Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

La plasticienne Ângela da Luz, née à Funchal, sur l’ile de Madeira, a inauguré officiellement son exposition individuelle d’art contemporain intitulée «Les bouchons en plastique d’Angela», le samedi 11 mai, à 18h30, à la Fondation Poùs, à Auterive, Musée privé rattaché aux Musées de France.

Y sont exposées 19 toiles et une série de 16 sculptures en forme de bouteille de la toute dernière création d’Ângela da Luz. Trois d’entre elles sont des œuvres majeures et magistrales, une intitulé «Marie-Odile N°9», l’autre «France» et l’autre encore «Portugal», qui n’ont pas laissé indifférents les visiteurs. Chacune a été faite avec plus de 6.000 bouchons en plastique. Cela fait partie des œuvres extraordinaires et à succès de l’artiste.

La sculpture «Marie-Odile N°9» est au milieu de la sculpture «France» et «Portugal» comme un trait d’union entre ces deux pays amis, comme Marie-Odile qui est le trait d’union entre la fondation et les visiteurs.

L’artiste a tenue à accueillir ses convives et a saluer chaque invité individuellement avec un petit mot et la chaleur humaine qui la caractérise. Elle est authentique, simples et accessible, une des convives a confié à l’artiste qu’elle a été flatté et ravie de son accueil. Par cette attitude, Ângela a voulu faire honneur a son pays et à ses parents. Elle est considérée comme une grande ambassadrice du Portugal partout où elle va.

Lors du vernissage était présent le Maire René Azéma, Marie-Odile Peter Secrétaire générale de la Fondation, Louis Arnaud Président de la Fondation, sa famille et ses amis. Miguel Costa, vice-Consul du Portugal à Toulouse a été retenu au dernier moment.

La plasticienne travaille actuellement sur un projet international de grande envergure avec les écoles pour réaliser un «chemin» de bouchons qui relierait Toulouse au Portugal.

Elle souhaite mobiliser les écoles du département pour continuer sa mission: «sensibiliser à la protection de l’environnement et nous interroger sur l’impact des déchets plastiques dans la nature».

Ângela da Luz à l’appui de ses deux amies enseignantes très passionnées par leur métier à Auterrive, Véronique Charbet et Christina Jordana, car malgré des contextes anxiogènes qui règnent sur notre planète, Ângela est tournée vers l’avenir!

L’artiste a remercié tous les responsables de la Fondation Pous d’avoir accueilli ses œuvres au sein du Musée et est honorée à la fois d’avoir son exposition individuelle à coté de grandes signatures du monde de l’art tel que Picasso, Dali, Matisse, Dupuy et bien d’autres.

On peut également voir ses œuvres à la Mairie d’Auterive, à l’hôtel Brasserie Père Léon à Toulouse, au Consulat du Portugal à Toulouse et dans des collections privées.

 

LusoJornal Artigos

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 2 Votos
9.0
X