Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Arrière droite du FC Fleury 91 encore cette saison, la franco-portugaise Charlotte Fernandes continue de s’imposer match après match au sein de l’équipe francilienne. Le LusoJornal a eu l’occasion d’échanger avec elle après la défaite de son équipe face à Montpellier (1-3).

Tout d’abord, votre réaction après cette défaite face à Montpellier ?

On est forcément déçu. C’est une deuxième défaite en deux matchs même si on savait qu’on allait avoir les gros dès le début. Mais ce n’est pas une raison. On espérait quand même faire un résultat, sachant que l’année dernière on avait gagné. En plus, on prend encore trois buts même s’il y a un penalty et des faits de jeu. On aurait aimé que ça tourne en notre faveur.

Comment expliquez-vous ce résultat, avec une première période pauvre en occasion et au final la bascule qui se fait à l’entame de la seconde ?

On sait que sur les retours de période, qui plus est face aux grosses équipes, elles essayent d’appuyer. On arrive à revenir au score et on reprend un but derrière. Il nous a fait un peu mal avant la pause. Et ensuite on prend le troisième. C’est sûr que contre des équipes comme celle-là, quand on en prend trois, c’est difficile de faire un résultat.

Vous évoquez ce début de saison difficile avec l’enchaînement Bordeaux-Montpellier-Lyon-PSG. Comment on se prépare à ce genre d’entame ?

On travaille beaucoup défensivement. C’était la priorité depuis la préparation. On a essayé de beaucoup défendre, en travaillant moins offensivement car on savait qu’on en ferait moins. Cette semaine, on a quand même essayé de le faire. On sait qu’une fois qu’on aura passé cela, on aura des matchs un peu plus favorables contre des concurrents directs. Et là, on n’aura pas le droit à l’erreur.

Il y a eu aussi cette trêve internationale après la première journée qui est venue couper le rythme. Est-ce que cela perturbe la préparation ou alors on s’y adapte ?

On est obligé de s’adapter. Après personnellement, je préfère enchaîner. On attend toute la préparation, on fait un match et on est déjà coupées. Nous, on a trois internationales qui partent et qui reviennent tard. Il y en a une qui n’a fait que l’entraînement d’hier. Donc c’est sûr que ce ne sont pas les meilleures conditions. Mais c’est la même chose pour tous les clubs donc pas le choix.

Avec sept buts encaissés en deux matchs, vous attendiez-vous à souffrir autant d’entrée ?

Non, surtout que c’est quand même sévère. On n’en prend pas sept dans le jeu. Je crois que sur les sept, il n’y en a que deux. Ce sont ces deux buts dans le jeu qui dérangent surtout le coach. Après, ce sont des faits de jeu. On les concède quand même et il faut éviter. Mais les plus frustrants sont ceux pris dans le jeu.

Les penalties et les coups de pieds arrêtés sont des choses qu’il faut qu’on arrête de concéder car cela coûte beaucoup de points dans une saison. Il faut qu’on arrive à gommer cela et à prendre moins de buts dans le jeu. Derrière, ce sera plus facile pour nous de faire quelque chose.

Quel sont les objectifs pour le FC Fleury 91 cette saison ?

On va essayer de faire mieux que la saison dernière. L’objectif principal reste le maintien. Après, si on arrive à finir sixième dans la première partie du tableau, ce serait bien. L’année dernière, on avait fini neuvième. Ce sera déjà mieux que la saison passée.

L’idée n’est pas par exemple d’aller batailler pour le podium avec des équipes comme Bordeaux ou Montpellier ?

Non, on n’en est pas encore là. On va encore recruter car le groupe est restreint. Il va être étoffé avec quelques recrues. Si jamais ça prend, on verra. On va jouer les matchs les uns après les autres pour les gagner puis on verra bien.

Vous continuez d’enchaîner les matchs depuis la saison dernière. Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle saison ?

C’est de jouer tous les matchs, de continuer de progresser, de travailler et de gagner le plus de matchs possibles avec mon club.

Vous êtes toujours placée en arrière droite comme l’an dernier. Vous vous y êtes fait à ce poste, pas de raison de changer ?

Non, c’est vraiment le poste qui me convient le mieux je pense. Être face au jeu, de pouvoir défendre et attaquer, c’est là où je suis le plus à l’aise.

Pour finir, sur la question des sélections nationales. Vous enchaîner les matchs en D1 en vous installant au poste d’arrière droite. Est-ce que la sélection portugaise continue de traîner dans un coin de la tête ?

Toujours (rires). J’ai vu que maintenant elles font des gros matchs face aux États-Unis (défaites 0-3 et 0-4) et qu’il allait y avoir la qualification pour l’Euro 2021. Chaque mois qui passe, ça trotte un peu plus dans la tête. Ça commence à être vraiment intéressant ce qu’elles font. Donc pourquoi pas.

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 2 Votos
9.2
X