Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Pascal Carlier: Le plus Portugais des Italiens du Nord

LusoJornal / Luís Gonçalves LusoJornal / Luís Gonçalves LusoJornal / Luís Gonçalves LusoJornal / Luís Gonçalves LusoJornal / Luís Gonçalves LusoJornal / Luís Gonçalves Arquivos Arquivos

L’histoire est déjà bien longue, puisque le début des magasins Carlier Voggliazzo remonte un peu après la fin de la deuxième Guerre Mondiale, plus précieusement en 1949, date à laquelle Elvira Vogliazzo et Jean Carlier ouvrent une épicerie de spécialisés étrangères, dans un premier temps dédié essentiellement aux Italiens.

Le premier magasin s’est installé rue d’Alma, à Roubaix, là ou l’on peut encore faire, de nos jours, l’achat de spécialités alimentaires étrangères.

Elvira et Jean… des visionnaires pour leur temps!

A la sortie de la deuxième Guerre Mondiale, la France ayant besoin de se reconstruire, fait appel à la main-d’œuvre étrangère, notamment italienne, polonaise, espagnole et dans les années 1960 à la main-d’œuvre portugaise.

Avec l’arrivée de ces vagues d’immigration, la petite affaire familiale se développe. En plus de vendre aux particuliers, les magasins deviennent la référence régionale, en développant son activité en gros à destination des restaurants, pizzerias et d’autres enseignes alimentaires.

Jean Carlier et son épouse, en plus de son épicerie, rue d’Alma, marquent leur présence dans les marchés de la région, comme par exemple dans celui de Wazemmes.

Après 68 ans d’existence, la gestion est aujourd’hui confiée à la troisième génération des Carlier.

Henri est donc née d’une mère italienne et de père français. Il a vécu pendant une partie de sa vie du coté de Richebourg, là où sont enterrés presque 2.000 Portugais qui ont participé à la première Guerre mondiale.

Cela explique peut-être, en partie, son adhésion et sa volonté d’aider à la réalisation de l’exposition qui vient d’être inaugurée à la Mairie de Quartier Centre de Lille du peintre et poète José Marreiro.

Henri Carlier a bien évidemment gardé des attaches à l’Italie de ses parents, toutefois il a choisi l’Algarve comme lieu de villégiature, transmettant le flambeau de la gestion de l’affaire familiale à son fils Pascal Carlier.

Comme en bien des domaines, la vente des produits alimentaires a du s’adapter et se moderniser. De l’entrepôt des Carlier, des milliers de produits partent pour les magasins Vogliazzo de Roubaix et de Lille, ainsi que pour les restaurants, pizzerias et autres enseignes de la région Haut de France.

Le magasin de Lille, situé à l’intérieur du marché couvert de Wazemmes, étant un peu à l’étroit, s’est déplacé en 2013 à quelques mètres de là, au 381 rue Léon Gambetta. Se sont 300 mètres carrés, avec des installations modernes et une multitudes de produits qui peuvent y être achetés et dégustés.

Quand au magasin de Roubaix, il vient d’être complètement refait. On s’y promène entre les déférents rayons… portugais, espagnol, italien… avec plaisir et pour le plaisir de nos papilles.

Afin d’offrir une gamme de plus en plus large à la clientèle et de plus en plus diversifiée, Pascal Carlier n’hésite pas à se déplacer pour visiter les salons et même parfois les producteurs. Il reste très ouvert aux nouveautés.

Petite anecdote: dans notre village d’Alcaria, Fundão, au Portugal, Carlos Godinho produit un très bon fromage sous la marque BeiraLactea. Carlos Godinho est venu dans la région lilloise, a rencontré Pascal Carlier et depuis, ses magasins vendent du fromage d’Alcaria. Pascal Carlier fait tout de même une sélection très rigoureuse de ce qu’il vend.

Autre anecdote: tous les ans, des nombreuses revues font des dossiers sur les vins. Il y a de cela 10 ans, dans la revue «Le Revenu» on parlait d’un vin d’une Quinta du Douro comme étant, pour cette revue, considéré comme un des meilleurs vins au monde. On a pu acheter ce vin uniquement chez Carlier Vogliazzo. Ils étaient, à l’époque, les importateurs officiels de cet excellent nectar.

Le monde bouge, les goûts s’internationalisent. Les consommateurs qui fréquentent les magasins de spécialités étrangères sont de plus en plus nombreux en France. La concurrence s’installe ici et là. Pas de problème pour Pascal Carlier. Pour lui, la concurrence est signe de dynamisme et évite de tomber dans une certaine routine.

Son gage de réussite: avoir des magasins accueillants, vendre des produits de qualité et avoir un personnel formé et apte à répondre et à conseiller la clientèle.

La devise des magasins Carlier Vogliazzo est donc: Le temps passe, les goûts, la qualité restent.

Quand un portugais parle à un autre portugais, quand il doit aller à Carlier Vogliazzo il dit aller «chez l’italien».

 

Magasins Carlier Vogliazzo

381 rue Léon Gambetta, à Lille

110 rue d’Alma, à Roubaix

 

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 12 Votos
5.5
X