Ângela Ferreira

Exposition d’Ângela Ferreira au Frac Marseille sur le rôle de Radio Alger dans la lutte contre l’Etat Nouveau au Portugal

Cultura

 

L’exposition “Rádio Voz da Liberdade” d’Ângela Ferreira est toujours en cours depuis juin et jusqu’au 22 janvier, au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022.

La Commissaire de l’exposition est Muriel Enjalran et le projet a pu être mis en place grâce au soutien de l’Institut Camões, de la Délagation de Provence-Alpes-Côte d’Azur de la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Portugaise et du Domaine viticole Château Bonisson.

Dans le cadre du projet artistique et culturel “Faire société”, le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur a invité l’artiste Ângela Ferreira à déployer de nouvelles productions liées aux formes historiques d’activisme artistique.

Ângela Ferreira est née au Mozambiqu et, mène une recherche sur l’histoire sociale et politique des territoires à travers le prisme de l’art et de l’architecture; “elle explore l’histoire coloniale du Portugal et réinterprète le jeu d’influences et d’interactions politiques entre l’Europe et le continent africain au travers d’installations composites mêlant photos, films, sculptures” peut-on lire dans la présentation de l’exposition.

L’exposition rend hommage “au rôle essentiel qu’ont joué les radios dans la diffusion des luttes d’indépendance dans le monde, comme la station de radio portugaise Radio Voz da Liberdade, hébergée par Radio Alger de 1962 à 1974 jusqu’à la chute du régime dictatorial de l’État Nouveau”.

“Elle concilie une recherche plastique exigeante avec une réflexion engagée sur une histoire géopolitique complexe, que ce soit sur les vestiges de l’architecture coloniale et les utopies auxquelles ont donné lieu les projets modernistes en Afrique, ou sur le souvenir de figures marquantes comme Carlos Cardoso, journaliste mozambicain assassiné en 2000 pour avoir publié une enquête sur la corruption liée à la privatisation de la plus grande banque du pays”.

L’exposition du Frac met en lumière les liens de solidarité entre le Portugal et l’Algérie pendant la période du régime dictatorial portugais appelé «l’État Nouveau».

Les œuvres présentées explorent cette histoire méconnue et rendent hommage à l’aide majeure apportée par l’Algérie indépendante au processus qui a débouché sur la révolution des œillets en ressuscitant la mémoire oubliée de la station de radio en langue portugaise Voz da Liberdade hébergée par Radio Alger de 1962 à 1974. Regroupant des opposants à la dictature de Salazar, cette radio libre à destination du Portugal et de ses colonies fut le porte-voix historique des luttes anticoloniales en diffusant la parole des leaders historiques qui concoururent à l’indépendance des différentes colonies portugaises. Elle fut aussi une caisse de résonance pour des militantes des droits des femmes qui inscrivaient ainsi leurs luttes dans le grand mouvement d’émancipation des peuples.

Radio Alger était née elle-même d’une guerre d’indépendance comme La Voix de l’Algérie libre et indépendante. Émettant clandestinement d’un véhicule mobile, elle relaya le discours du FLN auprès des populations algériennes dans la guerre des ondes menée contre la puissance coloniale.

Ces radios sœurs sont figurées par deux sculptures conçues d’après des illustrations de timbres-poste des années 1960 dont le vocabulaire constructiviste rappelle des projets architecturaux iconiques comme la Tour Tatline, ou Monument à la troisième internationale. De grandes peintures murales réalisées à partir d’archives, notamment photographiques, retracent l’histoire de ces médias révolutionnaires.

L’hommage à Rádio Voz da Liberdade valorise un rapport sensible et engagé entre l’art et l’architecture. Conférant une forme matérielle concrète et visible aux ondes radio porteuses de liberté, il inscrit la création dans un discours autant politique qu’artistique qui montre un même processus historique global reliant les deux rives de la Méditerranée et renverse la vision coloniale des rapports entre les peuples.

 

Donativos LusoJornal