Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

“Voyages par procuration”, le premier roman de Fernand Estèves

Historien de formation, fondateur du groupe Strangeiro, actuellement Directeur de pôle culturel et associatif, Fernand Estèves, 49 ans, publie son premier roman «Voyages par procuration» aux «Editions Mers du Sud».

Ecrit avec simplicité, dans une langue épurée, le livre est construit avec des dialogues. On y découvre une famille d’origine portugaise, déchirée entre le Portugal et la France.

 

Pourquoi ce titre «Voyages par procuration»?

Je suis né en France de parents émigrés Portugais. Tout au long de ma vie, que ce soit dans notre vie en France ou bien lors des vacances au Portugal, j’ai vécu le voyage de mes parents par procuration, je l’ai vécu au travers d’eux. Bien que le livre ne soit pas autobiographique, je me suis inspiré de mon vécu pour décrire l’intimité de cette famille, avec une partie qui a émigré en France, l’autre qui est restée au Portugal, et au milieu ceux qui sont nés en France. Le livre est dédié à ma mère, décédée l’année dernière.

 

Qu’avez-vous voulu développer avec ce livre?

L’émigration laisse des cicatrices qui peuvent disparaître, mais la sensibilité aussi peut disparaître. Avec le temps et la distance, certains émigrés se sentent absents de leur pays d’origine et de leur pays d’émigration. C’est une double absence qui peut provoquer des préjugés et des malentendus dans les familles. Dans le livre, c’est un dilemme entre ceux qui sont restés au Portugal et ceux qui sont restés en France.

 

Quelle est votre relation avec le Portugal?

Je trouve que le Portugal reste très marqué par l’émigration. L’émigration est une véritable saignée dans ce pays. Enfant, les vacances au Portugal étaient compliquées pour moi, je me sentais décalé par rapport aux autres, mal à l’aise avec mon accent Français. Né en France, j’ai pourtant vécu en France avec une carte de séjour jusqu’à mes dix huit ans, où le choix a été fait de me naturaliser Français. Depuis j’ai demandé la nationalité Portugaise, ce qui m’a procuré une sorte de soulagement, comme si j’avais perdu quelque chose lors de ma naturalisation à dix huit ans.

 

Où pourra-t-on vous rencontrer?

Je serai bientôt en dédicace, à Angoulême, à l’occasion de la sortie de mon roman.

 

“Voyages par procuration”

de Fernand Estèves

Editions Mers du Sud

www.editionsmersdusud.fr

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 2 Votos
9.7
X