Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Empresas

 

L’entreprise franco-portugaise Real Marbre dirigée par Manuel Soares et siégeant à Paris a récemment décidé d’installer son usine de production en plein cœur du Portugal. Un retour aux sources pour le fondateur de cette société.

« Un exemple à suivre ». C’est ainsi que Carlos Vinhas Pereira, le Président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-portugaise (CCIFP) décrit Manuel Soares.

En effet, depuis 1995, Real Marbre a fait ses preuves auprès de l’industrie française en fournissant et en collaborant avec les plus grands du marché tel que : Louis Vuitton, Guerlain, Hôtel Crillon, Gucci, Céline, Chaumet, Fred, Hublot, Hôtel Martinez, Jimmy Choo, Patrick Philippe… etc. L’entreprise est spécialisée dans le secteur de la marbrerie décorative et vise principalement le marché prestigieux de luxe.

Real Marbre dispose d’un showroom au 8ème arrondissement de la capitale française. Un endroit stratégique qui permet un contact continu avec les professionnels du domaine tels que les architectes et les designers, mais également avec ses plus gros clients.

Lors des visites des locaux de l’entreprise, le fondateur de Real Marbre aime bien proposer un aperçu bien détaillé de son travail en faisant visiter un magasin Yves Saint Laurent situé non loin de ses bureaux. « Ce sont des endroits qui sont vus et visités par plusieurs personnes. C’est notre vitrine de présenter physiquement nos projets » dit Manuel Soares.

« Du sur mesure » c’est ce que propose essentiellement l’entreprise à ses clients.

Lors de la pandémie mondiale, l’entreprise n’a pas été beaucoup impactée. Nombreux de ses clients ont continué à faire appel à leurs services, notamment certains hôtels qui en ont profité pour faire d’importantes rénovations.

Pour son installation au Portugal, Manuel Soares a opté pour la ville de Viana do Castelo où l’entreprise a créé un département d’études pour contribuer à développer l’économie du pays. L’une des raisons principales qui l’ont poussé à « sauter le pas » était d’agrandir son unité de production basée dans le Val-de-Marne (94), en région parisienne, qui était devenue désormais « trop petite ». L’idée a été proposée par l’un de ses anciens collaborateurs qui est maintenant chef d’atelier de l’usine de production de l’entreprise. D’autant plus que Real Marbre disposait déjà d’une main d’œuvre qualifiée au Portugal et d’un bon relationnel avec le Maire de la ville. Manuel Soares a aussi précisé que ses nouveaux locaux ont été auto-financés, mais que la Mairie avait facilité l’achat du terrain dans une zone industrielle en vendant ce dernier sans marge de bénéfice. Ce changement pour l’entreprise peut également représenter une contribution significative pour l’économie portugaise. « Un investissement total, tout confondu, qui va avoisiner le million d’euros » a déclaré Manuel Soares.

L’entreprise est en pleine croissance avec la création de plusieurs emplois dans les deux pays en l’espace de deux ans. « Aujourd’hui on est passé de 20 à 50 personnes et on a la capacité pour avoir plus, mais on veut le faire progressivement…».

 

Une technologie innovatrice

Leurs plaques de marbre se distinguent par une technologie innovatrice – « nid d’abeille » – mise au point par Mineral System, une filiale de Real Marbre qui a également obtenu une certification du Centre scientifique et technique du bâtiment.

Avec cette nouvelle technologie, les plaques de marbre sont beaucoup plus fines et légères, protégées par la maille en « nid d’abeille ». En effet, leur taille et leur poids sont différents des plaques de marbre habituelles et cela donne un caractère plus « important de solidité ».

L’entreprise a même créé son propre laboratoire interne afin de tester leurs produits. « Si demain j’ai un problème sur une façade aux Etats Unis, au moyen Orient ou n’importe où, je dois être capable de l’identifier ».

Les projets de l’entreprise à moyen terme sont d’abord de « s’en sortir bien » de cette pandémie, d’accroitre encore plus leurs activités à l’international, comme aux Etats Unis et au Moyen-Orient et de développer d’avantage le mobilier en marbre avec le « système allégé ».

Cette interview a été réalisée pour LusoJornal, par Carlos Vinhas Pereira, le Président de la CCIFP.

 

Voire l’interview ICI.

 

Donativos LusoJornal
X