles. Laure Eugénie Fanielle est née à Chegny (Aisne) le 14 avril 1898 et est décédée le 30 mars 1982.

 

Amaro da Costa Oliveira et Marie Gransard se marient le 16 mars 1920. Le premier est déclaré propriétaire, né le 23 avril 1898 à Belém (Lisboa) et habitant à Vila Franca de Xira. Le mariage sera dissout le 22 décembre 1927 par le Tribunal de Boulogne-sur-Mer.

Amaro da Costa Oliveira était fils de père avec même nom que lui et de Georgina Cesar d’Oliveira. Il a embarqué à Lisboa le 21 février 1917. Dans sa fiche militaire, il est indiqué en français «chauffeur». Pendant sa période militaire en France, il a eu plus de 10 punitions, parfois pour des faits mineurs.

 

Ruy O’connor Shirley Pereira se marie avec Adélaïde Louise Parents le 25 octobre 1920. LusoJornal a consacré un article (lire ICI).

Adelaide Louise Parents, couturière de profession, est né le 1er avril 1884 à Boulogne-sur-Mer et décédera le 5 avril 1975 à Condette (Pas-de-Calais).

Lieutenant dans l’ingénieure, il dirigera le Service de la censure à Boulogne-sur-Mer à partir 4 janvier 1918, juste après il monte au grade de Capitaine. À la fin de la guerre, il est nommé Vice-Consul du Portugal à Boulogne-sur-Mer.

Ruy O’Connor Shirley Pereira est né à Lisboa le 2 octobre 1877, fils d’António Adelino Pereira et de Maria Henriqueta Shirley Pereira. Ses parents habitaient au 1er étage du 68 rue Infante D. Henrique, à Lisboa.

Il part de Lisboa le 2 décembre 1916, âgé de 39 ans, quelques mois avant l’embarquement des premières troupes portugaises pour Brest. Il arrive à Paris le 5 décembre. Avant de revenir en France après la fin de la guerre, il arrive à Lisboa le 14 juin 1919 par voie terrestre.

 

Manuel de Jesus et Marie Adeline Julie Thouron se marient le 20 avril 1921. Manuel était manœuvre au moment du mariage et son épouse journalière.

Manuel de Jesus est né le 18 novembre 1892 à Anadia (?) et était fils naturel de Conceição de Jesus.

Marie Thouron est née le 22 novembre 1899 et est décédée le 20 février 1959 à Boulogne-sur-Mer.

Du couple naîtront Henri Louis de Jesus le 23 mars 1922 et Simone de Jesus le 10 septembre 1931, cette dernière décédera le 27 janvier 2003 à Brioude (Haute-Loire).

 

José Caetano, cordonnier, se marie le 29 juin 1921 avec Thérèse Josephine Laplatine. Ils habitent 21 rue Samer.

José Caetano est né le 7 novembre 1893 à Pedrogão, fils de Manuel Caetano et Clotilde de Jesus. Il a embarqué vers la France le 22 mars 1917 et a quitté l’armée du CEP le 10 juin 1919 pour s’installer à Boulogne-sur-Mer. L’épouse, Marie Thérèse Laplatine est née le 25 février 1985 et est décédé le 12 février 1979 à Boulogne-sur-Mer.

 

Francisco José Fonseca et Mathilde Lucie Emilie Pinte se marient le 29 octobre 1921. Francisco, chauffeur mécanicien, est né à Santa Eufémia, le 11 novembre 1895. Ses parents étaient José da Encarnação Fonseca e Maria Bárbara. Mathilde Lucie Emilie Pinte est née à Wimille le 18 mars 1889.

Les mariés ont élu domicile au 65 boulevard Eurvin.

Ce soldat du CEP a embarqué à Lisboa le 8 août 1917. Notons le fait qu’il est rentré au Portugal bien tôt, le 28 octobre 1918, d’où il est revenu pour se marier en France.

Francisco José Fonseca a été puni pendant son service en Flandres au moins 7 fois.

Les descendants de Francisco José Fonseca ont un garage-carrosserie à Wimille, garage qui dans un premier temps était situé à Wimereux. Encore de nos jours, sur la façade d’une belle demeure à Wimereux, on peut lire Express Cars Fonseca Automobile avec deux statues au-dessus de l’enseigne de Notre Dame de Lourdes et St Christophe.

 

Le 15 juillet 1922, Manuel Dias Nunes se marie à Louise Anne Maria Playe. Le premier avait comme profession tailleur, tandis que l’épouse était giletière, née à Wimille le 13 septembre 1893.

Manuel est né le 15 décembre 1895 à Paranhos-de-Cima, fils de Francisco Dias, de profession boulanger, et de Delfina Nunes sans profession. Les mariés éliront domicile au 79 boulevard Clocheville.

Pour que le mariage puisse se faire, un certificat de coutumes a été établi par le Consul du Portugal à Boulogne-sur-Mer, qui attestait que Manuel Dias Nunes était portugais et qu’il pouvait contracter mariage suivant les Lois françaises, sans autres formalités.

A été témoin du mariage, du côté du mari, José Santos, employé de commerce avec domicile aussi à Boulogne-sur-Mer.

Manuel Dias a embarqué à Lisboa le 19 janvier 1917 et a quitté le CEP le 10 mai 1919, avec domicile déclaré à ce moment-là, à Calais.

Du couple naîtra à Boulogne-sur-Mer, au domicile des parents, 16 rue Pierre Bertrand, Manoel José Francisco Dias, le 4 mai 1927. Celui-ci se mariera le 8 juillet 1958 à Roubaix avec Hélène Soboczynski, il viendra à décéder le 25 mai 2014, à Boulogne-sur-Mer.

 

António Júlio Paulo se marie le 17 juillet 1922 avec Fernande Aimée Riquet. Dans l’acte de mariage António est déclaré comme ayant comme profession tailleur et Fernande étant employée de banque. Au moment du mariage le couple a élu domicile 11 place Navarin.

António Júlio Paulo est né le 19 février à São Mamede de Ribatua (Alijó), fils naturel de Thereza Teixeira Paulo.

Pour ce marié, le Consulat de Boulogne-sur-Mer fourni un Certificat de coutumes.

Fernande Aimée Riquet était née à Boulogne-sur-Mer le 15 mars 1900.

 

António José Cavaleiro part de Lisboa le 9 septembre 1917 et quitte le CEP le 13 mai pour s’établir à Wimille. Il va vivre quelques années en concubinage avec Germaine Alida Goulet. Ils se marieront le 23 mai 1933 à Wimille. António José reconnaîtra à l’état civil de Boulogne-sur-Mer un premier enfant le 04 septembre 1922, alors qu’il était né le 1 juin, de nom Joseph Alfred Cavaleiro. Il habitait à ce moment-là au 1 rue Saint Vincent de Paul. Joseph Cavaleiro se mariera le 18 juin 1949 à Josephine Jeanne Hannot, à Boulogne-Billancourt, et il décédera le 27 juin 1988 à Boulogne-sur-Mer.

Jean Jacques Cavaleiro et né le 22 avril 1936 au domicile de ses parents, 170 bis rue de Constantine. Il se mariera le 22 décembre 1956 à Le Portel, à Berthe Louise Dubot et décédera à Boulgone-sur-Mer le 28 décembre 1984.

Antonio José Cavaleiro est né à Vila Real le 24 avril 1900 et décédera le 16 juin 1957 à Le Portel. Il était fils de Manuel António Cavaleiro et Claudina de Jesus.

 

Quelques réflexions sur les mariés franco-portugais de Boulogne-sur-Mer: la grosse majorité des mariages dans d’autres villes, telles qu’Ambleteuse et Calais, que nous avons étudié, se sont réalisés dans le années 1919 et 1920, juste donc après la Guerre. À Boulogne-sur-Mer, sur les 11 mariages repérés, 6 ont lieu en 1921 ou après.

Notons que, de 11 soldats portugais, trois étaient des fils naturels.

Les professions des mariés portugais étaient assez communs: tailleurs, cordonnier, mécaniciens…

 

Comme petite curiosité, signalons le mariage Ciryaco Elias da Gama et Adrianne Yvonne Ian Bolumed le 20 juillet 1920 aussi à Boulogne-sur-Mer. Adrianne étant née à Avesnes-le-Ambert, dans le Nord.

Cinq soldats du Corpo Expedicionário Português sont nés dans les anciennes colonies d’Inde. Cyriaco Elias da Gama a exercé, quant à lui, dans l’Armée anglaise, alors qu’il était né le 23 mars 1887 à Damão, l’une des trois colonies portugaises de l’Inde. Il était fils du Major João Luís Torcato da Gama et Belisa Cândida da Trindade.

Cyriaco a exercé, pendant le conflit, le poste de Médecin.

 

 

 

 

Donativos LusoJornal
X