Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

L’Association Alegria dos Emigrantes de Montfermeil organise à partir de ce vendredi 1er novembre une fête sur trois jours pour les 50 ans de l’Association.

Dès ce vendredi au Gymnase Colette Besson, à Montfermeil, le public pourra assister à une soirée Fado à partir de 21h avec les ‘Fadistas’ Jenyfer Rainho, Nina Tavares et Joaquim Campos, accompagnés par Manuel Miranda à la guitare et de Casimiro Silva à la guitare de Fado. «Nous voulons organiser une fête populaire avec des festivités diverses durant les trois jours», explique Maria Pinto, responsable culturelle de l’association.

Samedi 2 novembre, à 21h, les festivités se tournent vers une soirée dansante animée par le Groupe Fantasia, qui culminera avec le concert de l’artiste Emanuel.

Quant au dimanche 3 novembre, il sera dédié au Festival de Folklore avec deux groupes français – l’Amicale du Son et Lumière qui propose des danses de salon avec des costumes de la Noblesse française, et le Groupe Canne à Sucre qui propose des danses des Antilles. Il y aura également trois groupes franco-portugais: Roda do Alto Paiva d’Orsay-Beira Alta, Meu País de Maisons Alfort-Baixo Minho, et Alegria dos Emigrantes de Montfermeil-Alta Estremadura. Sans oublier un groupe venant spécialement du Portugal, Rancho da Região de Leiria.

Une dernière journée qui commencera dès midi : «Les personnes pourront se restaurer sur place, puis assister à un défilé de tous les groupes présents, avant le début du Festival», rappelle Maria Pinto.

Mais la fête des 50 ans ne se résumera pas seulement à tous ces événements, Maria Pinto nous en dévoile deux autres: «Il y aura la présence du Moulin de Montfermeil qui retracera le passé de la ville autour de la farine et de la fabrication du pain à l’ancienne. Et il y aura également une exposition du Musée du Travail, où nous pourrons voir l’évolution du travail à travers le temps et surtout se rendre compte qu’à l’époque il y avait énormément de travail de la terre comme au Portugal», souligne la responsable culturelle de l’Association.

Cet événement veut également marquer l’identité des immigrants et surtout des nouvelles générations qui ont, certes, des origines portugaises, mais qui sont nées en France et/ou qui se sont intégrées à la vie française. «Les portugais ne veulent pas être vus seulement comme des immigrés», indique Maria Pinto.

La responsable culturelle a également tenu à faire passer un message: «Nous avons un nombre correct d’adhérents qui se composent d’associés, tous ceux qui aident lors des fêtes et c’est un travail difficile, ils sont très importants pour le bon fonctionnement des festivités, et il y a les membres du groupe de Folklore. Tout le monde a une part de responsabilité : je donnerai l’exemple de personnes qui ont accepté d’accueillir les membres du groupe de Leiria pour réduire leurs coûts. Il y a une vrai solidarité», insiste Maria Pinto qui lance également un cri d’alerte : «Le plus grand défi dans les dix prochaines années sera la transmission par exemple des responsabilités comme la présidence d’une association à quelqu’un d’autre. Les gens pensent que c’est facile, alors qu’il y a énormément de responsabilités. Si l’association a pu durer 50 ans, c’est grâce à tous ceux qui se sont engagés au fil des années, il faut que ça continue», conclut la responsable technique du groupe de Folklore de Montfermeil.

 

Linda de Suza 19/20
Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 4 Votos
9.7
X