Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Le CD de l’association Gaivota officiellement lancé

LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha LusoJornal | Mário Cantarinha
Cultura

 

C’est, opportunément, le jour de la Fête de la musique, que le CD marquant les 20 ans de fado de l’association Gaivota a été officiellement présenté dans l’élégant salon Eça de Queirós du Consulat-Général du Portugal à Paris, devant un public où la presse lusophone française, la chaîne RTP et quelques personnalités de la Communauté accompagnaient les membres et amis de Gaivota, tous reçus par Carlos Oliveira, Consul-Général, qui prononça quelques mots de bienvenue et loua les activités de Gaivota, dont la parution du CD constitue un point d’orgue, lança ainsi cette amicale cérémonie.

Sollicités par Maria José Henriques, «Marie-Jo», Présidente de Gaivota, João Heitor insista avec sa fougue habituelle sur l’importance de cette parution, réunissant plusieurs artistes, la deuxième de ce genre dans l’histoire du fado en France douze ans après celle du Coin du Fado, aujourd’hui quasi introuvable et sur la présence des immenses artistes que sont Custódio Castelo et Jorge Fernando, venus spécialement de Lisboa, et l’auteur de ces lignes souligna la continuité, rare dans le fado ici, de l’action de Gaivota, suggérant au passage que le fado francilien compte plus d’un demi-siècle d’histoire, et que les institutions culturelles portugaises seraient inspirées de soutenir une initiative de mise à jour de cette histoire et d’en recueillir les témoignages, dont le CD de Gaivota fait éminemment partie.

Après quelques mots de Marie-Jo pour remercier les amis présents et toutes celles et tous ceux qui ont participé au projet de CD, la partie musicale advint, ouverte par une guitarrada à la fois brillante et savante de Custódio Castelo, suivie de reprises live des chansons de l’album par les artistes «maison», habitués des dimanches après-midi organisés chaque mois par Gaivota, (Marie-Jo en tête, le bluesman Dan Inger dos Santos, le chanteur «mirandês» (entre autres) Sou Alam, Filipe Ferreira, sans oublier le pianiste Patrick Pernet et trois de leurs invitées, bien connues du milieu fadiste, Cláudia Costa, Mónica Cunha et Sophie Paula, toutes et toutes accompagné.es par Custódio Castelo et Jorge Fernando.

Ce sont ces deux artistes qui clôturèrent la cérémonie avec quatre chansons de Jorge Fernando, qui salua les artistes d’ici et le public de quelques mots fraternels, avant qu’on se retrouve devant un verre de porto (excellent) ou de jus de fruit (pour les timides).

Public ravi, Marie-Jo aux anges, lancement réussi.

 

Donativos LusoJornal
X