Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Guillaume Ribeiro, Lusodescendant vivant à Lisboa, a fait son bilan de l’année 2018 et espère que pour 2019 l’actuel Gouvernement portugais aidera chaque personne à se loger dans la capitale.

Cet homme de 43 ans, Directeur Exécutif et Co-Fondateur de Felicitas Partners (Conseil en investissement immobilier), et Directeur des opérations de DCI Sport (Agent de joueurs licencié par la FPF, Marketing sportif, et Organisation de stages et matchs), a retracé l’année 2018 avec ‘ses’ points marquants au niveau de la France, du monde lusophone et du sport, sans oublier de donner son opinion personnelle sur l’année 2019.

 

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué en 2018?

En France, “les Gilets jaunes”, un mouvement inédit de cette ampleur pour un lancement via les réseaux sociaux. Au niveau de la lusophonie, l’élection de Jair Bolsonaro à la Présidence de la République fédérative du Brésil, qui marque un changement politique majeur, après plus de 13 années (de 2003 à 2016), avec un Président issu du PT (Parti des Travailleurs). Au niveau sportif, la victoire de la France à la Coupe du Monde de football en Russie, 20 ans après son 1er sacre, avec 23 joueurs évoluant exclusivement dans 5 grands Championnats européens (France, Espagne, Angleterre, Allemagne et Italie).

 

Guillaume, qu’espérez-vous au niveau personnel pour 2019?

Que cette année soit pleine de magie, de rires, de joie, d’amour.

Au niveau professionnel:

– Permettre à des gens de réaliser des investissements immobiliers au Portugal, afin de réaliser leurs rêves professionnels, des plus-values ou s’assurer des rendements hors exploitation, pour sécuriser leur avenir;

– Aider des footballeurs à trouver leur club idéal pour leur émancipation professionnelle;

– Permettre à des clubs d’effectuer une préparation optimale.

 

Que peut-on espérer au niveau mondial pour 2019?

Plus de spiritualité, moins de dogmatisme. Je reprendrais les “4 accords toltèques” de Miguel Ruiz. En les vulgarisant: que chacun fasse de son mieux, moins de paroles négatives, plus de détachement face aux critiques, moins de suppositions hasardeuses. A un niveau plus local, à Lisboa: qu’une solution pérenne soit mise en place pour donner un toit aux gens qui dorment dans la rue. Leur nombre est estimé entre 300 et 1.500 personnes. Cela est réalisable et devrait être une priorité du gouvernement actuel.

 

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 12 Votos
6.4
X