Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Comunidade

 

Le cofondateur et actuel vice-Président du Comité National en Hommage à Aristides de Sousa Mendes, Manuel Dias, a reçu ce vendredi, à Bordeaux, la Médaille d’Or du Mérite des Communautés Portugaises, remise par le Secrétaire d’Etat aux Communautés Portugaises, Paulo Cafôfo.

 

Voici l’intervention de Manuel Dias, lors de la remise de la Médaille, à Bordeaux:

 

«C’est pour moi une très grande émotion de recevoir cette distinction et je voulais, vraiment, du fond du cœur, la partager avec le Père Rivière et avec Joaquim Nogueira. Je vous ai dit tout à l’heure à quel point le Père Rivière – beaucoup plus que Joaquim – a été la cheville ouvrière de ce combat. Je l’ai toujours accompagné, mais si on doit rendre hommage à quelqu’un, c’est vraiment au Père Rivière.

Cette distinction elle me gêne dans la mesure où ce n’est pas moi qu’il faut honorer, mais c’est tous les membres du Comité qui ont œuvré sans limite pour que, pendant ces 35 ans, cet homme soit connu, et que l’image du Portugal puise également être connue.

Aristides de Sousa Mendes a été un très grand diplomate, un homme non seulement qui a honoré le Portugal, mais qui a honoré, de façon magistrale, les valeurs fondamentales de l’Europe et Madame Simone Veil m’a dit ‘monsieur Dias, vous pouvez être fier d’être originaire d’un pays qui a produit Aristides de Sousa Mendes’. Vous ne pouvez pas imaginer l’estime, l’amitié profonde, que j’avais pour cette dame.

Cette reconnaissance par les autorités portugaises, à travers mon humble personne, est aussi une façon de remercier et de rendre hommage à l’ensemble des hommes et des femmes qui quotidiennement font ce travail, parce qu’il n’y a pas de démarche individuelle. Individuellement nous ne sommes rien, nous ne sommes que les maillons d’une chaîne et c’est ensemble, liés par les maillons de la fraternité, que nous faisons l’humanité. Nous avons l’illusion que nous sommes beaucoup, mais nous sommes poussière et nous devenons corps, quand nous faisons corps ensemble. C’est ça faire l’humanité et c’est ça faire la société. Je pense que le Comité Sousa Mendes porte en lui cet idéal, cette utopie qui peut devenir réalité.

Je voulais remercier un homme qui m’est cher, mon ami Michel Cabanes. Il est, aujourd’hui, après moi, le plus ancien membre du Comité, il était un ami intime du Père Rivière. Il a toujours été là, à nos côtés, avec une modestie sans limite, mais avec une présence sans failles. Merci Michel de ton amitié et pour ta présence.

Michel symbolise également le fait que nous ne sommes pas uniquement des Portugais, parce que ce travail est un travail universel et au Comité Sousa Mendes il n’y a pas que des Portugais, il y a aussi des hommes et des femmes de valeur, comme effectivement notre ami Michel Cabanes.

Je voulais également remercier madame la Présidente Isabel Barradas par les mots qu’elle a prononcé à mon égard – j’en suis très sensible – et au même temps la remercier, en mon nom personnel, pour avoir accepté de prendre cette responsabilité et d’agir avec détermination et passion – car elle en a aussi – pour que cette belle aventure puisse se poursuivre et, effectivement, pour que nous puissions ensemble, demain comme aujourd’hui, permettre à cet engagement de continuer, pour que l’humanité soit plus humaine et pour que l’humanité soit plus juste.

Je suis – vous ne l’avez peut-être pas compris – depuis près de 40 ans très attaché à la Rive Droite [de Bordeaux]. Je n’ai jamais habité la Rive Droite, mais mon cœur est ici. Vous ne pouvez pas s’imaginer mon engagement professionnel et personnel au service de ces territoires, de sa population et de ses élus. J’ai ici les plus grands amis de la région. Je voulais en inciter 3, même si je serais injuste. Le premier c’est Philippe Mandel, qui était un homme extraordinaire, le second c’est Alain David [ancien Maire de Cenon, devenu Député], le troisième c’est toi [pour le Maire le Cenon, Jean-François Egron] qui nous accueilles ici. Effectivement, dans cette Rive Droite il y a une partie de mon cœur et dans cette Rive Droite il y a également cette diversité qui doit être la force de la nation.

Je viens de voir arriver, à l’instant, la Directrice des Archives Départementales de la Gironde, Agès Vativan. Les archives du Comité sont aux Archives départementales, l’exposition sur Sébastien a eu lieu aux Archives départementales, la grande exposition «1940 – Exil pour la vie» a eu lieu aux Archives départementales, et c’est aux Archives départementales qui est le siège administratif du Comité. C’est aussi un lien avec la société française et avec le rôle des Archives.

Pour toutes ces raisons-là, et pour tout ce que nous représentons, merci Monsieur le Ministre [pour le Secrétaire d’Etat Paulo Cafôfo] de nous faire l’honneur de votre présence et je voulais te dire à toi, mon frère [pour le Maire le Cenon, Jean-François Egron] à quel point nous avons tenu à commémorer les 35 ans du Comité Sousa Mendes ici, à Cenon, et pour nous c’est aussi un honneur d’être ici avec toi».

 

Vítor Santos, Radio Latinos 33

 

Donativos LusoJornal
X