Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Après une 18e journée de D1 Féminine rythmée et qui aura vu peu de surprises, retour sur les six rencontres de ce week-end.

 

Le leader, l’Olympique Lyonnais, s’est libéré offensivement face à Bordeaux, inscrivant sept buts pour la première fois en 2019 (7-1). Un large succès face auquel les Brésiliennes Kathellen Sousa et Carol Rodrigues n’ont rien pu faire. Tout l’inverse de l’anglo-portugaise Lucy Bronze, de nouveau titulaire côté lyonnais.

 

Derrière, le Paris Saint-Germain tient le rythme non sans mal. Alors qu’il n’est plus leader du championnat depuis la victoire de l’OL face au PFC lors du match en retard entre les deux fin février (4-1), le PSG a bien failli se faire accrocher à Dijon, marquant sur la toute fin de rencontre (2-0). Un succès qui soulage les coéquipières des Brésiliennes Formiga et Daiane et qui leur permet de continuer de croire au titre.

 

Sur la troisième marche du podium, Montpellier a profité de la déroute des Bordelaises pour revenir à hauteur de ces dernières. Sur la pelouse de Metz, les joueuses de Jean-Louis Saez ont de nouveau pulvérisé leur adversaire sur un score deux fois moins large qu’à aller (7-0). Du côté messin, l’équipe entraînée par le franco-portugais Manuel Peixoto et où évolue Adeline Janela ainsi que la brésilienne et capitaine Simone Jatobá reste hors de la zone rouge.

 

Dans le ventre mou, les deux clubs de la région parisienne Fleury et le Paris FC se sont faits neutralisés sur le même score par respectivement Rodez et Soyaux (0-0). Si d’un côté, les Floriacumoises de Charlotte Fernandes ont manqué une occasion de recoller à leur rival, le PFC d’Elisa de Almeida et Mélanie Ribeiro de Carvalho a lui vu une chance de revenir sur le podium s’envoler.

 

En face, le Soyaux de la franco-portugaise Angeline da Costa ne se donne lui pas d’air sur la zone rouge. Mais la joueuse se voulait positive après la rencontre : « C’est un bon point, on est plutôt satisfaites. Après vu la physionomie du match, on aurait aimé aller chercher la victoire. On aurait pu concrétiser, c’est dommage. Il nous a manqué un brin d’efficacité offensive et de chance ».

 

Enfin, Lille est revenu de nulle part face à Guingamp (3-3), signant l’une des plus belles remontées de la saison après avoir été mené 0-3 à la pause. Les Lilloises ont même manqué la balle de match, Ouleymata Sarr trouvant la barre à l’entrée du temps additionnel. Lille est désormais à quatre points du premier non-relégable, Metz.

X