Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Donativos LusoJornal

 

Ce dimanche 11 juillet, le film «Lorette et les autres» du réalisateur Dominique Dante sera projeté à 22h30 sous forme de «ciné-concert», accompagné de la musique du guitariste Philippe de Sousa sur la terrasse éphémère Poisson Lune du Palais de la Porte Dorée à Paris (12ème).

Cette terrasse est réservée les dimanches-soir aux projections et débats de films et courts métrages. C’est l’occasion donc ce week-end de découvrir un ancien court métrage d’une quarantaine de minutes ainsi que les talents d’un guitariste d’origine portugaise.

Réalisé en 1973 et conservé jusqu’à aujourd’hui aux archives du Val de Marne, «Lorette et les autres» est un film tiré d’une histoire vraie. Il conte l’histoire de Lorette Fonseca, immigrée portugaise héroïne de l’histoire, et toute la lutte qui a eu lieu contre son expulsion des bidonvilles de Massy, en Essonne, dans le début des années 70.

«Les pressions s’exercent sur Lorette, porte-parole des Portugais des bidonvilles, durant plusieurs années: menaces d’expulsion et difficultés de prolongation des permis de séjour. Mais sous la pression populaire, une pétition, des manifestations et un Comité de soutien, la Préfecture de l’Essonne renonce à expulser Lorette. Elle finit alors par rester en France, mais a dû s’effacer» résume le communiqué de presse du Musée national de l’Histoire de l’immigration, organisateur de cet évènement en étroite collaboration avec la terrasse Poisson Lune.

Un film s’inscrivant ainsi parfaitement dans le registre d’actions du Musée, d’autant plus qu’il a été réalisé par Dominique Dante, lui-même fils d’immigrés.

«J’ai voulu poser le problème de la liberté individuelle: celui de la liberté d’expression. Les immigrés sont, dans notre société, une catégorie à part: ils ont des droits, mais ne les connaissent pas, et ne savent pas comment les exercer. Lorette Fonseca est un cas particulier: elle a demandé à bénéficier de l’application de la loi» s’exprime le réalisateur l’année de sortie de son film pour Le Monde.

Cette soirée s’annonce riche en perspective, notamment grâce au réalisateur en résidence «Frontières 2021» au Musée de l’Histoire de l’Immigration, Hugo dos Santos, qui a fait cette proposition de programmation au Musée. Il a également proposé au guitariste d’origine portugaise Philippe de Sousa de faire partie de l’aventure.

«C’est un très bon musicien, capable de faire du fado traditionnel tout comme des sonorités beaucoup plus expérimentales. Comme moi, il est aussi issu de l’immigration portugaise. Je ne l’ai pas choisi seulement parce qu’il joue du fado et de la guitare portugaise, mais pour sa créativité et l’ensemble de son travail» exprime Hugo dos Santos, lors d’une interview au LusoJornal.

Au cours de sa carrière, Philippe de Sousa a pu s’exercer avec d’autres guitaristes comme Juan Cedrón ou encore Carlos Gonçalves, qui a été l’accompagnateur de la célèbre Amália Rodrigues pendant plusieurs années. Un artiste qui a su s’initier à toutes sortes d’instruments à cordes divers et variés comme la contrebasse, le cavaquinho, le rajão ou encore la guitare fretless.

Le guitariste jouera alors pour l’occasion la bande son originale de «Lorette et les autres» en direct, de sorte à reproposer une sonorisation inédite.

Cette programmation est soutenue par la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), la Périphérie et la Région Ile-de-France et est en partenariat avec le GREC (Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques).

L’entrée à l’évènement est entièrement gratuite et libre à tous.

 

Cultura
X