Coupe Nationale de Futsal: le Sporting Club de Paris en route pour les 1/16ème de finale

Desporto

 

Pour l’entrée des clubs de D1 et D2 de Futsal dans la Coupe Nationale, le tirage au sort, effectué le 21 décembre dernier à la FFF, avait été plutôt clément pour le Sporting Club de Paris. En effet, les Champions de France ont hérité du club de Creil Futsal qui évolue en Régional 2.

En se rendant dans l’Oise pour ce 32ème de finale de la Coupe Nationale, les Parisiens poursuivaient plusieurs objectifs: se qualifier bien sûr, mais aussi préparer au mieux le périlleux déplacement à Mouvaux la semaine suivante et enfin, éviter les blessures et les cartons jaunes.

Le groupe constitué par Rodolphe Lopes était amputé de Teixeira, Chaulet, Finéo, Ngala et Saadaoui laissés au repos.

 

Comme attendu et espéré, la première mi-temps est à sens unique avec une domination totale du Sporting Club de Paris qui a la bonne idée de marquer dès l’entame du jeu par Eder d’un tir de 10 mètres (0-1, 1 min). La suite n’est qu’une succession d’occasions (pas moins d’une vingtaine) qui auraient dû connaitre un meilleur sort avec un peu plus d’application et de conviction. Tous les joueurs parisiens ont tenté leur chance sans succès.

Il a fallu attendre une belle inspiration de Bolinha pour voir le tableau d’affichage évoluer. A la 11ème minute, le Brésilien réussit un joli lob qui prend le gardien creillois à défaut (0-2).

Du côté de Creil Futsal, peu d’occasions à noter à l’exception de celle qu’a raté Moustarzik, seul devant Laion. Il se précipite et envoie le ballon largement au-dessus de la cage parisienne.

Cette avance de 2 buts à la pause est justifiée pour des Parisiens maîtres du jeu. Mais il va falloir qu’ils fassent plus en seconde période pour être sereins.

 

Mais voilà, on a assisté à la copie conforme du premier acte: autant de tirs cadrés (repoussés par le gardien ou par un défenseur…) et de maladresses.

A ce jeu-là, voyant que leurs adversaires n’arrivent pas à marquer, Creil s’enhardit. C’est d’abord le El Metnani qui voit sa frappe frôler la barre transversale parisienne (30 min).

L’espoir renaît grâce à Benallaoua qui inscrit un but sur un contre bien mené (1-2, 31 min). C’est de la folie dans les tribunes où les bouillants supporters se manifestent bruyamment.

Sur la remise en jeu, c’est Bolinha, bien servi par Belhaj, qui redonne un avantage plus juste aux Parisiens (1-3).

Possédant toujours le ballon mais échouant toujours devant le but, le Sporting Club de Paris se fait surprendre par un tir de Dridi, malencontreusement dévié par Soumaré dans son but (2-3, 35 min).

C’est grâce à Bolinha, de nouveau buteur, sur un énième service de Belhaj, que les Champions de France reprennent le large (2-4, 36 min).

Plus rien ne sera marqué dans ce match pour le moins bizarre. Alors qu’ils ont dominé copieusement, mais stérilement, cette rencontre, il aura fallu que les adversaires reviennent au score pour que les Parisiens retrouvent le chemin du but…

 

Le principal était de se qualifier pour le prochain tour et, de ce point de vue, le contrat est rempli. En revanche, ce manque d’efficacité est un problème qu’il serait bon de résoudre avant d’aller affronter Mouvaux la semaine prochaine et d’accueillir Laval le 11 février.

Une ombre au tableau: le zèle dont ont fait preuve les arbitres du jour, en infligeant avec frénésie des cartons jaunes: 2 au Sporting Club de Paris et 5 à Creil, dont 2 pour le même joueur (Dridi) qui sera expulsé.

Retour au Championnat de D1 samedi prochain avec un déplacement à Mouvaux. Les Parisiens seront certainement revanchards et voudront effacer la lourde défaite à domicile lors du match aller (4-8).

 

Sporting Club de Paris 4-2 Creil Futsal

Arbitres: El Houcine Maataoui et Sami Makhoul

Sporting Club de Paris: Laion (GK), Souare (GK), Ba, Belhaj, Bolinha, Eder, Konaté, Ndukuta et Soumaré

Buteurs: Sporting Club Paris: Eder et Bolinha (x3); Creil Futsal: Benallaoua et Dridi

 

Donativos LusoJornal