Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Donativos LusoJornal

 

Les études portugaises de l’Université Jean Monnet de la Faculté Arts, Lettres, Langues de Saint Etienne, son Lectorat de portugais et l’Institut Camões organisent ce samedi, 24 avril, à 10h30, une rencontre avec les écrivains António Brito, auteur de «Irmãos de Armas», e António Tavares, auteur de «Homens de Pó», dans le cadre des commémorations du 25 avril.

«Quarante-sept ans se sont déjà écoulés. On dirait hier, on dirait un siècle, on dirait une histoire sur papier… mais il ne faudra jamais l’oublier» disent les organisateurs qui mettent chaque année en place un «espace de mémoire… et le désir de faire partager des mémoires de liberté dans la joie et dans l’espoir, aux nouvelles générations».

Cet évènement fait partie d’un programme plus large appelé «Avril de la liberté: La Révolution des œillets fêtée en France» qui a commencé le samedi 3 avril et qui a déjà organisé une rencontre avec Vasco Lourenço «La mémoire d’un des plus jeunes Capitaines d’avril», le mercredi 14 avril.

Dans une note envoyée aux rédactions, les organisateurs citent Mário Soares, ancien Président de la République du Portugal: «Le 25 avril 1974 est une date qui a marqué de manière irréfutable ma vie et celle d’une grande majorité de portugais. Ce fut une révolution pacifique, au succès incontestable, qui eut une immense répercussion en Europe et dans le monde. La Révolution des œillets a mis fin à une dictature à caractère fasciste qui pendant quarante-huit longues et cruelles années a usé d’un pouvoir soutenu par un appareil de censure et une police politique qui ont bloqué notre pays sur le plan politique, culturel, économique et social».

C’est justement pour rendre hommage à cette date historique que les études portugaises de l’Université Jean Monnet et son Lectorat de portugais ont organisé, pendant tout le mois d’avril, une exposition de photos de l’époque mise à disposition par l’Associação 25 de Abril, la présentation de documentaires, films et chansons et des rencontres avec des «concepteurs» de la Révolution et des écrivains qui l’ont rendue immortelle.

 

António Tavares

Né en Angola en 1960, il est diplômé en Droit et possède un doctorat en Droit de la Communication de l’Université de Coimbra. Il a été enseignant dans l’enseignement secondaire (lycée Domingos Rebelo à Ponta Delgada et lycée Dr. Joaquim Carvalho à Figueira da Foz). De 2005 à 2009, il travaille à la mairie de Figueira da Foz, et devient Adjoint au Maire de 2009 à 2015 en charge de la Culture, de l’urbanisme et de l’environnement; exerçant actuellement la fonction de Premier-Adjoint en charge de la culture, de l’éducation, de l’action sociale et de la jeunesse.

Il a également été journaliste, créateur et Directeur du journal régional A Linha do Oeste; et il a créé et coordonné la revue des études Litorais.

Mais António Tavares est surtout un écrivain de renom. Il a écrit, notamment, des pièces de théâtre, des essais et de très beaux romans. La Mairie de Vila Franca de Xira lui a, notamment, attribué en 2013, une mention honorable dans le Prix Alves Redol, pour son roman «O tempo adormeceu sob o sol da tarde» («Le temps s’est endormi sous le soleil de l’après-midi»).

Il a aussi été finaliste au prix Leya en 2013, avec «As Palavras que me deverão guiar um dia» («Les mots qui devront me guider un jour»), et au prix Littéraire Fernando Namora. Il a été sélectionné pour le Festival du 1er Roman de Chambéry, en France, en 2015. Il a obtenu le prix LEYA en 2015 avec son roman «O Coro dos Defuntos» («Le chœur des défunts»), roman qui nous plonge dans un Portugal perdu mais encore bien ancré dans ses traditions et son quotidien rural qui petit à petit sera envahi par une nouvelle mentalité, non exemptes de frustrations, non-dits, bouleversements et morts, qui annoncent une mutation profonde de la société portugaise.

«Homens de Pó», le roman que sera à l’honneur, paru en 2018, raconte l’histoire de quelques anciens soldats qui ont servi le Portugal pendant la guerre coloniale et qui sont de retour au Portugal… et en quête d’identité. La trame se situe en été 1975, une période difficile où le Portugal vit des moments de chaos social et politique et en proie à une guerre civil.

 

António Brito

António Brito est né à Coimbra et a obtenu une Licence en Droit. Ancien combattant de la guerre coloniale, il s’est engagé à 18 ans dans les troupes de Parachutistes; il a été mobilisé au Mozambique, où il a participé dans quelques-unes des plus importantes opérations militaires contre les guérilleros nationalistes.

Il a collaboré dans des journaux du Mozambique et du Portugal, il a travaillé dans des sociétés multinationales et a écrit des scripts pour la télévision. Son roman «Olhos de caçador» («Regards de chasseur») raconte son expérience de militaire dans l’ancien territoire portugais de l’océan Indien, pendant la guerre coloniale.

Le roman «Irmãos de Armas», publié en 2016, met en exergue le sort des soldats portugais, revenus au pays après l’indépendance des anciennes colonies portugaises. Le contexte du roman, pratiquement, le même que celui de António Tavares, révèle à quel point des soldats entraînés pour défendre leur patrie sont laissés pour compte après les trêves prononcées. Ces soldats, de retour au pays, sont déphasés, extrêmement déprimés, car la seule chose pour laquelle ils ont été préparés était la guerre.

 

Vous pouvez suivre la rencontre, ce samedi 24 avril, à partir de 10h30, ICI.

 

 

X