Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

L’émigré

 

Je viens d’un joli pays

Une valise à la main

Imprégné de mélancolie

Je cherche mon destin.

 

Je resterai son fruit

D’ailleurs j’ai son teint

Le soleil m’a bruni

Et je lui donne la main.

 

Je me suis arrêté ici

Espérant avoir du pain

Et le temps s’enfuit

J’en perds mon latin.

 

Il me reste la nostalgie

Et une bouteille de vin

J’ai les cheveux gris

Mais je reste un saint.

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 14 Votos
5.8
X