Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Nous avons fait les premières émissions radio dès septembre 1981, sur radio Boomerang, à Roubaix, avec comme co-animatrice Rosa Algarvio, belle-sœur de Fred Rister, l’homme qui a fait danser le monde.

Nous pourrions écrire plusieurs articles sur nos souvenirs, nos rencontres pendant les quelques années où nous avons animé l’émission «La Voix du Portugal». La musique qui introduisait l’émission, nous l’avons encore en tête: «Zum, zum, zum» de Dino Meira. Celui-ci, avant de nous quitter, nous fera l’honneur d’être la vedette de l’une de nos fêtes à la salle Wattremez de Roubaix, le 10 juin 1984, jour de fête nationale et des Communautés portugaises dans le monde.

Dans le présent article nous allons évoquer notre participation aux Tournois internationaux de football dans la région, dans lesquels nous avions la présence d’équipes portugaises de renom. Nous avons fait de belles rencontres, quelques anecdotes sont restées. C’était le temps de l’amateurisme, de la débrouille. Et pourtant… l’année 1983 restera dans nos mémoires avec les interviews de: Eusébio, Joaquim Agostinho, Manoel de Oliveira, Fernando Marques, Amália Rodrigues et Coimbra Martins.

Nous nous prenions pour de vrais reporters, même si les moyens n’étaient pas là!

Pour interviewer Coimbra Martins nous avons dû jongler, car nous étions à Wasquehal pour suivre le Tournoi Junior de la ville, avec la présence de F.C. Porto. Pour couvrir le dit Tournoi, nous avons dû tirer un câble d’une centaine de mètres à partir d’une prise téléphonique. Coimbra Martins était en studio, nos questions étaient posées via téléphonique à partir du stade. Nous nous souvenons encore d’une des questions, qui surprit l’interviewé: «à quoi sert la politique?». Depuis, nous avons trouvé partiellement réponse à notre question…

Les souvenirs les plus marquants restent, sans nul doute, ceux du Tournoi U17 de Croix.

Ce Tournoi est l’un des historiques, l’un des plus anciens de France: la 58ème édition, et dernière a eu lieu à la Pentecôte 2014. Le Sporting Club du Portugal a perdu la finale, Guimarães a terminé 11ème.

Par Croix sont passés de grands joueurs. De Raymond Kopa à Paolo Maldini, de Raphaël Varanne à Eden Hazard, d’Humberto Coelho à Victor Baia et équipiers, dont certains deviendront Champions d’Europe de clubs.

Le Portugal s’est vu représenté à 27 occasions par le S.L. Benfica, 7 fois par Boavista, 5 fois par F.C. Porto, 6 fois par le Sporting Club du Portugal et 3 fois par le Vitória de Guimarães. Benfica a eu l’occasion d’en sortir vainqueur 3 fois, Boavista 2 fois et F.C. Porto une fois.

Pour l’édition 1983, Benfica a fait déplacer son équipe junior entraînée par Eusébio, le grand, celui qui reste encore de nos jours l’une des icônes du Portugal. Quel beau souvenir!

Nous avons fait l’interview d’Eusébio dans la petite cabine fermée de presse du stade Henri Seigneur.

L’interview d’Eusébio et notre fougue pour décrire les exploits sur le terrain des joueurs du S.L. Benfica a fait que nous avons été invités à sortir de la petite cabine. Pas de problème pour nous… nous ne comprenons toujours pas comment cela a pu marcher… mais ça a marché: un technicien de radio Boomerang tire un fil à partir d’une prise téléphonique et l’envoie vers la tribune. Là le fil est relié à un magnétophone, celui-ci est en mode pause, un micro est relié au magnétophone… et oui, c’est ainsi que nous avons fait émission en direct. Pour les interviews sur le terrain, pas de problème non plus… deux talkies-walkies ont fait l’affaire. La qualité du son sur la radio n’était pas des meilleures, toutefois meilleur que la qualité des émissions que nous recevions, à l’époque, sur ondes courtes.

Autres temps… autres techniques.

Tout ne s’est passé pour le mieux dans les Tournois de Croix. Celui de 1987 restera un mauvais souvenir: nous avons été témoins et victimes à la fois. En première page, Nord-Eclair titrait le 9 juin: «Croix – La fête trahie».

Sur le terrain probablement la meilleure équipe portugaise de l’ensemble des 58 Tournois: l’équipe de F.C. Porto. La finale contre le Dynamo de Moscou a été interrompue à la 12ème minute à la suite d’un tacle dans lequel un joueur de Porto cassa la jambe d’un joueur Soviétique. À la suite d’une bagarre générale, l’arbitre arrêtât la finale: une première malheureusement. Le même journal écrira: «Ils ne font pas du football, mais la guerre. Qu’ils restent chez eux à tout jamais» et «Le mot de la fin sera pour tous les footballeurs portugais de notre secteur qui se comportent en supporteurs et vont subir le contrecoup de ce dérèglement».

Nous avons écrit aux dirigeants de F.C. Porto pour dénoncer un certain nombre de comportements.

Nous avons été choqués, aussi, à l’époque, par les propos du journaliste quand il écrit la dernière phrase que nous avons transcrite ci-haut. Pour nous, le journaliste incitait, par ses propos, à qu’il y aille des règlements de compte dans les futurs matchs régionaux entre équipes portugaises et françaises. Nous avons écrit une lettre dénonçant les propos au journal. Nous avons signé notre courrier dont le journal a fait référence dans une édition de la semaine qui a suivi le Tournoi, comme étant une lettre anonyme écrite par António Marrucho… drôle d’anonymat n’est-ce pas? Nous avons menacé le journal de poursuite. La fin des hostilités a été un article de rectification que nous avons exigé, le journal publiera le 20 juin un article avec comme titre: «Tournoi de Croix: fin».

Cet événement malheureux n’a pas empêché que d’autres équipes portugaises, F.C. Porto inclus, soient invitées. Avoir des équipes portugaises dans les Tournois, est gage de succès et présence d’un nombreux public.

Depuis 2014, le Tournoi de Croix n’a plus lieu, la municipalité préférant consacrer son budget sportif à subventionner l’équipe première de Croix qui évolue en CFA.

D’autres Tournois régionaux avec des équipes portugaises ont pris la relève: les Tournois de Saint André, de Baisieux, la Pouss’cup de Roubaix, les Tournois de futsal de Mouvaux…

Nous ne couvrons plus ces Tournois pour la radio, mais pour votre journal: LusoJornal.

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 8 Votos
3.5
X