Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Desporto

 

Arrivé cet été, Steven Crolet prend ses marques petit à petit au sein de l’effectif des Lusitanos de Saint Maur. Au moment d’affronter Besançon, le Franc-Comtois espère voir Saint-Maur continuer sa bonne série actuelle avec une nouvelle victoire à domicile lors de cette 5ème Journée de N2.

 

Steven, tout d’abord, un petit retour sur le match nul à Saint-Quentin. Qu’en gardez-vous?

On espère avoir enclenché une petite série. Après une victoire à domicile (3-1 contre Wasquehal) et un nul à l’extérieur, ce serait intéressant de réussir un bon résultat à la maison avant de penser à la Coupe de France. On va tout faire pour gagner à la maison.

 

Etes-vous satisfait d’avoir ramené ce premier point de l’extérieur, le week-end dernier?

Il y a des gros points positifs. On fait un clean-sheat en ne prenant pas de but. On a réussi à faire déjouer l’adversaire. Après, quand on est exigeant et que l’on a notre qualité, on sait que l’on est capable de mieux. C’était normal d’avoir un peu de frustration. Mais c’est positif d’avoir déjà pu débloquer notre compteur à l’extérieur.

 

Comment jugez-vous l’entame de saison des Lusitanos?

On est dans le bon wagon. Même si c’est anecdotique pour le moment. Si on perd et que derrière ça gagne, ça peut vite changer la physionomie de notre saison. On est prévenu et on ne veut pas se croire tranquille. Même s’il est préférable d’être dans notre situation au classement par rapport à nos objectifs.

 

D’autant plus que la réforme des Championnats ne laissera pas de place au doute…

Dans ce début de saison, on ne peut pas dire que toutes les équipes soient prêtes. Il vaut mieux prendre rapidement les points pour éviter d’être parmi les 6 descentes. Il faut vite souffler et une fois dans le wagon du haut, voir ce que l’on peut aller chercher. Mais il est important d’assurer le maintien dans ce Championnat.

 

“On a une belle marge de progression”

Pensez-vous que le groupe a encore une grosse marge de progression?

On arrive à faire des choses intéressantes tout en sachant que l’on peut encore faire plus. Si on arrive à jouer mieux à l’avenir, ça ne sera que plus intéressant. Il y a une belle marge de progression.

 

Comment abordez-vous ce match face à Besançon?

D’un point de vue personnel, c’est un club de ma région. J’ai habité dans cette ville. J’ai joué dans le club rival (Besançon FC) alors que mon frère (Yohan) a joué au Racing. Je connais pas mal de joueurs. Il faudra faire attention. Ils ont un point. Ils ont réussi un bon résultat contre Bobigny (0-0) en étant à 10. Ce sont les équipes qui peuvent nous faire déjouer. Ça peut être un match piège. Ils sont en quête de points. Il faudra les respecter et les prendre à la légère. Ce n’est pas parce qu’ils sont en bas du classement qu’ils n’auront pas leur mot à dire. Il y a des joueurs de qualité. C’est un promu qui découvre ce championnat. Ils doivent prendre leurs marques. Il ne faut pas se fier au classement. Ce serait une grosse erreur.

 

Surtout que ce match fermera une séquence de 5 rencontres avant de penser à la Coupe de France…

On veut faire de Chéron notre forteresse. Elle doit être imprenable. On veut gagner à domicile et continuer notre série pour engendrer de la confiance et de la cohésion. C’est hyper important. Pour l’instant, c’est bien parti. Il faut rester exigeant et avancer.

 

Personnellement, comment vous sentez-vous aux Lusitanos?

Je trouve ma place tranquillement. Le fait de connaître deux-trois joueurs, ça aide. Plus ça avance, plus il y a de la cohésion. Si on arrive à allier les différentes mentalités et les qualités de chacun, on peut faire mal. (Sourire) Il faut que j’enchaîne les matchs. Je tâtonne encore un peu. Je suis encore dans les starting-blocks. Je suis box-to-box et je joue un rôle de relais dans l’équipe. Quand je serais mieux. J’ai hâte d’aller aider les copains devant. Ça ne peut qu’aller mieux au fur et à mesure des prochains mois. Il y a beaucoup de nouveaux et il faut créer les automatismes entre nous. Ce sera une fois que l’on sera un peu plus confiance et sûr de son partenaire, on pourra lâcher les chevaux. Il y a de la qualité dans le groupe. On ne dépend pas que d’un seul 11. Tout le monde peut avoir son mot à dire cette saison.

 

Donativos LusoJornal
X