Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Dans le cadre du mouvement populaire «Gilets Jaunes», depuis des semaines on assiste à des blocages au niveau de routes, de ronds-points, de péages ou de stations-services.

David Gonçalves, Gilet Jaune franco-espagnol-portugais dans le Nord de la France, a décidé de s’exprimer à travers notre site. Cet auto-entrepreneur de 30 ans a participé aux manifestations deux samedis de suite. Il nous raconte pourquoi il a rejoint le mouvement et ce qu’il espère pour la suite.

 

Aviez-vous déjà participé à des manifestations?

Non, c’était ma première manifestation et je me suis senti vraiment à ma place.

 

Comment s’est déroulée la manifestation?

Elle s’est déroulée sur le péage d’Heudebouville près de Rouen. C’était un barrage filtrant, offrant le péage au passant. Il y avait une très bonne ambiance dans l’ensemble. Nous faisions lire un panneau aux automobilistes, afin de savoir s’ils étaient d’accord. Si c’était le cas il suffisait de klaxonner pour passer. Les véhicules n’attendaient pas plus de 5 minutes. Bien sûr pour les personnes un peu moins compréhensives et parfois désagréables, il n’y avait pas d’altercation. Il fallait juste être un peu plus patient.

 

Pourquoi avoir rejoint le mouvement?

Tout simplement car je pense qu’on est tous concernés. 75% de la population est d’accord avec le mouvement, mais un faible pourcentage est dehors à manifester. Je suis conscient que ce n’est pas évident pour tout le monde, mais j’estime que je ne peux pas me plaindre si je reste sur mon canapé à regarder les «infos». Il était donc normal pour moi de suivre le mouvement…

 

Quels sont les revendications des manifestants, des Gilets Jaunes?

Il y en a énormément, tout dépend de la «classe social», de l’âge, etc… Mais tout tourne principalement autour de la hausse des taxes, qui ne cessent de croître.

 

Que faudrait-il faire pour arrêter les manifestations? La première mesure…

Pour être franc, je ne pense pas que la manifestation s’arrêtera de sitôt. Il y a un énorme décalage entre le Gouvernement et le peuple. Aujourd’hui, «une carotte» ne fera pas l’affaire… Une dissolution du Gouvernement serait sûrement la seule mesure viable auprès du peuple.

 

Qu’avez-vous ressenti en voyant les images de violences et de pillages, à Paris et dans d’autres villes?

J’ai un avis assez personnel sur les violences et les pillages… A savoir déjà qui sont vraiment ces «casseurs»?! Je pense sincèrement que ça ne sert à rien de tout casser, au final c’est nos impôts qui paieront ces dégâts… ce n’est pas le meilleur moyen. Après, concernant vraiment les violences, n’oublions pas par quoi elles commencent.

 

De part ses discours, qu’avez-vous pensé de l’attitude du Président de la République, Emmanuel Macron?

Très bonne question… Son attitude et ses discours correspondent à une personne déconnectée de la réalité… Je pense sincèrement qu’il n’a pas conscience de ce qui se passe… ou du moins, pas encore!

 

David Gonçalves s’est dit prêt à continuer la lutte pour les revendications portées par les Gilets Jaunes.

 

 

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 8 Votos
8.0
X