Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Le Coin du fado avait dû en décembre, annuler sa dernière soirée fado de 2019, en raison des difficultés de déplacements provoqués par les grèves des transports. «Nous voulions faire la fête avant les fêtes. Nous allons faire la fête avant le printemps, avec (presque) la même équipe» explique Jean-Luc Gonneau.

«Né, comme le tango, le jazz ou le samba, dans les quartiers mal famés d’un port, Lisboa, le fado fut dès l’origine une musique métissée, et a su se nourrir tout au long de son histoire d’autres musiques, tout en gardant son identité. On dit parfois que le fado est triste, mais le fado, c’est la vie, des peines certes, mais des joies aussi, et nous allons le prouver» annonce Jean-Luc Gonneau.

Le Coin du Fado – en partenariat avec Cactus, Résistance 7e Art, l’Académie de fado, les Amis de Lusofolie’s et le Cercle Léo Lagrange Paris – va fêter le 200ème anniversaire du fado, alerte doyen des musiques urbaines.

Ce sera le vendredi 28 février lors d’une soirée intitulée «FFFFado : Les filles font la fête du fado» dans le Club des Affiches, place Saint-Michel, à Paris.

Pour que les filles fassent la fête du fado, Jean-Luc Gonneau va accueillir quatre chanteuses talentueuses.

Conceição Guadalupe, sourires et générosité, la plus prolifique (6CDs à son actif) des interprètes du fado parisien, et Karine, la «française du fado», familière des tavernes fadistes d’Alfama à Lisboa, sont depuis presque deux décennies des artistes confirmées sur la scène fadiste. Se joindront à elles deux brillantes représentantes de la jeune génération, Tânia Raquel Caetano, émotion et engagement, et Daniela, élégance et finesse. «Il est probable que d’autres amis chanteuses, chanteurs et musiciens nous rejoignent, comme cela arrive le plus souvent dans nos soirées. Ce devrait par exemple être le cas du jeune et prometteur Hugo Valentino et peut-être de Vitor do Carmo, pilier du fado parisien depuis quelques décennies et qui s’apprête à revenir dans sa ville natale de Lisboa».

Côté musiciens, la «dream team» du Coin du Fado sera présente au grand complet, avec «le maître de l’impro» Filipe de Sousa à la guitare portugaise, les swingants Pompeu Gomes Coelho (guitare classique) et Philippe Leiba (contrebasse) et la piquante Nella Gia aux percussions.

Le tout présenté par Jean-Luc Gonneau, qui chantera un peu aussi.

 

FFFFado: les filles font la fête du fado

Le vendredi 28 fevrier, 20h00

Club des Affiches

7 place Saint-Michel

75005 Paris (M°et RER Saint-Michel)

Réservation obligatoire:

Infos: 06.22.98.60.41

 

Cultura
X