Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

La sixième étape du Tour du Portugal s’est déroulée ce samedi 3 octobre, entre Caldas da Rainha et Torres Vedras, et a été remportée par le cycliste britannique de l’équipe française Arkéa-Samsic, Daniel McLay. Il a devancé l’italien Riccardo Minali (Nippo Delko Provence) et le vénézuélien Leangel Linarez (Miranda-Mortágua).

Le maillot jaune est sur les épaules du Portugais Amaro Antunes (W52-FC Porto) à deux étapes de la fin de l’épreuve.

Le LusoJornal a pu s’entretenir avec le cycliste français Alan Riou (à gauche sur la photo), de l’équipe victorieuse du jour, Arkéa-Samsic, qui s’est classé 52ème à 45 secondes du vainqueur de l’étape, son coéquipier, Daniel McLay (à droite sur la photo).

Au général, Alan Riou (Arkéa-Samsic) est 72ème à 1h, 13 minutes et 58 secondes du maillot jaune.

A la fin de l’étape, le cycliste français était heureux de cette nouvelle victoire collective d’Arkéa-Samsic. Le cycliste breton était également satisfait d’avoir été acteur dans les derniers kilomètres, ayant par exemple bouché la cassure à moins de 4 kilomètre de l’arrivée.

 

Deuxième victoire, quelle sensation pour l’équipe?

Beaucoup de joie. Gagner 2 fois de suite c’est pas souvent. C’est un régal de travailler pour Dan. C’est quelqu’un de très zen qui apporte de la sérénité dans le final.

 

L’étape n’a pas été de tout repos surtout à la fin avec la chute, on dirait que ça n’a pas trop déstabilisé l’équipe qui est revenue rapidement sur l’avant du peloton?

Oui. On a dû prendre nos responsabilités. On a réussi à filtré comme on voulait et laisser que 3 coureurs à l’avant. Ensuite il y a eu un gros travail de Romain (ndlr: Le Roux) qui a maintenu l’écart à lui tout seul pendant 100km. Personne ne voulait aider à ce moment là. On a ensuite mis Antho (ndlr: Delaplace) avec l’aide cette fois-ci de 3 coureurs pour combler l’écart. La chute s’est produite à côté de nous. Nous avons pris une cassure, Dan (ndlr: McLay) s’est calé dans ma roue et j’ai bouché les 10-15 secondes qu’on venait de prendre. On recolle au peloton à 2,5km de l’arrivée, puis on se replace un peu avant le kilomètre. J’ai ensuite donné mes dernières forces pour remonter sur le côté droit car c’est là qu’on voulait sprinter et étirer le peloton le plus possible pour éviter de se faire teinter et enfermer.

 

On a vu Alan à la manoeuvre, l’équipe paraît très bien huilée et Alan a un rôle très important, étant un des derniers lanceurs…

On est très content de nous. On a réussi à mettre de super automatismes avec Dan sur ce Tour du Portugal et c’est très bien pour la suite. C’est une grosse expérience pour l’an prochain. Personnellement je n’avais pas encore pu être trop acteur des lancements de sprint dans le final. Jusqu’à là je faisais plutôt le boulot en amont de ça, à savoir rouler en tête de peloton pour contrôler l’échappée.

 

En deux étapes, Arkéa est devenue l’équipe à battre et Dan porte le maillot à points, avec un point d’avance, ça serait aussi un bel objectif de le ramener à Lisbonne?

Ça serait la cerise sur le gâteau on va dire. Mais déjà 2 victoires d’affilée c’est pas tous les jours. On va savourer.

 

Desporto
X