Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Comunidade

 

 

Le célèbre Marché d’art, d’artisanat et de gastronomie portugaise de Cenon (33), n’aura pas lieu cette année, suite aux conséquences liées à la crise mondiale de la Covid-19. C’est avec «grande tristesse et nostalgie» qu’accueillent cette nouvelle la diaspora portugaise ainsi que les Français amoureux de la culture lusophone.

Chaque année, depuis 2009, l’Association Alegria Portugaise de Gironde avec la complicité de la Mairie de Cenon, organise une foire spécialisée dans l’art, l’artisanat et la gastronomie portugaise pour mettre en évidence les producteurs et les entrepreneurs portugais, de créer une certaine «ambiance du pays» pour les Portugais de France et afin de faire voyager les Français curieux.

Cet événement réunit habituellement jusqu’à 30.000 personnes et offre l’opportunité à une centaine d’entrepreneurs portugais de montrer leurs produits et leurs services. Néanmoins, l’édition de cette année n’a pas eu lieu lors du weekend de Pentecôte – comme à son habitude – à cause de la pandémie qui n’est pas encore tout à fait derrière nous. «Réunir 30.000 personnes, c’est un an de travail et la levée des restrictions, que ce soit en France ou au Portugal, ne s’est faite qu’au mois de mars, donc organiser un évènement de cette ampleur en si peu de temps, était quasiment impossible» a déclaré au LusoJornal la Maire Adjointe Fernanda Alves, en charge du développement associatif à Cenon.

Habituellement, la ville prête un vaste parc municipal ainsi que les équipements de base grâce à son organisatrice principale Fernanda Alves, qui travaille sur ce projet depuis le début, en 2009. L’objectif de départ était de réunir quelques commerçants spécialisés dans la gastronomie portugaise pour faire découvrir les saveurs du pays. «La première année, il y avait une dizaine de commerçants qui se partageaient quelques stands, puis, au fil des années, ça s’est développé, on est arrivés à un total de 120 commerçants et 55 stands lors de la dernière édition» explique Fernanda Alves.

La particularité de cet événement, aujourd’hui, c’est qu’il a une grande diversité en matière d’exposants. On peut retrouver de la gastronomie, mais aussi des agences immobilières, des entreprises de carrelage, des banques, des vêtements, des bijoux et on peut même refaire ses papiers portugais, puisque le Consulat-Général du Portugal à Bordeaux fait une permanence de 3 jours à la foire. Il y en a pour tous les gouts et tous les âges.

Des groupes de folklore animent le Marché et des jeux gonflables sont également mis à disposition pour les plus petits, sans compter les groupes de musique et les chanteurs qui défilent sur une grande scène. «Je veux rappeler aux Portugais l’air du pays et présenter aux Français une vitrine du Portugal» résume Fernanda Alves.

L’évènement est aussi marqué par la présence habituelle des autorités de la région, mais aussi du Portugal tel que le Secrétaire d’État aux Communautés Portugaises, le Consul-Général du Portugal à Bordeaux, les Elus de la commune ainsi que des Députés portugais et français.

Le Marché Portugais de Cenon connait de plus en plus d’ampleur et est profitable à de nombreux petits commerçants qui font valoir leur savoir-faire. En 2019, la dernière édition pré-Covid, il y avait beaucoup de Français «qui venaient à la découverte du Portugal».

«Ces dernières années nous avions même des bus qui arrivaient de différentes régions de la France. Les familles profitent du weekend pour venir et passer un bon moment en plein air, ils peuvent manger du pain de maïs traditionnel, des Pastéis de Nata, des saucissons grillés, boire du bon vin et se faire plaisir» dit Fernanda Alves. Ajoutant à cela que l’entrée est gratuite et accessible à tous.

La Maire Adjointe de Cenon ainsi que la Commune se préparent d’ores et déjà pour une reprise du Marché Portugais en 2023. «Cette foire est très importante pour la Communauté portugaise et pas seulement. D’autant plus que cet événement c’est mon bébé et j’en suis très fière de réunir des gens, de les voir heureux et en train de s’amuser. C’était vraiment exceptionnel».

 

Donativos LusoJornal
X