Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Maria Luísa Attali présente aujourd’hui le livre «Histoires d’IVG, histoires de femmes»

Donativos LusoJornal

L’interruption volontaire de grossesse (IVG) a été légalisée en France en 1975. Pourtant, c’est un droit qu’il faut encore défendre, car il reste fragile, et il n’est pas encore respecté dans tous les pays. Par ailleurs, l’IVG peut représenter pour beaucoup de femmes un événement douloureux, et doit être accompagné par la parole. C’est cette constatation qui a amené six professionnelles de santé – gynécologue, psychanalyste, psychologue et sage-femme – à participer à l’écriture du livre «Histoires d’IVG, histoires de femmes», publié par les Éditions Vuibert, le 19 janvier.

Luisa Attali, co-auteure de «Histoires d’IVG, histoires de femmes», nous a parlé du livre, mais aussi de ses racines portugaises.

Maria Luísa Attali est Docteur en Psychopathologie et Psychanalyse, Psychologue clinicienne, Psychanalyste, Pôle de Gynécologie-Obstétrique au CHU de Strasbourg. Elle est également Chercheur Associé au CRPMS, Université Paris VII Diderot, Membre expert de la Commission orthogénie du Collège National des Gynécologues – Obstetriciens de France, et Membre du comité de pilotage de l’Observatoire de l’IVG de Strasbourg.

 

Parlez-nous de vos origines portugaises.

Ma mère est née à Tomar, et mon père est de la région de Viseu, d’un petit village qui s’appelle Granjal. Ils se sont rencontrés en France. Ma mère était Vice-Consul du Portugal à Strasbourg. Je suis née à Strasbourg, où je me suis marié à un Français. Mon nom de jeune fille est Araújo.

 

La Loi Veil a 46 ans. Aujourd’hui les femmes sont engagées dans d’autres combats – PMA (procréation médicalement assistée), GPA (gestation pour autrui), parité… Pourquoi ce livre revient-il sur un droit acquis il y a si longtemps?

Je pense que s’il y a de nouveaux combats qui apparaissent, le droit à l’IVG médicalisée est un combat et une bataille qui est bien loin d’être acquise. Il faut savoir que toutes les 8 minutes il y a une femme qui meurt d’un avortement clandestin dans le monde. Et chaque année, il y a 45.000 décès de femmes, suite à un avortement illégal. Grace à Simone Veil – et à tous les hommes qui l’ont soutenue à l’Assemblée – c’est un droit qui a été voté. Mais avoir été voté ne veut pas dire qu’il est acquis! C’est un droit extrêmement fragile. Et c’est une bataille constante qui a lieu un peu partout, aux États-Unis, comme en Espagne, en Amérique Latine ou en Asie. Il y a des pays où ce droit était acquis, mais il ne l’est plus!

 

Votre livre «Histoire d’IVG, histoires de femmes» est paru hier, le 19 janvier. A qui s’adresse-t-il?

Ce livre s’adresse, en pied d’égalité, aux professionnels de Santé, mais aussi à toute femme et tout homme qui n’a pas forcément un pied dans le secteur de la Santé, mais qui peut se sentir sensibilisé à ce domaine-là.

 

Vous dites que ça s’adresse à toute femme et tout homme. Pourtant, votre livre s’intitule «Histoires d’IVG, histoires de femmes»…

Oui. Il y a un chapitre sur les hommes car, comme le dit souvent un des co-auteurs, que j’aime beaucoup, et qui nous a fait la préface, le Pr. Israël Nisan, mon grand Maître à penser, «Les hommes ne sont pas des passagers clandestins». Et je pense que c’est vraiment important. C’est-à-dire que si la femme est «la première patiente» du gynécologue et de la sage-femme, dans ces situations-là, l’homme est aussi notre patient. Les hommes ont des choses à dire, et ils ont un vécu. Ils vivent l’avortement à leur façon. Dans la loi, il s’agit d’abord d’une décision à deux, mais – évidemment – la décision finale relève de la femme. L’homme est souvent diabolisé. Il y a quelques années, c’était la mode des reportages sur les mamans adolescentes, et le garçon était diabolisé, montré comme quelqu’un qui ne s’intéressait pas à la grossesse de sa copine. Alors qu’un jeune homme de 17 ans a tout à fait le droit de ne pas se sentir prêt à être père! Je pense qu’il est très important de sortir de cette vision, de ces préjugés médiatiques sur les hommes! Les hommes ont besoin souvent de se sentir des piliers envers leur compagne, et donc je pense qu’il est très important de les accompagner aussi, lorsque c’est possible. Chaque fois que c’est possible, le couple participe à la consultation et à la décision à prendre. Et dans les faits, une fois sur deux, le choix de l’IVG se fait en couple.

 

Comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre?

En fait, j’avais écrit – avec le Pr. Israël Nisand et une amie gynécologue – sur l’IVG, et cela m’a ouvert les portes de l’écriture sur ces sujets-là. J’avais été étonnée des réactions! Quand on commence à écrire, on a souvent envie de continuer, et en plus, je me sentais un peu frustrée d’avoir été réduite à un certain nombre de pages… Donc, comme je participais à un groupe de réflexion avec des collègues et amies, et je trouvais tellement passionnant ce qui s’y disait, les témoignages de ces femmes, les échanges, j’ai eu envie de faire quelque chose de tout ça.

 

Avez-vous un message que vous voudriez laisser à ceux et celles qui militent contre l‘IVG?

En fait, ils se trompent un peu de bataille. Ils se disent du côté de la vie, mais les anti-IVG (que j’appelle les anti-choix), ne se situent pas forcement du côté de la vie. Je voudrais évoquer ici le coté religieux: L’avortement n’est pas interdit par la religion. «Tu ne tueras point» veut dire que l’on ne doit pas tuer son semblable, qui est déjà présent parmi nous, sur Terre. D’autre part, être du côté de la vie, c’est être surtout du côté de la vie des femmes. Être du côté de la vie des femmes c’est être du côté de la liberté d’être femme, la liberté de choisir. Et ça aussi, c’est ce qu’on a envie de montrer dans ce livre. Aucune femme ne fait un avortement le cœur léger. C’est une souffrance. Mais c’est une souffrance dont il faut tirer quelque chose de positif.

 

Dans ce livre vous essayez, en même temps de déculpabiliser les femmes…

Complètement. Il faut les déculpabiliser, et leur donner des pistes, à elles, mais aussi à tous les professionnels de Santé. Il faut pouvoir faire d’un évènement difficile, une force.

 

Vous envisagez la traduction de vos œuvres?

Non seulement j’envisage une traduction, mais je rêve d’une traduction! Je pense que le Portugal en a besoin, et en plus, je suis extrêmement attachée à ce pays! Au Portugal, certaines situations sont très questionnables. Et aussi pour l’entretien psychologique, ça pose question. C’est pour ça que j’aurais rêvé de traduire mes livres en portugais.

 

Cultura
X