Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Le Cap-Vert a une Sélection composée de joueurs franciliens qui tous les ans dispute la DOM TOM Cup, d’ailleurs les Capverdiens l’ont emporté lors du tournoi 2018. LusoJornal est parti à la découverte du Sélectionneur de cette équipe, Stéphane David ‘Kara’.

La 9ème édition de la DOM TOM Cup s’est déroulé les 22 et 23 juin dernier, autour de 12 Sélections ultramarines, au complexe Léo Lagrange, à Bonneuil-sur-Marne. Ce Tournoi est organisé par l’association R.I.S.I et le Tropical Club et a pour but de permettre aux jeunes joueurs issus des Communautés d’Outremer évoluant en France Métropolitaine, de pouvoir démontrer leur talent dans la compétition, ainsi qu’aux pays d’Outremer faisant partie de l’Organisation Internationale de la Francophonie comme le Cap-Vert.

Cette année, le tenant du titre, le Cap-Vert, a débuté par une première place dans son groupe, où se trouvait la Guadeloupe, les Comores et la Martinique. A noter que ce Tournoi comptait donc Madagascar, la Nouvelle-Calédonie, la Réunion, Mayotte, la Guyane, Marie-Galante, Haïti et l’Île-de-France.

Toutefois les Capverdiens ont été éliminés lors des quarts par l’Île-de-France sur le score de 1-0 après un penalty quelque peu polémique.

Stéphane David ‘Kara’, le Sélectionneur, est revenu sur le Tournoi et sur son arrivée à la tête de cette sélection.

 

Comment s’est passée cette édition 2019 de la DOM TOM Cup?

Très bonne édition 2019 de la DOM TOM Cup, on voit que l’événement grandit, perdure et s’installe dans le temps. Cela devient une date incontournable pour les ultramarins de la métropole, comme un événement sportif marquant à travers le football.

 

C’est une compétition où le Cap-Vert est toujours bien placé?

C’est une compétition où le Cap-Vert effectivement se place bien et fait toujours partie des favoris même si le Cap-Vert ne l’a gagné qu’une fois, en 2018, a été une fois finaliste, et a terminé deux fois à la 3ème place.

 

Comment et quand êtes-vous arrivé à la tête de cette Sélection?

C’est un ami, Steeve Arconte, qui m’a proposé de faire une Sélection Cap-Vert Paris et être responsable de cette Sélection Cap-Vert pour ce Tournoi DOM TOM Cup il y a 8 ans déjà. Tout de suite j’ai eu l’idée de prendre ce qui se faisait de mieux dans le foot capverdien de Paris avec Tchadense et Travadores, deux équipes dominantes dans le football capverdien de Paris pour faire le staff de cette Sélection Cap-Vert Paris.

 

Quel est votre lien avec le Cap Vert?

Je suis né en France de parents imigrés du Cap-Vert dans les années 70. J’ai un lien fort avec ce pays qui est la patrie de mes parents, pays où dès que je peux j’y vais pour visiter la famille et me ressourcer comme toutes les personnes de la diaspora: toujours retourner à la source, à la base.

 

Pensiez-vous un jour entraîner la Sélection lors de rencontres comme la DOM TOM Cup?

Non, je ne pensais pas du tout être à la tête de cette Sélection, et je ne suis pas seul à gérer, d’ailleurs nous sommes plusieurs vu le nombre de joueurs à voir. Nous partageons les idées de jeu, nous sommes un staff de sept où chacun est Sélectionneur. D’ailleurs l’idée de ce staff c’est d’être avec les meilleurs pour être meilleur: Carlos, Tony, Nicloss, Fifi, Renato, Milton, et Kara.

 

Est-ce que dans un futur proche ou lointain vous souhaiteriez viser encore plus haut? En termes de Sélection…

Oui, toujours. On souhaite être plus haut en termes de Sélection. Quand tu es dans une Sélection amateur comme le Cap-Vert, tu voudrais être avec la Sélection A pour y aller avec tes idées et ton projet de jeu mais bon ça, c’est une autre histoire. On se contente de bien faire les choses, le plus carré possible, avec cette Sélection amateur Cap-Vert Paris.

 

Les joueurs capverdiens sont très présents en France à différents échelons, on peut dire que c’est une Communauté qui s’investit dans le football et dans le sport en général?

Oui, les joueurs capverdiens sont reconnus en France à différents niveaux et c’est bien, il y’a une grande reconnaissance du football pour nous. On a un style différent, bien à nous, un mélange d’Afrique par le physique et la technique des brésiliens-lusophones, avoir le ballon dans les pieds. On va dire que le Cap-Vert, par son football, se veut être proche d’un style de jeu à la brésilienne mais avec ses caractéristiques capverdiennes des îles africaines! Le Capverdien est sportif par nature, dans les îles le sport c’est naturellement naturel, c’est une culture de s’entretenir par le sport.

 

LusoJornal Artigos

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 3 Votos
7.7
X