Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Tourcoing: La cérémonie en l’honneur de Notre Dame de Fátima a repris un nouveau souffle

Dans la nuit du 12 octobre a eu lieu à Tourcoing, en la paroisse Sainte Anne, la cérémonie en l’honneur de Notre Dame de Fátima. Une cérémonie religieuse pas comme les autres, mais à la fois comme au Portugal. En effet, la Vierge de Fátima est vénérée au Portugal depuis l’apparition aux bergers d’Aljustrel: Jacinta, Francisco et Lúcia.

Il y a maintenant 40 ans, des Portugais émigrés catholique ont implanté cette tradition religieuse dans leur ville d’adoption, deux fois par an, en mai et en octobre, aux alentours du 13, ils célèbrent Notre Dame.

Au début, les moyens étaient minces, mais la foi était grande. Ils ont d’abord commencé par faire une cérémonie et une procession avec une pancarte cartonnée où figurait une image de la Vierge. Puis, les moyens grandissants, ils rapportèrent de leur pays natal une statue à l’effigie de Notre Dame. Pas n’importe quelle statue, comme l’on peut trouver dans les églises, non, une statue comme au Portugal, avec un socle spécifique pour l’ornementation de fleurs, de belles roses blanches, synonymes de la pureté. Mais aussi, de deux portants, garnis de 4 coussins sur leurs extrémités permettant ainsi à 4 personnes de même taille de soulever et de porter la Vierge. C’est ce que l’on appelle un «palanquin», en portugais «um andor».

Lors de cette messe, il y a le chapelet en portugais et en français, mais aussi l’allumage de centaines de bougies.

Mais qu’est-ce qui rend cette cérémonie unique? Eh bien, je vous dirais tout simplement, c’est que la Vierge de Fátima sort à l’extérieur en procession, suivie de centaines de fidèles lui chantant et lui proclamant leur foi. Ce défilé de pèlerins dans les rues de Tourcoing la nuit, ces bougies, les enfants qui sont habillés comme les petits bergers d’Aljustrel. Cette vision ne peut laisser aucun Portugais, indifférent d’aucune façon.

Le dimanche 13, au matin, a eu lieu l’adieu à Fátima. Une cérémonie particulièrement émouvante, surtout au moment de l’adieu. Lorsque les personnes présentes sortent leurs mouchoirs blancs, comme le veut la tradition, pour dire au-revoir à la Sainte mère de Dieu.

Le peuple portugais a écrit maints cantiques en l’honneur de la Vierge de Fátima, mais le plus connu, le plus frissonnant et celui qui commence par ces mots: – «ó Virgem do Rosário, de Fátima, Senhora de Portugal, rainha dos homens, protectorat».

Un moment béni où l’on sent monter en chaque cœur portugais une émotion que seul les Portugais peuvent ressentir à cet instant. Mais cette année, la cérémonie fut menacée de ne pas avoir lieu. Les personnes qui sont chargées de porter le palanquin étant âgées, sont tombées malades, et des enfants volontaires manquaient à l’appel pour défilé dans le cortège. C’est à ce moment-là, qu’Olivia Salgado, active dans la Paroisse de Sainte Anne pensa faire appel à la Ch’tite gazette portugaise. Mais qu’est-ce la Ch’tite gazette portugaise me direz-vous? C’est une page que l’on trouve sur le réseau social Facebook et qui divulgue toutes les informations utiles à la Communauté portugaise des hauts de France comme jadis la radio Triunfo.

La Ch’tite gazette portugaise comprenant l’urgence, a mis en place une communication et un appel aux bénévoles afin de sauver la cérémonie. Une dizaine de personnes répondit à l’appel, adultes et enfants, et l’on a constaté avec tristesse que peu de personnes connaissaient l’existence de cette cérémonie.

La fin fut joyeuse, les deux cérémonies – du samedi et du dimanche – ont retenu une forte augmentation de fréquentation. Beaucoup de jeunes gens, des familles présentes et il y avait même trop d’enfants qu’il en fallait pour interpréter dans le cortège les bergers, Notre Dame de Fátima et l’ange.

À la fin de la cérémonie, Olívia énonça au micro un mot, «un grand mot» comme elle l’eut dit. Elle commença d’abord par remercier la chorale Esperança présente, les personnes de l’ombre, les enfants, les parents, les porteurs de drapeaux, de la Vierge… Et elle conclue par un appel empli de sincérité, un cri du cœur aux personnes présentes en leur demandant de porter au loin la connaissance de cette célébration religieuse… Elle demanda d’aider les fidèles vieillissants et de s’investir, de se manifester, afin de pouvoir élaborer une liste de volontaires, permettant d’avoir chaque année des personnes disponibles afin que cette tradition, cet acte de foi, ne meure jamais à Tourcoing.

La prochaine célébration aura lieu au mois de mai 2020.

 

Fotos de Luís Gonçalves et Virginie Vila Verde

 

LusoJornal Artigos
Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 4 Votos
7.5
X