Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Longtemps favorites pour le titre avant de tomber en demi-finale face aux États-Unis, les Anglaises se sont inclinées dans la petite finale de la Coupe du monde féminine 2019 face à la Suède (1-2).

Les hommes et les femmes auront finalement subit le même sort. Comme en 2018, où leurs homologues masculins avaient fini au pied du podium suite à un revers face à la Belgique (0-2), les Anglaises se sont aussi inclinées face aux Suédoises (1-2).

Rentrées tardivement dans ce match pour la troisième place, les joueuses de Phil Neville voient la Suède s’envoler dès le début, Asllani ouvrant le score sur un ballon mal renvoyé par Greenwood (11e, 0-1) avant que Jakobsson d’un bel enroulé ne double la mise (22e, 0-2). Dans le dur, les coéquipières de l’anglo-portugaise Lucy Bronze trouvent tout de même les ressources.

Mieux en place, elles profitent d’une belle percée de Kirby, qui laisse Sembrant sur place suite à son crochet, pour réduire la marque (31e, 1-2). White pense même avoir égalisé à peine deux minutes plus tard mais la VAR intervient pour annuler le but, le ballon ayant été touché par l’avant-bras de l’attaquante britannique.

Ce scénario offre une seconde période très ouverte entre les deux équipes, au bout de laquelle Bronze a bien failli offrir la prolongation à son équipe. Sur corner, la joueuse de l’OL place une volée parfaite qui est repoussée sur la ligne par la défenseure suédoise Fischer (90e). Un dernier coup d’éclat avant le coup de sifflet final.

Contrairement à 2015, où l’Angleterre était repartie avec la troisième place, les Britanniques repartent cette fois avec la médaille en chocolat. Lot de consolation tout de même pour Lucy Bronze, qui obtient le ballon d’argent de cette Coupe du monde féminine qui s’est déroulée en France, finissant juste devant Rose Lavelle et derrière Megan Rapinoe. L’attaquante américaine a en prime été sacrée meilleure buteuse du tournoi alors que Sari Van Veenendaal a été élue Gant d’Or. Enfin, Giulia Gwinn a été élue meilleure jeune de la compétition.

À noter par ailleurs que dans la finale du tournoi, les États-Unis se sont imposés devant les Pays-Bas (2-0), soulevant donc leur quatrième Coupe du monde de leur histoire. Les Américaines sont les secondes à parvenir à conserver leur titre mondial après l’Allemagne (2003, 2007).

 

LusoJornal Artigos

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 1 Voto
9.5
X