Directrice du CCO de Villeurbanne: La Légion d’Honneur pour Fernanda Leite

Fernanda Leite, née au Brésil et arrivée en France une première fois en 1986, a été distinguée le 1er janvier 2019 avec la Légion d’honneur. Cette année ils ont été 402 personnes à faire partie de la promotion de la Légion d’honneur.

«Cette promotion rassemble au total 402 personnes réparties à parité exacte hommes-femmes entre 345 chevaliers, 42 officiers, 9 commandeurs, 4 grands officiers et 2 grand’croix», a indiqué la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur dans un communiqué.

Pour Fernanda Leite, recevoir la plus haute distinction française, a été un véritable honneur: «Je me sens honorée, je ne m’y attendais pas, même si le 1er janvier cela n’a plus été une surprise. Avant que la liste ne soit divulguée, on vous demande des informations complémentaires, donc on se doute qu’on peut la recevoir», admet-t-elle, avant de rajouter ce que cela signifie. «La France est le pays des droits de l’homme, le pays des Lumières, et je me sens partie intégrante de cette Nation», assure cette femme travaillant à Villeurbanne, dans la banlieue lyonnaise.

Fernanda Leite n’était pourtant pas pré-destinée à venir vivre en France. «Je faisais partie d’une compagnie de théâtre qui a eu du succès en Europe. On a fait plusieurs Festivals et on est passé par le Portugal, l’Allemagne et la France», nous raconte-t-elle. Après un premier passage par la France en 1986, elle y revient en 1988. «Je me suis plu sur le sol français et aussi pour des raisons personnelles, j’ai voulu rester ici, mais ce n’était pas un objectif de venir vivre en France. Ce pays est très attirant, mais je n’étais pas obnubilé par une vie sur le territoire français», affirme celle qui aujourd’hui est Directrice du CCO Villeurbanne.

Fernanda Leite a postulé à un emploi au sein de cette structure, et c’est ainsi qu’elle y a débuté. «J’étais responsable de la vie associative. Je voulais faire plein de choses, je voulais faire bouger les lignes, en rendant par exemple accessible à tous les évènements culturels, et ensuite je suis devenue la directrice», confesse cette franco-brésilienne, qui n’avait pourtant pas calculé ce plan de carrière. «Mon objectif était de devenir directrice pour pouvoir avoir plus de liberté pour faire plus de choses, et non pour une quelconque ambition personnelle», assure Fernanda Leite.

Toutefois, qu’est ce qui motive encore cette femme après 20 ans au CCO? «Le futur est déjà là. Le CCO va avoir un nouveau lieu de vie qui sera inauguré en 2023. On est sur deux lieux en ce moment, mais en 2023 on emménagera définitivement dans notre nouveau lieu de vie. Je veux aller au bout de ce rêve, je veux mettre la main à la pâte pour expérimenter les équipements de demain avec les artistes et les habitants. On accompagne plus de 300 associations et je veux continuer cette aventure», souligne la directrice du CCO.

Mais dans tout cela, où sont les origines brésiliennes? «Déjà je tiens à dire que je ne fais pas de préférence au CCO pour des artistes brésiliens. Je suis neutre, je suis au service du CCO, mais évidemment il m’arrive de présenter des thématiques liées à l’Amérique du Sud comme liées à d’autres parties du monde. Toutefois je reconnais qu’en moi, mon côté brésilien me permet d’aller vers les gens à bras ouverts. J’aime aller vers les gens, essayer de les aider ou d’imaginer comment les aider. Il faut savoir écouter, se mettre à la place des autres et avoir un certain savoir-vivre. Je veux rendre heureux les gens, en commençant par un sourire. C’est ma manière d’être», reconnaît Fernanda Leite.

Fernanda Leite est d’ailleurs très fière de ses origines et de sa langue qu’elle ne pratique pas autant qu’elle le voudrait. «Mon portugais se dégrade. Je trouve qu’il est même moins bon que celui de mes enfants. Ils le parlent très bien tandis que moi, quand je parle avec ma famille qui est au Brésil, ils disent que j’ai un accent horrible», s’en amuse presque Fernanda Leite.

Et la médaille, l’a-t-elle déjà reçu? «Non, pas encore. Je dois choisir la personne qui va me la remettre. Si la personne accepte, on doit ensuite se mettre d’accord sur le lieu. Le lieu doit être solennel, un lieu public, donc j’y réfléchis et je verrai bien. On a le temps pour la remise», conclut Fernanda Leite, citée de la suivante forme pour la Légion d’honneur: «Mme Leite, née Leite Moreira da Silva (Maria, Fernanda dite Fernanda), Directrice d’une association à caractère social et culturel; 33 ans de services. Chevalier de la Légion d’honneur».

 

Qu’est ce que le CCO?

Le CCO – Centre Culturel Oecuménique – de Villeurbanne, c’est une fabrique où émergent des nouvelles initiatives qui renforcent la capacité d’agir, de penser et de rêver la société. Le CCO invente depuis plus de 50 ans un espace culturel de liberté qui cultive les capacités de toutes les personnes à prendre leur place dans la société.

Le CCO accompagne les porteurs de projets associatifs, citoyens, artistiques et numériques dans le champ de l’économie sociale et solidaire à travers une pépinière et un espace de coworking. La mise à disposition des moyens humains et matériels facilite le développement de leurs projets. Il accueille la diversité des expressions culturelles et favorise l’excellence des rencontres à travers l’accueil d’événements organisés par des associations.

Le CCO favorise également l’accès pour tous aux pratiques artistiques et numériques, et rend effective la participation des habitants à la vie artistique et culturelle.

 

Qu’est ce que la Légion d’honneur?

La Légion d’honneur est la plus haute distinction française. Elle récompense les mérites éminents rendus à la Nation. Nul ne peut demander pour soi-même un grade dans la Légion d’honneur: il faut être proposé par quelqu’un d’autre.

Les conditions suivantes doivent être remplies:

– La personne concernée doit avoir des mérites éminents dans l’exercice, pendant au moins 20 ans, d’activités au bénéfice de l’intérêt général et de la Nation.

– Elle doit être proposée par un Ministre, après étude d’un dossier constitué à la demande d’une Administration centrale, d’un Préfet, d’une association, d’une personnalité politique (Maire, Député, etc.) ou d’un groupe d’au moins 50 personnes (au titre de l’initiative citoyenne).

– La proposition doit être validée par le Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur, présidé par le Grand Chancelier.

Nomination: Le Président de la République décide de la nomination au grade de Chevalier de la Légion d’honneur. Il signe un décret de nomination qui est publié au Journal officiel.

Remise de la décoration: Un titulaire de la Légion d’honneur ne peut porter les signes distinctifs qui y sont associés qu’après une cérémonie publique ou privée au cours de laquelle lui est remise la décoration.

Achat de la décoration: La médaille n’est pas fournie par l’administration. Le titulaire peut acquérir la médaille auprès de la Monnaie de Paris, ou auprès de fabricants privés.