Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Paula et Raphaël commerçants ambulants dans le sud des Landes, au Pays Basque et en Béarn

LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon LusoJornal / Gracianne Bancon

Elle se prénomme Paula. Elle a 46 ans. Ses parents sont originaires de l’Alentejo et des environs de Lisboa. Depuis la fin de l’été 2017, elle sillonne les marchés du sud des Landes et de l’ouest des Pyrénées atlantiques pour dresser chaque matin son stand de produits portugais.

Levée aux aurores, elle travaille 7 jours sur 7, par goût d’indépendance et surtout par l’envie de faire autre chose que du travail de bureau. Tout sourire face au public. Sérieuse et concentrée sur son travail entre deux clients. Le courant passe très bien.

Sous son parasol blanc, et sur sa table colorée de rouge, elle expose entre autres, des plats qu’elle confectionne elle-même la veille en fin d’après-midi. Les acras de morue réchauffés en public titillent les narines des passants et partent comme des petits pains. Ses quiches à la morue sont un régal.

Son mari Raphaël, d’origine lyonnaise, n’est jamais bien loin. Sur la table voisine, il propose des articles en liège en provenance directe du Portugal.

Le lundi ils sont à Soustons (40), le mardi à Seignosse (40), le mercredi à Peyrehorade (40), le jeudi à Salies-de-Béarn (64), le vendredi à St Palais (64), en alternance avec Oloron Sainte Marie (64), le samedi à Mauléon Soule (64) et le dimanche à Anglet (64). Ouf, la semaine est bouclée! Reste plus qu’à recommencer…

Le marché qui remporte le plus de succès est celui de Mauléon Soule: là où la Communauté portugaise reste la plus nombreuse.

L’automne et l’hiver derniers ont été rudes et longs. Cet été, comme chacun l’a vécu, très chaud. Au gré des kilomètres avalés toutes ces semaines, Paula et Raphaël aimeraient bien vivre et travailler au Portugal, pour la qualité de vie et son climat bien agréable. Mais pour cela, Raphaël devra se mettre à apprendre la langue maternelle de sa femme…

Chose qui sera bien plus aisée, une fois sur place!

 

 

 

X