Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Cultura

 

LusoJornal n’a pas cueilli Lionel Cecílio au vol, mais a interrompu le voyage en voiture entre deux représentations de la pièce «La famille Ortiz», entre Caudry, dans le Nord, ce 25 novembre, et le Havre, samedi 27 novembre.

Jeune, Lionel Cecílio a voulu se diriger vers une carrière de footballeur, après quelques mois d’Université, c’est vers des cours d’art dramatique chez les «Enfants Terribles de Paris» qu’il se tourne.

Lionel Cecílio nous dit ne pas courir derrière les prix, toutefois n’est-ce pas réconfortant dans son choix de carrière d’être récompensé aux festivals de Vaucresson, Aubagne, Cannes? Dans ce dernier, il a reçu le prix Adami du «Jeune Talent» 2011. Sa carrière est lancée.

Lionel Cecílio, malgré son jeune âge, a derrière lui la participation à plus de trente pièces de théâtre, une dizaine de films long-métrages, plus de 20 courts-métrages, autant de tournages pour la télévision.

Malgré son grand talent, il reste modeste en parlant de la chance qu’il a de pouvoir s’exprimer, faire ce qu’il fait… être applaudi en fin de représentation, de voir les yeux de spectateurs, de voir le bonheur qu’ils ressentent, qu’il partage… C’est sa meilleure récompense.

Lionel Cecílio adore le Portugal. C’est là-bas, en vacances, qu’il a appris, auprès des grands-parents, la langue portugaise.

Il se dit avoir la chance d’être lusodescendant, toutefois c’est aux qualités d’artiste qu’on doit être apprécié. Avoir des artistes tels qu‘Emmanuel Demarcy-Mota et Tiago Rodrigues qui occupent des places de renom dans la culture, dans le théâtre, en France, c’est la reconnaissance du talent de ceux-ci… «Au Portugal aussi, il y a des grands talents qui méritent d’être connus et reconnus à l’étranger. Nous pouvons être orgueilleux d’avoir de si grands talents: ils travaillent très bien, ils ont du talent et en plus ils sont… portugais. Notre communauté est une communauté humble, travailleuse, qui a la volonté de réussir… l’exemple le plus connu étant Cristiano Ronaldo, il a du talent, mais il travaille, il travaille pour arriver là où il a toujours rêvé d’être. Le Portugal est un peuple de travailleurs, de créateurs, qui se voit même dans la culture. Oui, des portes peuvent être ouvertes grâce au talent reconnu des ambassadeurs qui sont Emmanuel Demarcy-Mota et Tiago Rodrigues et bien d’autres».

Lionel Cecílio – qui est actuellement en tournée avec la pièce «La famille Ortiz» – a annoncé à LusoJornal la nouvelle: la pièce dont il est l’auteur et seul acteur, «Voyage dans la mémoire d’un fou», sera à nouveau à l’affiche à Paris, dans le second semestre 2022. Une pièce à voir ou à revoir… une pièce qui marquera la carrière de Lionel Cecílio, pour longue qu’elle soit, on y pleure d’émotion, on y pleure de rire.

L’actualité de Lionel Cacílio est riche d’événements: il a fait la voix d’un personnage dans le dessin animé «Foot de rue», qui va sortir en janvier au cinéma. En 2022, deux films vont sortir dans lesquels Lionel Cecílio joue: «Z comme Z» – on va rire, rire et encore rire – un autre film où l’émotion est au rendez-vous, un film sur la première Chef d’orchestre en France «Devertemiento», en décembre le film «Ma petite fille ma bataille» va être diffusé sur TF1, sur France 2, il jouera à partir de décembre dans le feuilleton «Un si grand soleil», un personnage pas trop net.

Au théâtre, au-delà de «La famille Ortiz», avec laquelle Lionel Cecílio est actuellement en tournée et qui va être filmée pour la télévision le 3 décembre prochain, il joue dans «Aladin» jusqu’à la fin décembre au Théâtre Palais Royal, «Voyage dans la mémoire d’un fou» dans toute la France et au 2ème semestre 2022, à Paris, à partir de juin 2022 il jouera dans la pièce «Les clés de l’Alhambra» au Théâtre des Variété. Tout un programme!

Un «secret» nous a été révélé par Lionel Cecílio: à la question que nous lui avons posée, s’il voulait nous dire une citation sur son métier d’acteur, il nous a révélé que quand il joue dans sa pièce «Voyage dans la mémoire d’un fou», dans l’ourlet de son pantalon, un bout de papier est enroulé avec la citation de Molière tirée des Fourberies de Scapin: «Et je hais ces cœurs pusillanimes qui pour trop prévoir les choses, n’osent plus rien entreprendre». Notre vie n’est pas toujours facile, comme facile n’est pas toujours la vie d’artiste, toutefois, il faut toujours aller de l’avant, ne pas abandonner, de toujours croire. Belle leçon, et, qui en soit, définit, d’une certaine manière, Lionel Cecílio.

 

Ver a entrevista AQUI.

 

Donativos LusoJornal

 

 

X