CD de Cante Alentejano du Rancho de Cantadores de Paris sera présenté la semaine prochaine

À l’occasion des 5 ans de reconnaissance par l’Unesco du Cante Alentejano en tant que Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité, le groupe Rancho de Cantadores de Paris sort son premier album de ce chant traditionnel portugais dans l’hexagone. Fruit d’une collaboration avec 16 groupes locaux et artistes Portugais, ce disque, “Alentejo ensemble”, est une introduction à ce genre musical peu diffusé en France.

La présentation de cet album aura lieu le mercredi 4 mars, à 18h30, au Consulat Général du Portugal à Paris, 6 rue Georges Berger, avec une exposition des illustrations d’Anna Turtsina qui ont été faites pour la conception de l’album.

Inscrit au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’Unesco en 2014, le Cante Alentejano est un chant polyphonique traditionnel de l’Alentejo, pratiqué par toutes les générations de cette grande région du sud du Portugal. «Il se chante en chorale a cappella et se distingue par ses mélodies et son intensité vocale. Les paroles abordent les thèmes traditionnels de la vie rurale et les changements culturels et sociaux, faisant du Cante un aspect fondamental de la vie de cette région» explique Carlos Balbino. Le Rancho de Cantadores de Paris vous invite à découvrir le Cante Alentejano contemporain à travers ses différents courants actuels dans un esprit d’héritage, de continuité, d’innovation et d’universalité.

Carlos Balbino, ethnomusicologue et directeur artistique du groupe, a mis 2 ans pour élaborer la conception du disque. Le groupe est parti enregistrer au Portugal. Ce projet est subventionné par la Mairie de Serpa et le Ministère de la Culture du Portugal. «Enregistrer cet album dans la région de l’Alentejo a permis d’inviter 16 groupes locaux et artistes à chanter avec le Rancho dont Casa do Povo de Serpa, Ceifeiros de Cuba, Celina da Piedade et Pedro Mestre notamment».

Ce premier disque a pour ambition d’illustrer la diversité du Cante d’aujourd’hui: a cappella, accompagné par l’instrument traditionnel portugais la viola campaniça, mais aussi des instruments électriques plus contemporains.

L’artiste Anna Turtsina illustre cet album, un digibook comprenant le disque et un livret bilingue français-portugais retraçant l’histoire du Cante et ses protagonistes. Salwa El-Shawan Castelo-Branco, fondatrice de l’Institut d’Ethnomusicologie de Lisboa préface en soulignant: «Ce premier travail du Rancho de Cantadores de Paris est un exemple de la manière dont la pérennité du Cante passe par la sauvegarde des conventions d’interprétation traditionnelle et aussi par l’innovation».

 

Cultura