Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Défenseure brésilienne des Girondines de Bordeaux depuis deux ans, Kathellen Sousa vit une phase plus compliquée au sein du club bordelais. Après la victoire de son équipe à Fleury (2-0), durant laquelle elle est restée sur le banc, la joueuse de 23 ans s’est confiée à LusoJornal.

 

Tout d’abord, votre réaction après cette victoire face à Fleury?

L’équipe a bien joué malgré les conditions et l’état du terrain. Elle est allée chercher un résultat important.

 

Vous êtes restée sur le banc durant ce match. Cette saison, vous jouez nettement moins que l’an dernier où vous étiez titulaire indiscutable. Comment expliquez-vous cette situation?

Il n’y a pas grand-chose à dire car je pense que c’est une situation qui va bien au-delà du football. Elle arrive suite à ce qu’il s’est passé avant, du fait de vouloir partir et de finalement rester. Ce n’est pas une situation très agréable. Mais c’est la décision du club, conjointement avec l’entraîneur, qui doit choisir les meilleures joueuses. On en est là et je continue de travailler pour donner le meilleur de moi-même et jouer.

 

À la vue du Championnat que vous vivez personnellement, vos objectifs sur cette saison sont-ils toujours les mêmes aujourd’hui?

C’est compliqué. Mon objectif est toujours de jouer, de donner le maximum et d’aller chercher des gros résultats sur le terrain mais aussi en dehors, en luttant pour la Sélection brésilienne. Ce sont mes objectifs mais ils ne dépendent pas que de moi. Donc c’est compliqué.

 

Pour parler de l’équipe, Bordeaux est actuellement solide troisième, derrière l’OL et le PSG. Quel bilan faites-vous de la saison jusqu’ici?

On fait une très belle saison. On a été cherché les résultats nécessaires et l’équipe a très bien joué. Donc je pense que cette saison va être excellente pour Bordeaux. La machine est bien huilée et prête à aller chercher un résultat à chaque match.

 

L’objectif cette année au départ était d’aller jouer cette troisième place, voire la deuxième?

Oui, l’objectif était d’être dans ce top 3. On est en train d’y arriver et on fait tout à chaque rencontre pour l’atteindre. On continue de travailler pour enchaîner les résultats match après match. Et si on continue comme ça, en bossant dur et en allant chercher ces victoires, on atteindra peut-être la deuxième place, voire la première qui sait (rires).

 

Sur les sept matchs de D1 qu’il reste cette saison, il y a l’espoir d’être de nouveau titulaire?

On ne sait jamais. Je continue de travailler dur sur et en dehors du terrain pour revenir, donner le maximum et aider l’équipe.

 

Le fait de ne plus avoir votre compatriote Carol Rodrigues dans le vestiaire, partie à Dijon, avec la situation actuelle, cela n’a pas été trop dur à vivre ces derniers mois?

C’est toujours une bonne chose d’avoir une personne comme Carol à côté de soi car en plus d’être ma coéquipière, c’est mon amie. C’était génial de l’avoir proche, mais les autres filles sont aussi supers avec moi. Elles m’accompagnent et tentent toujours de m’aider donc ça se passe bien. C’est compliqué des fois car (rires)… parler portugais c’est plus facile!

 

D’ailleurs en français, vous vous débrouillez bien…

Oui, maintenant ça va! (rires) Ça va mieux.

 

On a parlé de la saison dernière, de celle actuelle. Désormais, comment voyez-vous votre avenir, notamment cet été?

En ce moment, je vois jour après jour. Je suis concentré sur le fait de revenir sur le terrain, d’aider Bordeaux à, pourquoi pas, aller chercher la deuxième place. Je suis focalisé sur ce qu’il se passe maintenant et non sur ce qu’il va arriver dans les mois à venir. C’est plus facile de penser comme cela que de réfléchir à un futur qui peut arriver ou non.

 

Vous avez évoqué la Seleção. Comme souligné précédemment, votre saison ne va pas aider également à y rester. Comment voyez-vous la situation et l’évolution possible?

C’est très compliqué car c’est une année de Jeux Olympiques. Bien sûr que j’aimerais être en train de jouer en club autant de matchs que possible pour me préparer. Je tente de travailler au maximum tous les jours, à tous les entraînements. C’est tout ce que je peux faire dans mon cas car ce n’est pas moi qui décide qui joue et qui peut aller en Sélection. Je remplis ma mission en travaillant dur et en donnant le meilleur de moi-même pour être prête.

 

Il y a quelques mois, vous avez vécu ce Mondial en France avec le Brésil. Que retenez-vous et qu’avez-vous tiré de cette expérience?

Ce fut génial de jouer cette Coupe du monde, qui plus est en France où j’évoluais déjà. C’était merveilleux. Et ça l’est encore plus quand on voit la visibilité qu’a le football féminin maintenant, c’est incroyable. Et elle continue de grandir chaque jour un peu plus. C’est une bonne chose pour le football féminin avec en prime les Jeux Olympiques qui arrivent.

 

Pour terminer, l’objectif désormais avec le Brésil: gagner les JO?

Toujours! On y va toujours pour gagner. En plus, on est en train de faire du bon travail là-bas avec la nouvelle coach Pia Sundhage, qui obtient des très bons résultats. Donc je pense qu’on a nos chances.

 

Desporto
X