Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Exposition à Oloron: La Maison et Bibliothèque de José Saramago photographiées à Lanzarote

LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon

Jusqu’au 27 avril, est organisée à la Médiathèque d’Oloron Ste Marie (64) une exposition d’une trentaine de photographies sur la maison et la bibliothèque de José Saramago à Tiàs, dans l’île de Lanzarote aux Canaries.

La manifestation a été mise en place par l’association France-Portugal sous la présidence d’Elsa Godfrin da Fonseca.

L’occasion était trop belle pour Gracianne Bancon, adhérente à l’association, en séjour là-bas cet hiver, pour visiter et photographier ces deux grandes maisons distinctes où vécut et travailla José Saramago les 18 dernières années de sa vie.

Daniel Lacrampe, David Corbin, Araceli Etchenique et la presse locale étaient présents à l’inauguration du 13 avril.

De part et d’autre de la route, d’abord sa maison mitoyenne partagée avec sa belle-famille, pourvue de mobilier des années 30-40 de facture portugaise y compris ses tableaux. Quelques lithographies de César Manrique, l’artiste sculpteur peintre canarien si connu pour la sauvegarde architecturale et urbanistique de son île qu’il fréquentait régulièrement.

Un jardin ombragé, agréable et reposant s’étend en pente douce au sud de la maison.

La cuisine se visite aussi, pourvue de vaisselle de Coimbra, de Vista Alegre entre autres. Même le café Delta est offert aux visiteurs sur le balcon face au jardin.

C’est dire combien les racines portugaises ont accompagné pendant toutes ces années l’écrivain, dont on célèbre les 20 ans cette année, de son attribution du Prix Nobel de Littérature.

Ensuite, de l’autre côté de la rue, un bâtiment plus vaste et plus adapté aux rangements de ses 80.000 livres qui abrite sa bibliothèque personnelle et de travail.

José Saramago aimait y recevoir ses amis, les journalistes, les personnalités officielles.

Et pour bien marquer son empreinte, à l’entrée dans cette cour-jardin, le pied d’olivier qu’il avait ramené du Portugal dans l’avion entre ses jambes.

Replanté à Lanzarote, il a bien grandi depuis.

A la sortie, une boutique où l’on peut acquérir plusieurs ouvrages de l’écrivain en français et d’autres langues étrangères aussi.

Après cette visite à Lanzarote, Gracianne Bancon en a entamé une seconde ce printemps à Lisboa, à la Fondation même de José Saramago, dont s’occupe Pilar del Rio, la seconde épouse de l’écrivain. A Lisboa comme à Tiàs, accueil chaleureux et professionnel des divers intervenants, sachant répondre aux diverses questions posées.

 

 

X