Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

David Alexandro, chanteur, auteur, compositeur, producteur, revient sur le devant de la scène avec un nouvel album: «Sentimentos».

Cet artiste complet s’est livré au LusoJornal sur son retour, mais également sur quelques soucis juridiques qui l’ont obligé à changer de nom d’artiste.

 

Vous avez un nouvel album, que peut-on en dire?

C’est un nouvel album que j’ai enregistré en presque 2 ans. Avec une nouvelle équipe de production et un nouveau studio. J’ai pris mon temps pour écrire les paroles avec l’aide de mon amie Irène da Costa. C’est un album plus mature et surtout très romantique. C’est un univers où j’ai mélangé plusieurs styles comme le fado, le tango et les balades. L’album est un concept comme une comédie musicale où je raconte une histoire d’amour. Avec le début de l’histoire et en deuxième partie, la fin de l’histoire. C’est un album qui parle des sentiments de la vie…

 

Quels sont les différences par rapport aux précédents?

C’est mon 5ème album. Pour moi celui-là, c’est moi. C’est ma vie, mes joies, mes peines, mes souffrances. Et surtout j’ai dû tout gérer moi-même. Il y a un an le décès de mon manager m’a beaucoup affecté. Car je n’ai plus de conseils, d’écoute, de partage. Mais je suis bien entouré par de très bons musiciens, pour le reste, je dois tout faire.

 

C’est un retour car il y a eu une pause. Peut-on expliquer pourquoi?

Oui, c’est un retour, et je fais tout pour revenir, après quelques soucis de santé, la maladie de mon père, puis son décès. Entre 2008, la sortie de mon 4ème album «Confidências», et maintenant, j’ai eu la chance de faire des concerts en Europe et aussi au Brésil. Mais les 5 dernières années ont été très compliquées.

 

Pourquoi ce changement de nom?

J’ai déposé le nom artistique ‘David Alexandre’ en 1990. Et au fil du temps, je me suis aperçu que d’autres personnes l’utilisaient aussi. Donc j’ai décidé de rajouter un o. Et comme 2019 est l’année du renouveau, ainsi est né David Alexandro…

 

Que peut-on souhaiter à David pour ce nouvel album?

Je crois très fort à la musique romantique, bien que je ne chante pas que des balades. Mes références sont Roberto Carlos que j’ai pu revoir en concert à Paris, Júlio Iglésias, Tony Carreira, mes amis les Il Divo, Pablo Alboran,… Donc, pour l’avenir, que cet album soit un disque que je vais défendre sur scène. Je prépare en ce moment le showcase avec mes musiciens pour la présentation de l’album. Une date va bientôt être disponible sur mon facebook.

 

Il y aura une tournée? Des dates en France et au Portugal?

Tout est en préparation pour la France, le Portugal, l’Europe. En février j’irai présenter l’album au Brésil, au Canada et j’aimerais aussi retourner aux USA.

 

Il y a une influence portugaise dans ce travail?

J’adore le fado. Et j’ai écrit un fado sur cet album, mais avec des arrangements sans guitare portugaise. Tous mes albums ont des influences portugaises. Et surtout il est 100% en portugais. Un album français sortira au printemps 2020.

 

Pour revenir sur qui est David Alexandro, peut-on rappeler votre parcours?

Je suis né en France, près de Paris, le 25 avril 1968. J’ai vécu mes deux premières années dans un bidonville, ce qui étonne beaucoup de personnes. Mes parents sont originaires de la Beira Alta, Vila Nova de Foz Coa pour mon défunt papa et Sabugal pour ma maman. Une famille où la musique était très présente. J’ai fait un premier disque en 1988 «Um português em França» (45 tours). Puis premier album «Apaixonado» en 1990 produit par José Cid. En 1992 «Simplesmente», avec le tube «Sábado à Noite». En 1995 sortie de l’album «É sempre festa». En 1998 sortie du medley «É para ti Lisboa», maxi single pour l’expo universelle de Lisboa (projet artistique avec l’aide et la collaboration de Carlos Pereira et de Elisabete Emídio). En 2008 «Confidências», avec 3 versions du tube de Roberto Carlos «A Distância». Durant ces 31 ans de musique j’ai eu la chance de parcourir toute l’Europe où la Communauté portugaise est présente, en partageant la scène avec de grands artistes portugais, français, espagnols et italiens. Un livre est presque terminé où je raconte mon parcours artistique. Avec beaucoup d’anecdotes…

 

Que peut-on dire de la scène franco-portugaise en ce moment?

Je vais beaucoup aux concerts, car c’est là que l’on découvre l’artiste. De temps en temps je vais à Gaivota, où je chante aussi quelques fois. Et je suis heureux de voir la richesse artistique de certains artistes. Je pense que le fado a ouvert les portes au monde entier de la musique portugaise. Amália a été la première. Aujourd’hui, le Fado s’exporte bien avec Ana Moura, Mariza, Carminho et bien d’autres. Mais on ne donne pas assez de chance aux autres artistes. J’aime chanter dans les petits théâtres, les petites salles. J’aimerais présenter mon nouvel album partout où l’on m’invitera.

 

Quels sont vos projets à court terme?

Déjà la promotion de ce nouvel album, et je compte bien le défendre sur scène. Avoir la santé ce qui est le plus important à notre époque. Finir la production de l’album en français. Et la sortie de mon livre autobiographique.

A vos agendas: Sortie officielle de l’album «Sentimentos», le lundi 30 septembre 2019. Mise en ligne du premier single «Na Minha Vida» le lundi 16 septembre.

 

Linda de Suza 19/20
Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 7 Votos
7.3
X